La Creuse Agricole 17 octobre 2013 à 00h00 | Par A.M.

Voyage d’étude - À la rencontre des éleveurs aveyronnais

Une délégation d’éleveurs creusois a été accueillie en Aveyron pour découvrir l’agriculture de ce département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © La Creuse agricole et rurale

Renouant les échanges avec des agriculteurs d’autres départements, la section bovine de la FDSEA a effectué en septembre dernier un voyage d’études en Aveyron.
Une sortie pour découvrir non seulement une « autre agriculture », mais surtout des hommes et des femmes fiers de leur métier, c’était sans aucun doute l’objectif de cette journée dans le pays du Ségala.
Du territoire d’Occitanie aux reliefs variés qui s’étend des plateaux de l’Aubrac culminant à 1 400 m d’altitude au Nord, jusqu’au plateau du Haut-Languedoc au Sud, bordé à l’Est avec les Grands Causses et le Rouergue à l’Ouest, ce département est empreint d’une forte identité territoriale avec une production spécifique du veau d’Aveyron.
Si depuis plusieurs générations, les agriculteurs de ce territoire ont su préserver le savoir-faire et la tradition des veaux élevés sous la mère, c’est en 1993 que la production obtient ses lettres de noblesse avec une certification « label rouge » puis une Identification géographique protégée (IGP)
Le veau d’Aveyron et du Ségala est un veau fermier, né et élevé sur l’exploitation. À raison de 2 tétées par jour avec leur mère, les veaux sont ensuite complémentés aux céréales à volonté. Les mères sont des vaches de races traditionnelles allaitantes, de bonne qualité bouchère, essentiellement en blonde d’Aquitaine et limousine.
Les veaux sont élevés jusqu’à un âge compris entre 6 et 10 mois pour atteindre un poids allant de 220 à 300 kg.
Ainsi les 655 éleveurs engagés dans la démarche « Veaux d’Aveyron et du Ségala » sont tous nécessairement dans la zone IGP et travaillent avec 4 abattoirs accrédités : Castres, Rodez, Villefranche-de-Rouergue, et Carmaux pour la commercialisation des animaux sur l’ensemble du territoire. Cette commercialisation s’effectue, soit vers les boucheries traditionnelles soit par les grandes surfaces. Avec un contrôle continu de la traçabilité des animaux, 30 000 veaux sont chaque année, déclarés et engagés dès leurs naissance, dont 18 000 sont labellisés et commercialisés dans 140 grandes enseignes, 25 boucheries artisanales et 900 points de ventes spécialisés.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 11 octobre 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2205 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 2205 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui