La Creuse Agricole 24 février 2010 a 11h06 | Par P. Dumont

Syndicalisme - La FNO trace les grandes lignes de 2010

Au cœur des discussions à l'Assemblée régionale de la FNO le 16 février, un bilan des aides 2009, les actions en cours et la reconquête ovine.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Les représentants de la FNO et des organisations départementales limousines à la tribune.
Les représentants de la FNO et des organisations départementales limousines à la tribune. - © D.R.

La Fédération nationale ovine représentée par Frank Diény, secrétaire général adjoint et Audrey Mathieu, animatrice, a réuni, le 16 février dernier, les organisations départementales ovines limousines pour faire le point sur les dossiers d'actualité et évoquer ensemble les perspectives pour les mois à venir.

Aides d'urgence, nouvelles mesures de la PAC, où en est-on ?

Au niveau des aides d'urgence, 25 millions d'euros ont été mobilisés pour les ovins viande au niveau national en 2009, pour indemniser les pertes liées à la FCO. Plus de 28 000 dossiers ont été dédommagés et 500 000 euros supplémentaires ont été débloqués pour les exploitations en changement de situation juridique. 25 millions, c'est également le montant prévu pour la revalorisation des DPU dont le paiement est en cours actuellement. Sur ce point, les participants émettent des remarques sur le manque de lisibilité de l'aide et les effets pervers induits par le choix des années de référence. Concernant le bilan de santé de la PAC, si le rééquilibrage des aides est favorable à la filière ovine, l'aide prévue arrivant pratiquement au niveau de celle allouée à la production bovine, il faut rester prudent. Les effets de ce rééquilibrage ne se verront probablement pas avant 2011 et il ne constitue pas un cadeau fait aux éleveurs mais bien un rattrapage des années passées. Ceci étant, une simulation sur un système mixte bovin/ovin limousin permet d'espérer une hausse moyenne de l'EBE de 20 % selon la CRAL. Concernant les nouvelles mesures, la France, seul pays à affecter le rééquilibrage des aides à la filière ovine, base sa nouvelle prime ovine sur l'ancienne prime à la brebis (Cf. ci-contre). Cette dernière est découplée, un pourcentage étant affecté à la prime à l'herbe. Les conditions d'accès à la nouvelle prime et à la majoration semblent laisser les organisations présentes sceptiques, prévisionnel de mise en marché et contractualisation rendant le dispositif lourd. En outre, le seuil de 50 brebis éligibles pose question. Claude Souchaud, précise à ce sujet que ce seuil, initialement plus élevé, a été largement débattu, chacun ayant été associé aux discussions. Audrey Mathieu indique également que ce chiffre, loin d'être arbitraire correspond à une volonté de professionnalisation. D'autre part, le seuil de productivité requis est lui relativement peu élevé ce qui permet à un maximum d'éleveurs d'avoir accès au dispositif.

Bilan sanitaire et traçabilité

Une nouvelle campagne de vaccination obligatoire contre la FCO doit avoir lieu en 2010. Dans l'attente d'informations plus précises, la date butoir de prise en charge par l'Etat du vaccin et de la vaccination est repoussée au 30 juin. Les éleveurs présents expriment leur désaccord quant à l'obligation de vaccination par les vétérinaires et demandent à la FNO de réclamer une vaccination certes obligatoire mais réalisable par les éleveurs.

Toujours au chapitre sanitaire, des études sont actuellement en cours sur la transmission de la tremblante à l'être humain. Afin d'éliminer tout risque, la FNO renforce le plan national de lutte mis en place en 2002. L'allèle de résistance génétique doit être massivement diffusé. Pour cela, un recensement des béliers sera obligatoire en 2011 et le renouvellement des béliers devra se faire en ARR/ARR à partir de 2012, contrainte supplémentaire selon les éleveurs.

La mise en œuvre de l'identification électronique se poursuit. L'obligation de bouclage électronique est prévue pour le 1er juillet 2010, les modalités restant les mêmes qu'avant. La prise en charge du surcoût des boucles par l'Etat se fera à hauteur de 1 euro par animal né avant le 1er juillet 2010 (0.8 euro avant). Les éleveurs recevront une notice explicative avec le bon de commande de boucles.

Se mobiliser sur la Reconquête

Nouvel élan pour la production ovine, l'opération Reconquête ovine rassemble tous les membres de la filière. Plusieurs axes de travail ont été définis parmi lesquels le prix, la technique ou encore la communication. Concernant les prix, la FNO rappelle que les éleveurs sont encouragés à la contractualisation avec les acheteurs pour des prix plus stables et avantageux. Au cœur de la Reconquête, l'aspect technique sera rénové pour le rendre plus réactif. Les thématiques seront revues, de nouvelles seront ajoutées et un pré-diagnostic sera désormais effectué pour mieux orienter les éleveurs. Des actions de communication et des concours seront organisés dans toute la France (Ovinpiades, Trophée du meilleur binôme éleveur/conseiller). Bref, une véritable mobilisation pour promouvoir l'élevage ovin.

Le marché de la viande ovine en 2009

- Baisse de 7 % des abattages contrôlés ;

- Des importations en augmentation (+1) ;

- Achats des ménages stables par rapport à 2008 ;

- Augmentation des achats en GMS : + 6 % (viande d'importation principalement) ;

- + 3 % sur les prix à l'entrée des abattoirs.

La nouvelle prime ovine

Mise en place dans le cadre de l'article 68 (règlement européen sur les soutiens directs). L'enveloppe globale sera de 125 millions d'euros pour 2010 (montant estimé par rapport à l'année 2007). Le montant unitaire sera calculé à l'issue de la campagne après instruction des dossiers et sera identique pour les brebis viande et lait.

En 2010

Aide de base : 21 euros par brebis

En cas de dépassement de l'enveloppe : application d'un coefficient stabilisateur. Majoration : 3 euros par brebis pour les adhérents à une OP commerciale et les signataires d'un contrat avec leurs opérateurs commerciaux.

En cas de sous-consommation de l'enveloppe, le montant de la majoration sera augmenté.

Ce qui change rapport à la prime à la brebis :
- seuil de brebis éligibles est fixé à 50 têtes sans plafond.
- plus de droits à prime.
- possibilité de remplacer des brebis par des agnelles, dans la limite de 20 % de l'effectif, sous réserve de naissances au plus tard le 31/12 de l'année précédente, identifiées dans les sept jours et suivies sur un document de traçabilité (carnet d'agnelage ou autre). Ces remplacements devront être notifiés à la DDEA. La FNO a demandé la levée de cette condition.
- seuil de productivité minimal fixé à 0,5 agneau né /brebis et /an (défini en CDOA -minimum de 0,3 en 2010). Il sera calculé sur l'année n-1 par rapport au nombre de brebis mères présentes. Ce seuil non exclusif en 2010, sera progressif jusqu'en 2013. Il sera donc possible d'adapter le nombre de brebis primées au ratio de productivité. Les naissances seront contrôlées sur pièces justificatives (carnet d'agnelage ou liste des boucles).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2335 | juin 2021

Dernier numéro
N° 2335 | juin 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS