La Creuse Agricole 28 juillet 2016 à 08h00 | Par CDA 23

Sylvo-futur

La Chambre d’Agriculture de la Creuse innove dans le renouvellement de peuplements adaptés au changement climatique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CDA23

De 2012 à 2015, la Chambre d’Agriculture de la Creuse a mené une étude pionnière d’adaptation des pratiques culturales au Changement Climatique. La méthodologie développée à cette occasion a été présentée dans plusieurs colloques internationaux et elle fait désormais l’objet d’extensions territoriales vers le Massif Central (projet AP3C) et vers l’arc atlantique (projet Agri-Accept). Les déclinaisons opérationnelles commencent à se mettre en place, dans le cadre d’essais de terrain en semences prairiales et céréalières.

Un domaine connexe à l’agriculture, et étroitement lié en Creuse, est la sylviculture pour lequel la prise en compte du Changement Climatique est encore plus nécessaire, étant donnée la durée du cycle de production. C’est la raison pour laquelle la Chambre d’Agriculture de la Creuse a décidé d’impliquer son service de conseil sylvicole et son climatologue dans la mise au point d’un gabarit d’aide à la décision pour le conseil en renouvellement de peuplements forestiers.
Ce gabarit d’aide à la décision comprend un volet pédologique et un volet climatique. Concernant la pédologie (étude du sol), une analyse multisites est effectuée à la tarière afin de déterminer le type de sol et sa capacité à retenir l’eau (réserve utile en eau). Elle rend possible une réalisation rapide sur tous les peuplements dans le cas de renouvellement. La réserve utile en eau est calculée sur la profondeur de sol prospectable à la tarière grâce à l’aide de coefficients de texture, ce qui évite le recours systématique à la réalisation de fosses pédologiques, chronophage et onéreuse. On associe à l’étude pédologique le bilan hydrique potentiel durant la saison de pousse.
La visite pédologique de terrain sert également à préciser l’orientation de la parcelle pour évaluer son exposition au vent et au rayonnement.
Concernant la partie climatique, on utilise de multiples clés comme le cumul de précipitations ou le nombre de jours de forte température, en saison de pousse. L’innovation spécifique à cette partie est la prise en compte du changement climatique tel qu’il s’est réellement engagé sur le terrain, alors que la plupart des autres méthodes considèrent la période 1981-2010 comme une référence fixe et qui serait encore valable pour l’époque actuelle. Or en 2016, ce qu’on peut attendre du climat est déjà 1,2 °C à 1,5 °C au dessus de la moyenne 1981-2010, pour la saison de pousse, ce qui correspondrait à un décalage de 200 km vers le Sud. Pour le futur du climat, nous utilisons des projections statistiques compatibles avec les évolutions observées. Elles sont  pertinentes pour des cycles de production jusqu’à environ 50 ans.
Cette méthode a été validée par des analyses rétrospectives de parcelles récoltées récemment. On a pu vérifier notamment qu’un dépérissement partiel ou total pouvait être dû à une inadéquation entre l’espèce forestière et le climat tel qu’il avait déjà évolué jusqu’à aujourd’hui.
Pour tout contact à la Chambre d’Agriculture de la Creuse :
- Pierre Beuze (Conseiller Forestier) : 05 19 37 00 30
- Vincent Cailliez (climatologue) : 05 55 61 50 24

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2185 | mai 2018

Dernier numéro
N° 2185 | mai 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui