La Creuse Agricole 06 septembre 2018 à 08h00 | Par Dr Boris BOUBET-Dr Didier GUERIN

Se protéger et intervenir rapidement en cas d’alerte

La campagne 2017-2018 confirme votre mobilisation contre cette maladie avec une augmentation du nombre de cheptels sous apport de garantie.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© GDS Creuse) La prévention et la lutte vis à vis de la paratuberculose demandent le strict respect d’une méthodologie au sein de votre élevage. Retrouvez le dossier complet paratuberculose sur www.gdscreuse.fr, onglet « Bo&i © GDS Creuse Retrouvez la liste des cheptels creusois sous apport de garantie en matière de paratuberculose sur notre site www.gdscreuse.fr – onglet « Garanties élevages ». Pour les autres départements, contactez-no © GDS Creuse

La paratuberculose bovine reste une maladie insidieuse avec des conséquences économiques importantes. Les pertes sont directes (mortalité, euthanasie des malades, baisses de production) et indirectes (non-accès à certains débouchés commerciaux) pénalisant aussi bien tout éleveur acquéreur que certains secteurs tels que la vente de génétique ou la filière de reproduction assistée (insémination, transfert embryonnaire).

Un impact économique accru
Du fait de l’interdiction d’animal malade en abattoir, dès l’apparition de signes cliniques, un bovin paratuberculeux ne présente plus de valeur. Sa destination sera l’équarrissage. Ainsi, aux pertes de production, s’ajoute, dès le début des signes cliniques, la perte totale de l’animal. Ceci explique l’augmentation de la vigilance en matière de paratuberculose et la progression des plans d’assainissement et des exigences en matière de garanties sanitaires vis à vis de cette maladie.

Des caractéristiques de cette maladie qui rendent sa maîtrise difficile…
Trois caractéristiques de cette maladie conditionnent les plans de lutte et de prévention :
- Un germe très résistant dans le milieu extérieur, tout particulièrement en milieu acide.
- Un long développement au niveau de l’animal. Le germe se développe très lentement chez le bovin, la contamination a lieu souvent dans les premiers mois de vie et les premiers symptômes apparaissent, en cheptel allaitant, entre 2 à 4 ans dans 50 % des cas, beaucoup plus tard (jusqu’à l’âge de 10 ans et plus) pour les 50 autres %. La période d’excrétion et donc de contamination du milieu sera plus ou moins longue en fonction de l’animal et de son maintien dans l’exploitation.
- Des analyses disponibles pour détecter les bovins atteints imparfaites puisque la détection des bovins infectés ne peut intervenir que 2 ans minimum après l’infection, lorsqu’ils sont en phase d’excrétion (PCR) ou à un stade d’infection avancé (ELISA). Leur répétition au niveau d’un troupeau permet d’apporter des garanties de cheptel. Le bénéfice immédiat de ces analyses est la détection d’animaux infectés avant qu’ils ne présentent des symptômes et donc permet de les réformer dans de bonnes conditions pour une meilleure valorisation économique.

… d’où la nécessité d’associer précocité d’intervention, vigilance et constance dans l’action
Du fait des caractéristiques de cette maladie, plus l’intervention sera précoce (intervenir dès la mise en évidence de la maladie dans l’élevage), moins le plan d’assainissement sera long et donc coûteux. Le plan de lutte s’appuie sur deux catégories de mesures : la détection et la réforme précoce des animaux excréteurs et de leur dernier descendant, et la maîtrise sanitaire des risques de contamination. Toute omission d’une mesure, expose au mieux à une augmentation de la durée du plan, au pire à un échec.

Un dépistage systématique pour aller vers l’assainissement…
Le bilan de la campagne 2017-2018 fait apparaître une situation qui évolue favorablement. 353 cheptels sont en plan pour près de 30 000 animaux dépistés. 22 élevages sont entrés en plan sur la campagne suite à identification d’un cas clinique ou pour obtenir l’apport de garantie. 16 élevages sont sortis de plan, pour cause de cessation ou parce que l’objectif d’assainissement était atteint. 22 cheptels sont en cours d’acquisition de l’apport de garantie et sur les 151 cheptels en assainissement, 48 ont obtenu une première série de résultats négatifs. L’historique de dépistage accumulé dans ces élevages permet de renforcer les garanties apportées par rapport aux cheptels tout venant, même si l’assainissement n’est pas terminé. Autre point positif, nous constatons une augmentation régulière du nombre de cheptels sous apport de garantie montrant que le dépistage sérologique annuel et des mesures sanitaires rigoureuses permettent de maitriser la maladie dans un élevage.

… et poursuivre sur l’apport de garantie
Au niveau national, un référentiel technique national d’apport de garantie de cheptel a été élaboré avec des évolutions importantes en 2018. Il repose sur les données scientifiques actualisées et les éléments de terrain recueillis au sein des différentes régions et en particulier sur le travail réalisé dans le Limousin. Ce dispositif est à disposition de tous les GDS depuis mai 2004. La connaissance du statut du cheptel d’origine apporte la meilleure garantie lors de mouvements d’animaux. 180 élevages sont sous apport de garantie (au moins deux séries négatives sur tous les bovins de plus de 24 mois). La moitié sont des cheptels reproducteurs limousins, le dépistage de la paratuberculose étant une obligation pour l’adhésion au Herd-Book Limousin (HBL). En Creuse, les 100 élevages adhérents au HBL ont un plan de dépistage et 92 sont sous apport de garantie. Ce chiffre est supérieur au taux observé au niveau national, preuve de la qualité du travail entrepris par les éleveurs creusois. Outre ces élevages HBL, 88 élevages sont aussi sous apport de garantie, essentiellement des éleveurs limousins qui commercialisent des animaux reproducteurs ou qui souhaitent préparer leur cessation et transmettre un cheptel sain. Ceci fait suite à la sensibilisation mise en place par GDS Creuse depuis plusieurs années.

Un contrôle à l’introduction associant analyses sanguine et de fèces
Malgré la progression en matière d’apport de garantie de cheptel vis à vis de la paratuberculose, nombre de bovins introduits ne rentrent pas dans ce cadre. Tout bovin de plus de 18 mois non garanti au regard de la paratuberculose devra faire l’objet d’un contrôle à l’introduction en prenant en compte les limites et composantes de cet examen. Du fait d’une sensibilité limitée des analyses, il sera associé systématiquement une recherche paratuberculose sur le sang (ELISA) et sur les fèces (PCR). GDS Creuse, avec l’aide du Conseil départemental, prend en charge 50 % des frais d’analyses lors d’utilisation du billet de garantie conventionnelle. Sur les bovins de moins de 18 mois, rappelons que tout dépistage est inutile du fait du manque de sensibilité de l’analyse à cet âge et que le dépistage doit se faire dans le mois suivant son passage à 18 mois. Aucune garantie individuelle ne pouvant être apportée, seul le statut du cheptel d’origine sera utile.

Le respect strict des mesures sanitaires, une des composantes de notre concept « Le sanitaire… j’adhère ! » avec un accompagnement de GDS Creuse
La réussite de la prévention et de la lutte contre la paratuberculose passe par un strict respect des mesures sanitaires : précautions à l’introduction pour éviter son entrée, mise en place rapide et respect des mesures préconisées en cas de présence dans l’élevage. Notre investissement dans cette action est technique (outils collectifs pour la prévention et la lutte et le suivi individuel, en relation avec le vétérinaire de l’élevage) et financier (aides aux analyses et visites, mutuelle sanitaire en élevage bovin). C’est une des composantes de notre concept « Le sanitaire… j’adhère ! ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2201 | septembre 2018

Dernier numéro
N° 2201 | septembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui