La Creuse Agricole 12 juillet 2013 à 08h00 | Par HP

Revenus agricoles - Quand la volatilité accentue les écarts

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Globalement, les revenus du monde agricole ne se seront pas trop mal comportés en 2012 si l’on en croit les données de la Commission des comptes de l’Agriculture, réunie le 3 juillet. Le résultat net de la branche agricole par actif, en termes réels, a progressé de 5,4%. En euros courants par actif non salarié des moyennes et grandes exploitations, la progression atteint 9% (10% en 2011). Un record, selon le SSP, service statistique du ministère de l’Agriculture. Mais compte tenu de la volatilité des cours, les résultats sont très variables selon les productions. Producteurs de lait et viticulteurs sont les plus mal lotis. Dans une analyse de ces comptes à moyen terme, l’APCA (Assemblée permanente des chambres d’agriculture) fait ressortir les différences entre productions végétales et animales de même qu’entre régions françaises. Autant d’éléments qui constitueront des enjeux lors des négociations sur l’application de la nouvelle politique agricole européenne en France. Le ministre de l’Agriculture a annoncé que l’application de cette Pac aurait aussi comme objectif de réduire les écarts de revenus.
Il y a, chaque année, des écarts de plus en plus grands dans les résultats atteints pour le revenu agricole selon les différents types de production. 2012 aura confirmé le phénomène si l’on en croit les résultats de la Commission des comptes de l’agriculture réunie le 3 juillet. Des données qui amplifient les estimations livrées en décembre dernier mais surtout montrent l’importance croissante des écarts.
En euros courants par actif non salarié des moyennes et grandes exploitations, la progression atteint 9% (10% en 2011). Un record, selon le SSP, service statistique du ministère de l’Agriculture. Le résultat net par actif (salariés et non salariés) en termes réels, selon l’Insee, progresse en moyenne de 5,4%. Cependant, les performances ont été extrêmement variables. Les plus mal lotis : les producteurs de lait. «Le prix du lait diminue sous l’effet de la pression à la baisse des prix des produits laitiers industriels», indiquent les experts de l’Insee (Institut national de la statistique). À cela s’ajoute l’impact du prix des aliments du bétail qui a continué à être élevé. Du coup, leur revenu retombe à 24700 euros, selon des données diffusées par l’APCA (Assemblée permanente des chambres d’agriculture). Les éleveurs d’ovins et de bovins-viande sont encore moins bien lotis et voient leur revenu s’effriter à environ 17000 euros annuels. En revanche, les statisticiens considèrent que les prix du porc et des volailles ont globalement augmenté en 2012 (malgré un reflux en fin d’année), rendant possible une amélioration de leur situation. Le revenu agricole par actif pour les éleveurs de porcs se situerait en 2012 à près de 53000 euros annuels. Une «performance» qui étonne Christiane Lambert, productrice de porcs et vice-présidente de la FNSEA. Le revenu des éleveurs ne semble pas avoir vraiment augmenté en 2012 et le progrès marqué par les statistiques serait, selon Christiane Lambert, surtout à une réévaluation des stocks d’animaux qui sont très importants en production porcine.

 

Les productions végétales en pointe
Tous ces chiffres sont bien en deçà des résultats des productions végétales. Si la valeur de la production betteravière a plutôt baissé (-12,7%), les résultats de la plupart des producteurs de grandes cultures se sont améliorés. Les prix mondiaux et européens ont continué à être très soutenus en 2012 avant de rebaisser en 2013. Ce fut le cas des céréales comme des graines d’oléagineux et de protéagineux. Dans ce dernier cas, les prix en hausse font plus que compenser la réduction de la sole. Selon l’APCA, qui se fonde sur des chiffres du service statistique du ministère de l’Agriculture, les COP (Céréaliers, oléoprotéagineux) atteignent le résultat de 72800 euros de revenu annuel, les producteurs de légumes (39400 euros) et les arboriculteurs (27100 euros) voient leur revenu s’apprécier. Seuls les viticulteurs connaissent une détérioration de leur situation, revenant à une moyenne de 32800 euros annuels. La situation y est en tout cas très diversifiée, notent les statisticiens. Un point commun toutefois : la vendange a été presque partout de niveau faible.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 12 juillet 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2222 | février 2019

Dernier numéro
N° 2222 | février 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui