La Creuse Agricole 27 juin 2018 à 08h00 | Par P. Dumont

Un nouveau nom pour le Geiq Agri‑qualif

Le 1er juin dernier, le GEIQ Agri-qualif Limousin est devenu le GEIQ Agri Limousin Périgord officialisant ainsi lors de son assemblée générale à Ahun, son développement sur la Dordogne.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © P. Dumont

Nouveau nom, nouveau logo, le GEIQ Agri-Qualif, devenu Agri Limousin Périgord, a entamé son assemblée générale sous le signe du développement. Après l’ouverture d’une antenne du GEIQ en Dordogne en 2017, son président Michel Jouhette a officialisé les relations étroites entre le département et les départements limousins. Pour l’occasion, la structure a également adopté le logo de la Fédération Nationale des GEIQ. « Il nous fallait un affichage commun pour être plus visible aux yeux de nos partenaires ou encore de la presse », a expliqué le président.
Outre l’ouverture de l’antenne en Dordogne, l’année 2017 aura été marquée par le développement de l’activité notamment en Corrèze. Le GEIQ Agri Limousin Périgord compte actuellement 157 adhérents dont une grande majorité d’éleveurs. 57 contrats ont été signés, en apprentissage ou en contrats de professionnalisation, ce qui porte à 133 le nombre de personnes actuellement sous contrat au GEIQ. Près de 50 % des personnes employées sont âgées de moins de 26 ans et avec une faible qualification. Les formations suivies durant leur contrat sont variées, allant du CAPA à la licence pro. À signaler en 2017, le recrutement compte 20 % de femmes, un chiffre encore jamais atteint. Parmi les 39 salariés sortants de 2017, un quart est réemployé et suit une nouvelle formation. Chaque année toutefois, certains salariés sortent avant terme et donc sans diplôme. Ce n’est pas le cas de Kevin Simmoneton, invité à témoigner lors de l’assemblée générale aux côtés de son patron et désormais associé, M. Aujourd’hui. Non issu du milieu agricole et déscolarisé, après plusieurs stages en agriculture, Kevin a intégré le GEIQ et l’exploitation bovin viande de M. Aujourd’hui. Enchaînant un BPA puis un BPREA, encadré par le GEIQ, le jeune homme a gagné en autonomie. Il s’est installé en janvier dernier avec M. Aujourd’hui en tant qu’associé non exploitant. Un exemple d’insertion réussi.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2200 | septembre 2018

Dernier numéro
N° 2200 | septembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui