La Creuse Agricole 24 septembre 2019 à 07h00 | Par HC avec CCBE

Un beau résultat à la vente de reproducteurs de CCBE

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © HC

Les sections reproducteurs limousins et charolais de CCBE organisaient leur désormais traditionnelle vente d’automne de jeunes taureaux inscrits au HBL et HBC de 10 à 24 mois sous la responsabilité des trois commerciaux Raphaële Girault, Nicolas Chaulet et Régis Desfougeres.
C’est sous un soleil de plomb que la vente d’automne de CCBE a eu lieu dans la matinée du 13 septembre dernier. La vente a commencé par 33 taureaux limousins de 10 à 24 mois suivis de 4 taureaux 18 mois charolais.
En charolais comme en limousins, les animaux avaient été rigoureusement sélectionnés en amont et se sont vendus selon la technique du pli cacheté.
C’est dans un contexte compliqué qu’a eu lieu cette traditionnelle vente. En effet, les éleveurs ont d’abord la difficulté d’assurer l’alimentation des animaux déjà présents sur les exploitations. On pouvait donc s’attendre à une vente morose.
Pourtant les clients sont bien venus nombreux au rendez-vous et avec des besoins en taureaux reproducteurs de qualités.
Durant tout l’été, les techniciens de la coopérative avaient, comme d’habitude, préparé cette cuvée pour un résultat de très grande qualité, avec une forte pression de sélection. Cette rigueur a abouti à la présence lors de la vente de 33 jeunes taureaux limousins et 4 taureaux charolais présentés à l’attache.
En race limousine, les 33 jeunes taureaux provenaient de 16 élevages sélectionneurs de CCBE.
La vente, qui s’est déroulée devant un très nombreux public d’éleveurs et d’acheteurs, a connu un franc succès avec 85 % de taureaux limousins vendus dont seulement 3 animaux commercialisés à la mise à prix. Le prix de vente moyen s’élève à 2 842 euros, soit 100 euros de plus qu’à la vente de printemps.
Les acheteurs provenaient d’horizons divers et plus particulièrement de 11 départements différents. Si 14 des jeunes taureaux commercialisés sont restés pour travailler dans la Creuse, 3 sont partis dans l’Allier, 2 en Côte-d’Or, 1 dans le Puy-de-Dôme, 2 dans l’Indre, 1 dans la Vendée…
Deux enchères records s’élèvent à plus de 3 700 euros pour :
- Niko, né au Gaec Gillet Boucher à Saint-Priest-la-Feuille (23). Ce magnifique taureau est parti chez un éleveur de Vendée séduit par cet animal exceptionnel dans son type mixte avec beaucoup de finesse, et très favorablement indexé pour ses facilités de naissance.
- Oba, né à l’EARL Clermontel Lupersat (23). Ce jeune taureau se  caractérise par des performances exceptionnelles (380 kg à 210 jours, soit 1 586 g de croissance quotidienne) et il prendra la direction de la Côte-d’Or.

Les charolais
Cette année, il avait été décidé de présenter des taureaux plus âgés car la demande s’oriente vers l’achat de taureaux prêts à saillir et surtout à saillir des lots de femelles très importants. Cela a contribué à limiter le nombre de taureaux présentés à cette vente car les éleveurs sélectionneurs avaient commercialisé la plupart de leurs taureaux 18 mois au cours du printemps et de l’été. D’autre part, les clients étant majoritairement servis par les achats en ferme, ils ne sont pas venus à cette vente du 13/09/19.
Enfin, la conjoncture économique et météorologique n’a pas permis de motiver les éleveurs charolais à investir dans la génétique. En effet, la zone de production charolaise figure parmi les régions les plus touchées par la sécheresse. D’autre part, la race charolaise est parmi les races les plus impactées par la baisse des cours.
En revanche, il faut souligner l’excellente présentation des 4 taureaux exposés, et par la même occasion le très bon travail des sélectionneurs. Malgré tout, cela n’a pas suffit à inverser cette tendance morose puisqu’un seul taureau, provenant du Gaec Duchier-Bonnaud, a trouvé preneur au prix de 2 600 €. Cet excellent animal de type viande avec beaucoup de masses musculaires dans le dos et le quartier arrière va prendre la direction de la Charente pour faire du croisement sur un cheptel salers.

Les ovins
Une vingtaine de jeunes béliers de différentes races étaient présentés à la vente ce jour. La moitié d’entre eux ont changé de mains à cette occasion.

Des offres commerciales
En parallèle de la vente de reproducteurs, il était possible de s’approvisionner au magasin de la coopérative, qui proposait des offres sur le petit et le gros matériel d’élevage ainsi que sur une gamme de produits nutritionnels.
La manifestation s’est achevée par un chaleureux repas afin de clôturer la journée sur une note positive.
La coopérative remercie l’ensemble des éleveurs de CCBE pour la qualité de leur travail, les acheteurs venus en nombre pour cette vente, ainsi que le personnel de CCBE pour leur collaboration, et vous donne rendez-vous pour sa prochaine vente de printemps à la mi-mars 2020.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui