La Creuse Agricole 13 février 2014 à 08h00 | Par Christian Petit

Suivi sanitaire des chevaux de traits - Le plan de maîtrise MCE et AVE en Creuse

La section équine de GDS Creuse s'est réunie ce 24 janvier pour faire le bilan du suivi sanitaire collectif et programmer la campagne à venir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
GDS Creuse © Malgré une situation difficile pour l' GDS Creuse © Afin que le dépistage MCE et AVE des &eacut

Comme chaque année, la section équine de GDS Creuse s'est réunie afin de faire le point sur la campagne écoulée et programmer celle à venir en fonction du bilan et des perspectives. En relation avec l'actualité 2013, la DDCSPP a fait un point sur l'abattage et le suivi des traitements médicamenteux des équidés.
Le suivi de la métrite contagieuse équine (MCE) et l'artérite virale équine (AVE) en Creuse
Nous avons créé une section équine en 1996 face aux épisodes de MCE survenus en Creuse de 1996 à 1998. Son objectif est le contrôle des étalons utilisés en monte publique afin d'éviter la propagation de maladies et ainsi protéger les juments. Appuyée sur le syndicat des éleveurs de chevaux de traits de la Creuse, nous réunissons dans cette section les intervenants impliqués dans la gestion sanitaire des chevaux lourds : le service santé animale de la DDCSPP, le laboratoire départemental d'analyses (LDA), les vétérinaires, l'union des éleveurs de chevaux de trait du Limousin (UTL).

 

Une prévention vis à vis de la MCE et de l'AVE
La MCE est une maladie bactérienne transmissible sexuellement par la semence d'un étalon infecté. Les juments infectées développent une endométrite. Leur fertilité peut en être altérée. Les juments gestantes transmettent la bactérie au foetus pouvant entraîner des avortements, des mortalités en bas-âge.
L'AVE est une maladie virale qui a provoqué une épizootie en Normandie durant l'été 2007 (plus de 200 chevaux touchés), avec un épisode de fièvre, des symptômes sur des adultes et des mortalités de poulains de moins d'un mois. La contamination intervient par voie respiratoire (1 milliard de virus environ par ml d'écoulement nasal), par voie sexuelle (voie vénérienne directe ou insémination par du sperme congelé ou réfrigéré) ou de manière indirecte par le matériel de soin ou d'élevage (barre de monte, tord-nez...).La prévention par rapport à ces deux maladies implique le dépistage chez les étalons.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 7 février 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui