La Creuse Agricole 20 février 2014 à 08h00 | Par Dr Didier Guérin

Visite sanitaire obligatoire des élevages bovins - Recentrage sur les avortements en 2014

Pour 2014, la visite sanitaire obligatoire en élevage bovin redevient annuelle avec pour thématique la déclaration des avortements.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 © GDS Creuse La surveillance des avortements et leur dépistage vis-à-vis de la brucellose sont les seuls moyens d'identification rapide de la brucellose. Tout avortement doit être déclaré à son vétérinaire sa © GDS Creuse

Dans le cadre du passage d'un système d'éradication vers une épidémiosurveillance, l'État, par arrêté du 24 janvier 2005, a décidé l'instauration d'une visite annuelle obligatoire dans chaque élevage bovin pour prévenir et maîtriser les maladies réputées contagieuses. Rappelons que cette visite obligatoire, réalisée par le vétérinaire sanitaire de l'élevage, conduite sur la base d'un formulaire, est rémunérée par l'État.

 

En 2014, une visite sanitaire obligatoire dans tout élevage avec au moins 5 vaches...
Initialement orientée sur la maîtrise des risques en matière de santé animale, le champ de la visite sanitaire obligatoire s'est élargi au domaine de la santé publique vétérinaire avec un rythme biennal à partir de 2008. En 2014, elle redevient annuelle et est à réaliser entre le 1er février et le 31 décembre 2014 dans tout élevage bovin avec au moins 5 femelles de plus de 24 mois, hors centres d'insémination artificielle et ateliers d'engraissement.

 

... avec comme thématique la déclaration des avortements avec un recueil des perceptions et attentes des éleveurs et des avis des vétérinaires
En accord avec les Organisations professionnelles vétérinaires et agricoles, la Plate­forme d'épi­dé­mio­sur­veil­lan­ce en santé animale et l'Anses-Lyon, la thématique pour 2014 porte sur la déclaration des avortements. L'objectif est de recueillir les perceptions et les attentes des éleveurs par rapport au dispositif actuel de déclaration obligatoire des avortements, de façon à le faire évoluer et l'améliorer. Il ne s'agit donc pas d'un contrôle du respect de la réglementation. Le formulaire d'enquête cosigné par l'éleveur et le vétérinaire est à conserver cinq ans dans le registre d'élevage. Une copie est conservée par le vétérinaire qui assure la saisie informatique sécurisée et anonymée. En parallèle, cette thématique est reprise dans un questionnaire pour les vétérinaires visant à recueillir leur point de vue et leurs pratiques par rapport à la déclaration des avortements.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 14 février 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2213 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2213 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui