La Creuse Agricole 21 octobre 2017 à 08h00 | Par A.M.

Emmanuel Macron prévoit une loi au 1er semestre 2018

Livrant les premières conclusions des États généraux de l’alimentation, le 11 octobre à Rungis, le président de la République a annoncé la mise en place d’une contractualisation rénovée, ainsi que sa volonté de relever le seuil de revente à perte et d’encadrer les promotions, à condition que les filières s’engagent dans des plans de restructuration.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Emmanuel Macron lors de son intervention à Rungis le 11 octobre 2017.
Emmanuel Macron lors de son intervention à Rungis le 11 octobre 2017. - © Delphine Jeanne

« Je souhaite que nous mettions un terme très clair à ce qui est aujourd’hui devenu une dérive », a déclaré Em­ma­nuel Ma­cron au sujet de la guerre des prix. Lors de son intervention très attendue par la profession agricole, le 11 octobre, à Rungis, le président de la République a fait part des premières mesures qui seront mises en œuvre pour « permettre aux agriculteurs de vivre du juste prix payé » tout en accompagnant « une transformation profonde » des modèles agricoles pour répondre davantage aux attentes des consommateurs. Première décision, « une contractualisation rénovée avec un contrat qui serait proposé par les agriculteurs et non plus par les acheteurs ». Cette inversion de la construction du prix passera par la loi et permettra de tenir compte des coûts de production. Pour donner davantage de visibilité aux agriculteurs, la contractualisation pluriannuelle, sur des durées de trois à cinq ans, sera encouragée. Parallèlement, le président de la République entend inciter les agriculteurs à se regrouper en organisations de producteurs (OP) de type commercial, des OP qui pourraient fixer collectivement les prix et les volumes, et travailler sur les coûts de production en s’appuyant, en partie, sur les travaux de l’Observatoire des prix et des marges qu’Emmanuel Macron propose de renforcer. Le sujet de l’entente sur les prix et les volumes pouvant par ailleurs être problématique vis-à-vis du droit à la concurrence, la France proposera des assouplissements dans le cadre du règlement européen omnibus, mais les filières auront également la possibilité de saisir l’Autorité de la concurrence pour obtenir des clarifications sur ce que le droit permet de faire. Enfin, Em­ma­nuel Ma­cron a promis que « l’État prendra quant à lui ses responsabilités pour une pleine application des dispositions » de la loi Sapin II. Le rôle du médiateur des relations commerciales devrait aussi être renforcé.

Des plans de filière attendus fin décembre
Cependant, le président de la République a conditionné deux mesures, plébiscitées par les ateliers, à des engagements filière par filière dans des plans de restructuration qui devront être proposés d’ici fin décembre. Ainsi, Emmanuel Macron est « favorable » au relèvement du seuil de revente à perte et à l’encadrement des promotions, proposés dans l’atelier 5 (Rendre les prix d’achats des produits agricoles plus rémunérateurs pour les agriculteurs) et défendus par les distributeurs à l’exception de Leclerc, et propose que ces mesures soient inscrites dans une loi prenant en compte l’ensemble des conclusions des États généraux de l’alimentation et présentée au Parlement au premier semestre 2018. En échange, le président demande aux filières de travailler d’ici la fin de l’année à des plans qui assureraient une production en adéquation avec les attentes des citoyens : « le seuil de revente à perte que l’on augmenterait seul sans demander aucun effort, aucun accompagnement, aucune transformation, c’est une forme de chèque en blanc », estime-t-il. « Ces plans de filières doivent permettre d’assurer aux Français la montée en gamme autour de labels, des signes de qualité, de la bio avec des objectifs chiffrés à cinq ans », prévoit le président. Les cinq milliards d’euros sur cinq ans consacrés à l’agriculture dans le grand plan d’investissement viendront soutenir ces transformations, avec des aides qui devront être versées « rapidement, dans le semestre ». « Collectivement, dans toutes les régions et toutes les filières, nous avons protégé des choix absurdes […] parce que nous n’arrivions pas à régler le problème du prix et des équilibres alimentaires » qui nécessitent, pour Emmanuel Macron, une transformation des modèles vers la qualité, en arrêtant d’essayer de concurrencer des pays comme le Brésil ou la Chine sur du bas de gamme ou sur la productivité.
Par ces engagements de filière, le président entend également parvenir à l’objectif de 50 % de produits locaux ou bio en restauration collective d’ici 2022, avec l’appui des projets alimentaires territoriaux. Pour porter l’ensemble de ces mesures, mais également celles qui seront issues de la suite des États généraux qui se poursuivent jusqu’en décembre, la loi prévue début 2018 « pourra prendre la forme d’ordonnances pour aller plus vite », a promis le président qui vise « une promulgation complète au plus tard à la fin du premier semestre 2018 ».

Accompagner une agriculture plus vertueuse
Le président de la République est également revenu, dans son discours de Rungis, sur la nécessité, pour l’agriculture française, « de réduire sa dépendance aux intrants chimiques qui polluent nos sols, nos cours d’eau et nos nappes ». Il a ainsi rappelé sa position sur le glyphosate et son opposition à un renouvellement de l’autorisation pour 10 ans, tout en garantissant « qu’il n’y aura pas d’impasse » : Emmanuel Macron entend développer le bio-contrôle, vulgariser les bonnes pratiques, et intégrer dans la loi prévue début 2018 la séparation du conseil et de la vente de produits phytosanitaires. Il entend par ailleurs « construire les conditions d’une expertise scientifique indépendante en France », en réaction aux polémiques qui ont animé le débat autour du glyphosate. Enfin, le président entend encourager les efforts de la profession sur ces questions de durabilité avec 200 millions d’euros pour la rémunération des services environnementaux, avant que la future PAC ne puisse les prendre en compte.

La FNSEA satisfaite mais en attente de précisions sur le calendrier
Réagissant aux annonces du président de la République à Rungis, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert s’est dite satisfaite d’un certain nombre de mesures annoncées par Emmanuel Macron, comme « la construction des contrats en marche avant », et la possibilité d’intégrer dans une future loi l’encadrement des promotions et le relèvement du seuil de revente à perte. « Nous nous retrouvons dans ces propositions, nous sommes contents de nous être investis beaucoup dans ces États généraux de l’alimentation », a-t-elle salué, se félicitant également du diagnostic unanime sur la nécessité de cesser la guerre des prix bas. L’évocation des ordonnances pour aller vite est également un point de satisfaction. Si le président a pu se montrer « caricatural vis-à-vis de certains secteurs, la montée en gamme est ce que nous prônons ». Néanmoins, « la nature et le cadencement de ces engagements doivent encore être clarifiés », précise Christiane Lambert, qui rappelle que le maintien de l’agriculture française est « un enjeu de culture française et de territoire, car si l’agriculture disparaît des territoires, elle ne reviendra pas ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2186 | mai 2018

Dernier numéro
N° 2186 | mai 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui