La Creuse Agricole 23 juin 2010 à 11h42 | Par Cyrielle Delisle

Rôle des haies - Quels atouts pour les haies bocagères ?

Une haie est une association végétale de plusieurs espèces adaptées au sol et au climat. Avec le remembrement, de nombreuses haies ont été supprimées (45 000 km de haies ont disparu de 1975 à 1987 en France), alors qu’elles offrent de multiples avantages.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les haies constituent un atout majeur dans le paysage : protection, écoulement, vie, énergie, paysage.
Les haies constituent un atout majeur dans le paysage : protection, écoulement, vie, énergie, paysage. - © D.R.

La haie présente de nombreux intérêts pour les cultures et plus généralement pour l’environnement. Autrefois, elles étaient appréciées pour leur capacité à délimiter les parcelles, à fournir du bois d’œuvre et de chauffage, tout en protégeant les cultures et les animaux du vent,… Retour sur les divers atouts des haies.

 

1- Une protection contre les vents

La haie en milieu rural, composée d’arbres de grande taille et d’arbustes caducs a l’avantage de protéger des vents cultures, élevages et bâtiments. Une haie brise-vent peut offrir une protection aux effets du vent sur une distance de 10 à 20 fois sa hauteur. La vitesse du vent peut alors être diminuée de 30 à 50 %. La haie joue également sur le climat de culture en réduisant de 20 à 30 % l’évaporation et en élevant la température de l’air de 1 à 2 °C en saison froide. Malgré une perte de terrain qui lui est imputable (2 à 3 %), la haie brise-vent procure un meilleur rendement en amont des cultures et une meilleure production des élevages. Les animaux bénéficiant d’une protection contre les vents et le soleil.

 

2- Une diminution de l’écoulement

Une haie, associée au talus et au fossé, freine l’écoulement de l’eau, favorisant ainsi son infiltration et sa purification. Par son action d’infiltration vers les nappes profondes, elle permettra de diminuer l’intensité des crues. Les arbres et talus la composant, absorbent par ailleurs une partie des nitrates et autres polluants (produits phytosanitaires) grâce à leurs racines, évitant ainsi le transfert des polluants vers les cours d’eau.

 

3- Un lieu de vie

Selon les types d’essences qui constituent les haies, on va y retrouver de nombreuses populations d’espèces animales. Elles représentent un lieu de vie pour les oiseaux, les insectes, les reptiles et autres petits mammifères qui trouvent en elles abris, nourriture et lieux de reproduction. Ces espèces carnivores, tout en contribuant à la richesse du milieu naturel, peuvent être des alliées à la production agricole. En effet, elles mangent les nuisibles (campagnols et autres souris) sans s’attaquer aux cultures.

 

4- Une source d’énergie renouvelable

Production d’énergie et de matériaux sont deux autres atouts intéressants. Notamment par l’intermédiaire de la production de bois d’œuvre et de bois de chauffage. Grâce à la taille de feuillus comme le chêne, le merisier, le châtaignier, il est possible d’obtenir du bois d’œuvre utilisé pour la charpente, le sciage, les piquets,…

Après avoir laissé sa place aux énergies fossiles, le bois de chauffage (bûches, bois déchiqueté) issu de l’entretien des haies retrouve de l’attrait en raison de son caractère renouvelable et de l’augmentation du prix des énergies fossiles. Par exemple, depuis quelques années, la chaudière à bois déchiqueté rivalise avec les chaudières à fioul ou à gaz.

 

5- Un paysage

Le maillage bocager joue un rôle important dans le paysage. Il apporte de la beauté au site, marque le parcellaire en suivant les limites de propriétés et contribue de manière déterminante à l’identification territoriale, comme par exemple le bocage Normand.

 

Source : Guide technique 2010, direction de l’environnement et de la biodiversité du conseil général du Calvados.

Le choix des essences

Lors de la plantation d’une haie, le choix des essences est déterminé par de nombreux facteurs, tels que la composition du sol, l’exposition du terrain, l’espace disponible, etc.

 

Des contraintes réglementaires et techniques sont également à prendre en considération en fonction du lieu d’implantation. Par exemple, en bordure de route, des règles quant à la visibilité des automobilistes sont à respecter. En présence de lignes électriques ou téléphoniques, il faut éviter les haies avec des arbres de haut jet. En bordure d’une parcelle drainée, ne pas planter de haies à plat car les racines risquent de boucher les drains. Une distance de plantation de 6 m minimum entre les arbres de haut jet est nécessaire. Ou encore, il est important de tenir compte de la vitesse de croissance des différentes essences pour éviter l’étouffement des haies basses par les strates plus hautes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui