La Creuse Agricole 02 juillet 2016 à 08h00 | Par P. Dumont

Une actualité syndicale préoccupante pour la FNSEA Nouvelle‑Aquitaine

La FNSEA Nouvelle-Aquitaine a entériné le 24 juin dernier, la fusion des trois FRSEA d’Aquitaine, du Limousin et de Poitou-Charentes lors d’une assemblée générale au cours de laquelle les responsables syndicaux ont également fait le point sur les dossiers syndicaux du moment.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © P. Dumont

Fraîchement rebaptisée FNSEA Nouvelle-Aquitaine (NA), la FNSEA ALPC a officialisé la fusion des trois FRSEA Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes lors de son assemblée générale du 24 juin. Désormais en ordre de marche, la Fédération a fait le point sur les dossiers syndicaux avant le début de la période estivale. Et les sujets d’inquiétude sont nombreux. Premier d’entre eux : les aides PAC. Après avoir tiré à maintes reprises la sonnette d’alarme, les responsables syndicaux ne peuvent que faire l’amer constat qu’ils avaient raison. Le calendrier prévu et plusieurs fois revu, ne pourra vraisemblablement être honoré. Pour les exploitations qui attendent cette bouffée d’oxygène, le coup est dur. Qui paiera les pots cassés ? Autre mauvaise nouvelle pour le monde agricole, l’adoption de la Loi sur la biodiversité le 23 juin à l’Assemblée nationale. Même si le texte doit encore faire un aller-retour entre l’Assemblée nationale et le Sénat avant son adoption définitive, le texte ne devrait plus beaucoup changer. Et force est de constater que les députés ont eu une oreille plus attentive aux remarques des associations environnementales qu’aux propositions de la profession agricole. Dépités, les responsables syndicaux ont également évoqué la question du glyphosate. Si le premier ministre assurait récemment que la France ne voterait pas contre (la ré-autorisation de commercialisation, ndlr), Ségolène Royal assurait le contraire. La FNSEA Nouvelle Aquitaine se demande non seulement qui croire mais aussi qui gouverne… Les discussions autour d’une autre loi viennent également de débuter au Sénat. La Loi Sapin 2 porte sur la modernisation de l’économie, la transparence et la lutte contre la corruption. Un volet concernant les négociations commerciales touche directement l’agri culture. D’après le ministère de l’Agriculture, ces dispositions visent à « assurer une meilleure répartition de la valeur ajoutée au sein de la filière alimentaire » et prévoient « des relations commerciales plus transparentes et une contractualisation rénovée ». La vigilance reste de mise pour les élus de la FNSEA NA.
D’un point de vue plus régional cette fois, Daniel Couderc, secrétaire général de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine a rappelé les tensions existantes dans son département (la Corrèze, ndlr) entre la profession agricole et les associations environnementales autour de l’arboriculture, tensions qui pourraient un jour s’étendre à la viticulture. Sur la proposition d’Henri Biès-Péré, président de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine, un courrier devrait être adressé au Préfet de région pour lui rappeler l’importance économique de ces filières sur le territoire. Le Préfet devrait par ailleurs être convié, ainsi que le président de la Région, sur une exploitation pour une rencontre avec les responsables syndicaux à la rentrée. « Les sujets à aborder ne manquent pas », a conclu Henri Biès-Péré. Rendez-vous est pris pour la fin août.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2185 | mai 2018

Dernier numéro
N° 2185 | mai 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui