La Creuse Agricole 17 juillet 2018 à 08h00 | Par Laurence Sagot-Institut de l’Élevage/CIIRPO

Vers de nouveaux partenariats éleveurs/céréaliers

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De nouvelles références qui chiffrent les intérêts respectifs du céréalier et de l’éleveur.
De nouvelles références qui chiffrent les intérêts respectifs du céréalier et de l’éleveur. - © Ciirpo

Le pâturage des intercultures dans les exploitations de grandes cultures par les brebis d’un éleveur voisin est une technique qui se développe. Ce partenariat est « gagnant/gagnant » pour les deux parties. Pour le céréalier, le fait d’envisager un pâturage le conduit à implanter 3 à 4 espèces fourragères à minima, choisies parmi les légumineuses, graminées, protéagineux et crucifères. Ces mélanges permettent de lutter plus efficacement contre les adventices, de restructurer le sol et de favoriser une plus grande production fourragère. Or, un couvert avec une production de 2 tonnes de matière sèche par hectare se traduit par 40 à 60 kg d’azote par ha sur la culture suivante et 15 % de rendement en plus. Le pâturage n’a pas de conséquence négative sur la structure du sol. Le piétinement est en effet réduit du fait du faible poids des brebis.

Moins de campagnols et de limaces
Le pâturage a également un effet sur la réduction des populations de campagnols et de limaces. D’autre part, la délégation de l’entretien de la parcelle à un éleveur permet un gain de temps non négligeable et une réduction des coûts en évitant sa destruction avec des produits phytosanitaires ou du broyage. Enfin, la matière organique est augmentée (d’autant plus avec un couvert multiespèces). Pour l’éleveur, les couverts végétaux sont une ressource fourragère de bonne qualité alimentaire et facile à pâturer dans la mesure où les espèces semées ont été bien choisies.

Pour en savoir plus, vous trouverez des conseils pratiques et un chiffrage des intérêts respectifs sur www.inn-ovin.fr : « Développer un partenariat autour de vos intercultures ».

 

Les activités du CIIRPO sont financées par l’Union Européenne et les conseils régionaux Nouvelle-Aquitaine et Centre-Val-de-Loire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2205 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 2205 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui