La Creuse Agricole 06 août 2020 à 07h00 | Par Marien BATAILLE Dr Boris BOUBET Dr Didier GUERIN GDS Creuse - www.gdscreuse.fr

Sept motifs de saisie d’abattoir éligibles à une aide

À travers une série d’articles, nous allons vous présenter les pathologies prises en charge par la mutuelle sanitaire de GDS Creuse et le FAR.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les taches noires sur les abats ou les muscles sont caractéristiques de la mélanose bovine.
Les taches noires sur les abats ou les muscles sont caractéristiques de la mélanose bovine. - © Interbev

La saisie totale ou partielle d’un bovin amené à l’abattoir alors qu’il paraissait en parfaite santé est toujours un moment difficile pour l’éleveur. C’est pourquoi Interbev a mis en place un dispositif d’indemnisation, le FAR, qui complète la mutuelle GDS Creuse.

Le Fonds d’Assainissement Régional (FAR) Nouvelle-Aquitaine
Le FAR Nouvelle-Aquitaine est une « caisse de solidarité » destinée à mutualiser et diminuer les conséquences financières de certaines saisies. C’est un dispositif géré par Interbev qui intervient dans « tout litige lié à une cause sanitaire de saisie entre les producteurs, les abatteurs, les transformateurs, les groupements de producteurs, les négociants et les bouchers ». Pour la Nouvelle-Aquitaine, il est opérationnel depuis le 01/01/2019. L’adhésion se fait via les abatteurs, les organisations professionnelles ou directement par l’éleveur, avec une cotisation forfaitaire pour tout bovin de plus de 8 mois. Cela permet une prise en charge partielle des pertes financières liées à certaines causes de saisies d’abattoir pour cause sanitaire.
L’objectif du FAR est également sanitaire. Il vise à la connaissance des vecteurs des principales causes de dépréciation des carcasses et à la mise en place d’actions pour l’assainissement des cheptels et ainsi limiter les causes et effets des saisies.

Les motifs de saisies couverts par le FAR Nouvelle-Aquitaine
Les saisies à l’abattoir ont des causes très diverses, la plupart étant des séquelles d’anciennes pathologies ou des traumatismes récents. Mais parfois, rien ne laissait présager des lésions observées. Sept motifs ont été choisis pour l’indemnisation du fait de leur caractère « aléatoire et non-maîtrisable ».
- Couleur anormale : mélanose
- Ictère
- Sclérose musculaire (d’origine métabolique)
- Processus tumoral, schwannome
- Cysticercose
- Myosite éosinophilique (sarcosporidiose)
- Altérations et anomalies : tiquetage musculaire (purpura)
D’autres pathologies répondent aux mêmes critères mais elles n’ont pas été retenues du fait de leur rareté.

La mélanose bovine, des taches noires
C’est une pathologie génétique rare provoquant une migration de cellules particulières, les mélanocytes qui se multiplient anarchiquement et en grande quantité. La mélanine produite, de couleur noire, peut s’accumuler dans différents organes comme les reins, le cœur, les poumons, le foie et dans d’autres endroits comme dans les membranes du cerveau, de la colonne vertébrale… On distingue la forme maculeuse, avec des lésions localisées et des saisies partielles, de la forme diffuse, plus rare, avec des lésions généralisées et des saisies totales. Il n’y a pas de contamination possible à l’homme par voie orale mais l’aspect des produits les rend impropres à la commercialisation. Les saisies sont le plus souvent observées sur de jeunes animaux qui présentent des taches noires sur les abats ou les muscles, les lésions semblant disparaître sur les adultes. Du fait du caractère génétique et aléatoire de la maladie, aucune mesure préventive ne peut être mise en place en élevage.

Les ictères, une coloration jaune
Ils sont caractérisés par une coloration jaune de la carcasse, à ne pas confondre avec l’adipoxanthose, coloration jaune des graisses due à l’alimentation. La couleur provient de l’accumulation dans les tissus d’une molécule présente dans les globules rouges, la bilirubine, normalement dégradée par le foie. L’ictère peut être la conséquence d’une destruction massive de globules rouges d’origine infectieuse, parasitaire ou toxique, ou d’un problème hépatique (abcès, hépatite...). C’est un motif de saisie totale car si l’ictère est d’origine infectieuse, il peut y avoir un risque pour la consommation humaine. Au niveau de l’élevage, il est conseillé de regarder les muqueuses des animaux avant l’abattage et en cas de doute, garder l’animal sur la ferme.

La sclérose musculaire métabolique ou fibrolipomatose, des bandes rouges et jaunes alternées
Plusieurs pathologies peuvent entraîner des lésions musculaires irréversibles : cicatrisation suite à chirurgie ou déchirure, myopathie carentielle, dégénérescence graisseuse sur les animaux trop gras. La fibrolipomatose ou myodystrophie est caractérisée par une destruction des cellules musculaires due à un défaut d’apport d’oxygène. Le muscle détruit est remplacé par du tissu fibreux colonisé par des adipocytes (cellules graisseuses). En surface, l’aspect du muscle est peigné : il y a alternance de bandes rouges et jaunes très irrégulières en largeur. Les lésions ne sont parfois détectées qu’à la découpe avec un muscle qui ressemble à un damier. C’est un motif de saisie assez fréquent, sur tous types de bovins même si les jeunes semblent plus touchés. Si des cas sont régulièrement enregistrés dans un élevage, il faut limiter les traumatismes sur les animaux (glissades, chocs…), éventuellement revoir la ration, notamment la complémentation en oligoéléments.

Processus tumoral, schwannome : une tumeur des gaines nerveuses
Comme tous les animaux, les bovins peuvent présenter des tumeurs, même si elles restent plus rares du fait d’un abattage jeune. Certaines sont bénignes, localisées et n’entraînent qu’une saisie partielle. En revanche, en cas de processus malin et généralisé, il y aura saisie totale. Le schwannome est une tumeur des gaines nerveuses qui occupe une place à part, car bénigne mais souvent généralisée. L’origine est encore inconnue même si des pistes génétiques et virales sont évoquées. Tout en restant rare, c’est la tumeur la plus retrouvée sur les bovins et bien que les lésions internes soient importantes, la maladie est souvent asymptomatique du vivant de l’animal. Elle touche principalement des bovins âgés de plus de 10 ans (14 ans en moyenne). Les animaux de race prim’holstein et limousine semblent être davantage prédisposés au schwannome que d’autres races comme la charolaise et la blonde d’Aquitaine. Dans tous les cas, l’indemnisation n’interviendra que si aucun diagnostic n’avait été posé avant l’abattage, ce qui est relativement fréquent en bovins.

La mutuelle sanitaire GDS Creuse pour les saisies d’abattoir
Depuis des années, GDS Creuse indemnisait ses adhérents pour cysticercose et tiquetage. Depuis le 01/01/2019, la mutuelle sanitaire fait une prise en charge de 20 % des pertes liées à ces 7 motifs de saisie qui peut être complétée par l’indemnisation FAR. Pour tout renseignement sur le FAR, contactez Interbev Nouvelle-Aquitaine (far@interbev-nouvelleaquitaine.fr ou au 05 57 85 40 10). En cas de saisie d’abattoir, vous pouvez échanger avec votre vétérinaire pour comprendre le motif de saisie et voir si des mesures sont à mettre en place, ou vous rapprocher de nos services. Nos prochains articles seront consacrés à la sarcosporidiose, la cysticercose puis le tiquetage musculaire.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2298 | septembre 2020

Dernier numéro
N° 2298 | septembre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS