La Creuse Agricole 22 décembre 2016 à 08h00 | Par Dr Didier Guérin

Salmonellose bovine : Être vigilant et respecter les bases sanitaires

En cette fin d’automne, de nouveaux cas de salmonellose bovine ont été diagnostiqués dans le nord-est de la Creuse. Face à ce phénomène, la vigilance et le respect des mesures sanitaires de base permettent de limiter considérablement l’impact.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © GDS Creuse

La salmonellose est mondialement connue. La Creuse a été confrontée à cette maladie en 1995/1996 et 2005/2006 avec une cinquantaine de foyers par an. Nous observons actuellement une recrudescence dans le nord-est creusois et en zones limitrophes des départements voisins avec un impact dans les élevages très dépendants des mesures mises en place lors de l’apparition de la maladie.

Une bactérie résistante infectant de nombreuses espèces
Les salmonelles sont des bactéries qui vivent à l’origine dans le sol et l’eau. De là, elles colonisent le tube digestif de nombreuses espèces d’animaux domestiques ou sauvages (mammifères, oiseaux, reptiles, insectes…) et des êtres humains. Très résistantes dans le milieu extérieur, elles peuvent survivre de 50 à 100 jours dans l’eau et plusieurs mois dans les couches superficielles du sol ou les déjections. On compte plus de 2 500 types de salmonelles. Presque toutes sont pathogènes pour les ruminants. Citons, parmi les plus fréquemment rencontrées chez les bovins : Salmonella Typhimurium, S. Dublin et S. Montevideo. De nombreuses salmonelles peuvent faire avorter les vaches. Une des plus régulièrement abortive est Salmonella Dublin.

Une contamination par voie orale, une maladie inaperçue à mortelle
Les salmonelles pénètrent essentiellement par voie orale. Elles se multiplient alors dans la muqueuse intestinale et colonisent l’intestin. Les souches pathogènes traversent les cellules intestinales et contaminent les ganglions mésentériques en 24 heures, puis, tout l’organisme. Différentes évolutions peuvent se présenter :
- La stimulation de l’immunité locale et générale aboutit à la guérison rapide. La maladie passe alors inaperçue ou presque.
- L’invasion du tissu lymphoïde fait des infectés des porteurs latents, susceptibles de devenir des excréteurs intermittents après la fin de la manifestation de la maladie.
- Les organes de défense se trouvent dépassés par la virulence de la bactérie, il y a septicémie (passage du germe dans le sang) puis atteinte de différents tissus et manifestation de symptômes graves, parfois mortels.
Le pouvoir pathogène des salmonelles dépend de la souche incriminée, de la dose ingérée et de l’état de résistance de l’animal : état nutritionnel, immunodépression…

Le peripartum, une période à hauts risques
La phase autour du vêlage est à haut risque. Les animaux immunodéprimés (migration des anticorps vers le colostrum, stress du vêlage...) sont plus excréteurs et réceptifs. Chez les bovins adultes, la forme aiguë se traduit par des diarrhées très liquides entraînant rapidement une déshydratation avec une forte hyperthermie et de l’abattement. Suite à la dissémination des salmonelles dans l’organisme, elles aboutissent dans l’utérus des vaches en gestation, pouvant entraîner des avortements. Les jeunes veaux, très sensibles, présentent une diarrhée liquide hémorragique et séromembraneuse. Jusqu’à l’apparition de la diarrhée, leur température est très élevée (de 41 ° à 42 °C). Puis, ils ont des efforts de défécation, se déshydratent et paraissent épuisés. Sans traitement, la maladie est souvent mortelle. En cas de survie, les malades peuvent devenir porteurs chroniques (jusqu’à 10 % des animaux). Le taux de malades est souvent supérieur à 40 %, la mortalité peut atteindre 10 %.

Des mesures sanitaires de base essentielles à respecter
Lors d’atteinte de votre élevage par cette maladie, pour une même virulence du germe, l’impact de la maladie sera fortement dépendant des actions mises en place. D’un point de vue chronologique, les principales sont les suivantes :
Faire un examen clinique précoce et complet : Lors de toute apparition de diarrhée sur un veau ou une vache, notamment aux alentours du vêlage avec une atteinte de l’état général, un examen approfondi de l’animal sera effectué dès le début d’évolution avec prise obligatoire de la température avant tout traitement.
Isoler l’animal malade : Les bovins atteints excrètent de nombreux germes (1 à 100 milliards de germes par gramme de fèces). L’isolement du malade, la récupération avec élimination des matières infectieuses (notamment avorton et annexes fœtales lors d’avortements) et la désinfection de la zone contaminée sont des mesures essentielles de prévention de contamination des congénères.
Mettre en place un diagnostic de laboratoire et un traitement précoce et adapté : Au moindre doute, faîtes appel à votre vétérinaire qui effectuera un prélèvement pour examen bactériologique pour confirmer la suspicion, typer le germe et réaliser l’antibiogramme. La connaissance de ces données va permettre de déterminer l’antibiothérapie qui doit être installée de façon très précoce, être massive, soutenue (5 à 6 jours minimum) et complétée par une fluidothérapie abondante avec l’utilisation d’anti-inflammatoires pour lutter contre le choc endotoxinique. La vaccination pourra être envisagée pour protéger le reste du cheptel et éviter les récidives. Elle permet d’éviter les problèmes cliniques mais n’empêche pas le portage de salmonelles.
Rechercher les sources de contamination : Les sources de salmonelles sont d’abord les animaux porteurs chroniques quelle que soit l’espèce porteuse. Après un épisode clinique, 8 % à 9 % des vaches restent des excréteurs épisodiques. La dissémination s’effectue par l’eau ou par les aliments solides. La contamination inter espèces existe de façon importante, notamment entre volailles, porcs, bovins et humains. La présence de volailles représente un risque majeur de maintien et de diffusion des salmonelles dans l’environnement.
Supprimer les sources de contamination : Après un épisode de salmonellose, une désinfection et une dératisation (les rongeurs peuvent être vecteurs) seront réalisées. Pour les effluents d’élevages (lisier et le purin), une durée de 2 mois minimum doit séparer l’épandage du pâturage.

Une maladie transmissible à l’Homme
Presque toutes les salmonelles sont contagieuses à l’Homme. La contamination se fait par voie orale à partir des mains souillées ou suite à la consommation de denrées animales ou végétales contaminées. La symptomatologie est dominée par des signes digestifs avec une gastroentérite parfois mortelle par suite de déshydratation.
Si vous avez diagnostiqué un cas de salmonelle dans votre élevage, vous devez :
- avoir une hygiène très stricte (vous laver soigneusement les mains, les bottes, les désinfecter, changer de tenue après avoir soigné les animaux),
- installer un pédiluve à destination des intervenants extérieurs,
- informer votre laiterie si elle travaille le lait en cru,
- en vente directe de lait cru ou de fromages : retirer les lots le temps de s’assurer par des analyses de laboratoire (autocontrôle) que la production reste saine,
- renseigner sur l’ASDA l’Information dans la chaîne alimentaire ou ICA si il y a eu au moins 2 cas de salmonellose bovine dans l’élevage en 2 mois.

Une aide technique et financière de GDS Creuse
La salmonellose peut être une maladie grave dans un élevage. Comme lors de toute problématique infectieuse, particulièrement contagieuse, le respect des mesures sanitaires de base permet de limiter fortement l’impact de la maladie. C’est une des composantes du concept « Le sanitaire... j’adhère ! ». De plus, la salmonellose est une des maladies prises en compte dans le cadre de la mutuelle sanitaire en élevage bovin. Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à contacter Gds Creuse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2194 | juillet 2018

Dernier numéro
N° 2194 | juillet 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui