La Creuse Agricole 11 mars 2010 à 07h57 | Par Agrapresse

Réforme de la PAC - Le front commun Allemagne-France n’est pas si sûr

Vu du côté de Paris, la France et l’Allemagne sont sur la même longueur d’ondes concernant la réforme de la politique agricole commune. Vu de Bruxelles, ce n’est pas si net.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Elena Espinosa, la ministre espagnole de l’environnement et de l’environnement rural et marin a présidé le conseil agricole du 22 février.
Elena Espinosa, la ministre espagnole de l’environnement et de l’environnement rural et marin a présidé le conseil agricole du 22 février. - © D.R.

Des divergences existent, nombreuses, entre pays européens en général et aussi entre la France et l’Allemagne en particulier. Quelles sont les principales lignes de divergence entre pays européens concernant la réforme de la Pac ? C’est ce qu’a voulu savoir l’équipe d’Agra Presse à Bruxelles, qui a interrogé plusieurs sources présentes lors du Conseil agricole du 22 février où la question a été abordée. De fait, le débat du Conseil agricole sur les mesures de gestion des marchés après 2013 a confirmé les divergences entre les Etats membres les plus libéraux et les autres. L’Allemagne ayant tendance à se situer dans le camp des premiers.

 

Orientation vers le marché : nettes divergences

Treize Etats membres - France, Portugal, Lituanie, République tchèque, Slovénie, Finlande, Roumanie, Autriche, Bulgarie, Pologne, Luxembourg, Italie, Chypre - jugent que la PAC, aujourd’hui, est suffisamment orientée vers le marché, tandis que neuf autres - Royaume-Uni, Suède, Allemagne, Estonie, Malte, Slovaquie, Pays-Bas, Lettonie, Danemark - considèrent que cette orientation doit encore être renforcée. Dans ce contexte, la Belgique, la Hongrie, la République tchèque, la Finlande et l’Italie soulignent le désavantage compétitif de la production de l’UE qui obéit à des normes plus élevées que celle des pays tiers. Enfin, la Hongrie, la Lituanie et la Suède se plaignent du faible niveau du soutien direct dans les nouveaux Etats membres comparé aux anciens.

 

Filet de sécurité : quasi-majorité ?

Une quasi-majorité - Hongrie, Malte, Royaume-Uni, Grèce, Pologne, Estonie, Lettonie, France, Portugal, Suède, Bulgarie, Slovaquie, Italie - considère que les instruments actuels de gestion du marché ne constituent pas un filet de sécurité suffisant dans un scénario de volatilité croissante des prix, le Royaume-Uni affirmant de plus que ceux-ci minent la compétitivité.

 

La Belgique, la Finlande et l’Autriche estiment que ces outils doivent être renforcés. Selon la Belgique, la Lituanie, la République tchèque, la Roumanie et l’Irlande, ils doivent être maintenus autant que possible, la République tchèque souhaitant toutefois qu’ils soient clairement limités dans le temps. Six Etats membres - Grèce, Roumanie, Pologne, Pays-Bas, Luxembourg, Irlande - se sont nettement exprimés en faveur de mécanismes d’intervention, le Royaume-Uni étant clairement contre.

 

Le Royaume-Uni, l’Allemagne et les Pays-Bas sont opposés au maintien des restitutions à l’exportation, tandis que la République tchèque et la Finlande sont d’avis que, si celles-ci sont abolies, elles devraient être compensées par un autre instrument. Pour la Lettonie, ces soutiens à l’exportation pourraient être conservés jusqu’à la conclusion des négociations de l’OMC.

 

Selon plusieurs témoignages, une minorité affirme que les mesures actuelles de gestion du marché assurent un filet de sécurité suffisant. Il s’agit de l’Allemagne (qui reconnaît toutefois la nécessité de les revoir), de la Slovénie (qui juge que leur efficacité devrait être améliorée), de Chypre (dont le point de vue varie selon les secteurs) et du Danemark.

 

Instruments complémentaires : majorité écrasante

Une majorité écrasante d’Etats membres est favorable à l’examen d’outils complémentaires, en plus de ceux fournis aujourd’hui par l’organisation commune des marchés.

 

Les principaux instruments suggérés visent à : renforcer les organisations de producteurs et interprofessionnelles (France, Finlande, Italie, Roumanie, Lettonie, Chypre, Danemark, Suède) ; assurer une meilleure surveillance et une plus grande transparence des prix et du marché (Autriche, Belgique, Grèce, Slovénie, Chypre, Danemark) ; lutter contre la volatilité excessive des prix (Allemagne, Roumanie, Irlande, Chypre) ; instaurer des contrats standardisés entre les producteurs et les distributeurs (Slovénie, Pays-Bas) ; gérer les risques (Roumanie, Luxembourg) ; améliorer le pouvoir de négociation des agriculteurs (Belgique, République tchèque).

 

La Slovénie, la Bulgarie et l’Irlande ont aussi plaidé pour des mesures qui pourraient être adaptées aux situations. Finalement, seul le Royaume-Uni a jugé que des instruments complémentaires n’étaient pas nécessaires.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui