La Creuse Agricole 03 octobre 2013 à 11h42 | Par Christian Petit/Dr Didier Guérin

Protection des cheptels en paratuberculose - Se protéger en paratuberculose

Des outils et des méthodes de protection de nos élevages contre la paratuberculose sont à la disposition des éleveurs et utilisés de mieux en mieux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 © GDS Creuse  © GDS Creuse

La contamination de son cheptel par la paratuberculose peut s’effectuer par l’introduction d’un bovin infecté ou la reprise de terrains contaminés. Le contrôle individuel présentant d’importantes limites, à l’initiative de GDS France, l’ACERSA (association de certification en santé animale) a élaboré un référentiel technique national d’apport de garantie de cheptel. Il repose sur les données scientifiques et les éléments de terrain recueillis au sein des différentes régions dont le travail réalisé en Limousin. Ce dispositif est à disposition depuis mai 2004.

 

Une garantie de cheptel basée sur une itération des contrôles individuels
L’acquisition de la garantie nécessite deux contrôles négatifs sur tous les bovins âgés de 24 mois et plus, espacés de 9 mois minimum à 30 mois maximum. Le maintien est assuré par le contrôle des bovins de plus de 24 mois lors de la prophylaxie suivante (9 à 15 mois après le second contrôle d’acquisition). Puis, chaque année, au moment de la prophylaxie, sont contrôlés en alternance les animaux âgés de 24 à 72 mois et les introductions âgées d’au moins 18 mois et réalisées depuis moins de 30 mois. Parallèlement, les introductions dans les élevages sous apport de garantie de bovins de plus de 18 mois sont contrôlées systématiquement en ELISA et PCR. Les animaux provenant de cheptels sous apport de garantie peuvent déroger à ces mesures.

 

Une mobilisation du Herd‑book Limousin (HBL) avec une obligation de dépistage
La paratuberculose étant majoritairement présente dans les zones à sols acides et humides, les races originaires de ces territoires sont les plus exposées. Il s’agit notamment de la Limousine pour notre région et les races laitières. Conscient de l’impact économique et sanitaire que représente cette maladie au sein d’un élevage, la base de la sélection diffusant des animaux à destination d’un grand nombre de cheptels, le HBL impose depuis le 1er janvier 1999 que tout éleveur souhaitant entretenir l’inscription de son cheptel réalise un dépistage vis à vis de la paratuberculose. Cela veut dire que tout éleveur « reproducteur » en race Limousine possède un suivi paratuberculose qui peut être demandé par chaque éleveur acheteur ! Suivant les mêmes objectifs, les stations d’évaluation (Lanaud et Gévial) n’intègrent que des veaux provenant de cheptels avec apport de garantie paratuberculose. Lors de chaque rentrée, chaque GDS est consulté pour vérifier que, pour chaque élevage sélectionné, le veau et sa mère bénéficient de l’apport de garantie et qu’ils ne font l’objet d’aucune mesure d’exclusion.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 27 septembre 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2205 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 2205 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui