La Creuse Agricole 30 septembre 2009 à 10h00 | Par A.M.

Saint-Vaury - Salle comble pour la maladie de Lyme

La région de Guéret, Saint-Vaury est une des régions la plus concernée de Creuse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une assistance venue en nombre pour discuter d'un fléau répandu autour de la préfecture creusoise.
Une assistance venue en nombre pour discuter d'un fléau répandu autour de la préfecture creusoise. - © D.R.

Les comités locaux MSA des cantons de Guéret, Saint-Vaury, Bonnat et Dun-le-Palestel ont organisé une réunion d'information à Saint Vaury sur la maladie de Lyme. Cette conférence fut animée par le Docteur Devesa-Mansour, médecin-chef du service médecine interne-hématologie de l'hôpital de Guéret.

La maladie de Lyme, ou Borréliose de Lyme, est une maladie infectieuse transmise à l'homme. Une tique infectée et non détectée peut provoquer la maladie de Lyme. Elle est due à une bactérie, la borrelia burgdorferi. Cette maladie, identifiée en 1975 est en recrudescence en France et ses conséquences peuvent être graves. La maladie de Lyme se contracte essentiellement de mars à septembre-octobre dans la nature : bois, prés, jardins, etc. Tout le monde peut-être affecté, les agriculteurs, les bûcherons bien sûr, mais aussi les chasseurs, les randonneurs, etc… L'Est et le Centre de la France sont les régions les plus touchées. La région de Guéret, Saint-Vaury est une des régions la plus concernée de Creuse.

Comment est on infecté ?

La tique se fixe sur la peau, là où elle est la plus fine comme l'aine, le cou, le creux du genou, mais aussi sur la tête des enfants. Il n'existe pas d'immunité contre la borrelia, on peut donc développer plusieurs borrelioses à des stades différents. A ce jour il n'existe pas de vaccin. Pour être contaminé, il faut donc une tique et une borrelia.

La maladie de lyme comprend trois phases :
- Au stade primaire survient une lésion cutanée, 3 à 30 jours après la morsure, l'érythème migrant chronique. C'est une lésion annulaire, non inflammatoire, peu ou pas prurigineuse, centrée par le point de piqûre. Cet érythème se voit dans 50 % des cas. Il disparaît spontanément, sans traitement, après 3 à 4 semaines. Parfois, il peut y avoir de la fièvre, des céphalées, qui indiquent un signe de dissémination systémique. A ce stade, la sérologie est inutile, et le traitement antibiotique qui varie de 15 jours à 3 semaines est très efficace.
- Au stade secondaire, les manifestations peuvent être d'ordre neurologiques, (méningites, troubles de la sensibilité…), cardiaques, articulaires ou cutanées.
- Au stade tertiaire, qui peut survenir 10 ans après la morsure, se regroupent des dermatites chroniques atrophiantes, des arthrites chroniques destructives, des ancéphalomyélites progressives.

Comment se protéger ?

Il est conseillé de porter des vêtements longs, des chaussures fermées pour éviter que les tiques se fixent sur la peau, de porter des vêtements clairs pour localiser les tiques plus facilement, d'utiliser des répulsifs et de se débarrasser rapidement des tiques fixées à la peau et se trouvant sur les vêtements.

La tique doit être extraite à l'aide d'une pince en évitant de l'écraser, ce qui augmenterait les risques de contamination. Il est également déconseillé d'appliquer de l'éther qui risque de la faire régurgiter et ainsi, accroître le risque d'infection. Si une auréole rouge évolutive apparaît, il faut consulter son médecin. Il est également conseillé de surveiller la région de la morsure pendant un mois.

Pour les animaux, tels que les chiens, il faut retirer les tiques. Il existe des colliers anti-tiques et contrairement à l'homme, un vaccin est disponible. Les bovins peuvent eux aussi être malades : fatigue, boiteries, arthrites récidivantes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2301 |  0000

Dernier numéro
N° 2301 | 0000

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui