La Creuse Agricole 02 novembre 2010 à 11h08 | Par Dr Didier Guerin (GDS Creuse)

Vaccination fièvre catarrhale - Fièvre catarrhale : être volontaire dans la vaccination

Elle devient volontaire au 2 novembre 2010 avec des enjeux sanitaires et des obligations réglementaires à prendre en considération.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Grâce aux campagnes de vaccinations obligatoires de 2009 et 2010 (plus de 16,3 millions de bovins et 5,9 millions de petits ruminants vaccinés en 2010), la situation épidémiologique de la fièvre catarrhale a pu être maîtrisée : seul un foyer a été détecté en 2010 contre 32 000 en 2008 et 83 en 2009. La nécessité de maintenir un haut niveau de protection sanitaire des cheptels demeure.
Grâce aux campagnes de vaccinations obligatoires de 2009 et 2010 (plus de 16,3 millions de bovins et 5,9 millions de petits ruminants vaccinés en 2010), la situation épidémiologique de la fièvre catarrhale a pu être maîtrisée : seul un foyer a été détecté en 2010 contre 32 000 en 2008 et 83 en 2009. La nécessité de maintenir un haut niveau de protection sanitaire des cheptels demeure. - © D.R.

Le comité de pilotage national de suivi de la fièvre catarrhale s’est réuni le 20 octobre au ministère de l’alimentation de l’agriculture et de la pêche (MAAP) afin de finaliser les modalités de vaccination fièvre catarrhale pour la campagne 2010-2011.

 

Une vaccination obligatoire jusqu’au 1er novembre 2010

L'arrêté du 28 octobre 2009 fixant les mesures techniques relatives à la fièvre catarrhale pour la campagne 2009/2010 indique que la vaccination est obligatoire jusqu’au 1er novembre 2010 avec une réalisation par le vétérinaire sanitaire de l'exploitation. L'Etat a pris en charge le coût des vaccins et la réalisation de l'acte pour les vaccinations effectuées entre le 1er novembre 2009 et le 30 juin 2010. Depuis le 1er juillet 2010, la vaccination est restée obligatoire à la charge de l’éleveur. L'ensemble des animaux de plus de 2,5 mois pour les bovins et 3 mois pour les petits ruminants doit être vacciné. Les jeunes animaux qui n'ont pas pu être vaccinés lors de la campagne collective de prophylaxie doivent être vaccinés avant l’âge de 6 mois. Des dérogations étaient possibles (animaux à haute valeur génétique des établissements visés par l'article L 222-6, animaux destinés à la boucherie avant l'âge de 10 mois, éleveurs qui ne souhaiteraient pas faire vacciner leurs animaux pour des raisons de principe avec un protocole permettant d'apporter un niveau de sécurité sanitaire avec une démonstration préalable de l'absence de circulation virale dans le cheptel). En 2010, au 4 octobre, ont été enregistrées dans Sigal par les vétérinaires la vaccination de 16,3 millions de bovins et 5,9 millions d’ovins. Un seul foyer (sérotype 1) a été identifié en 2010.

[...]

Vous pourrez lire la suite dans la Creuse agricole du vendredi 29 octobre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2223 | février 2019

Dernier numéro
N° 2223 | février 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui