La Creuse Agricole 19 février 2014 à 08h00 | Par Sophie Giraud-Chatenet

Production laitière - Se structurer pour mieux se défendre

La structuration des organisations de producteurs laitiers avance sur le Massif central, même si, ici ou là, la profession déplore un certain immobilisme, à terme néfaste pour la filière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ces derniers mois, la relation entre producteurs de lait et entreprises a profondément évolué.
Ces derniers mois, la relation entre producteurs de lait et entreprises a profondément évolué. - © Thierry Guillemot

L’association des producteurs de lait du Massif central s’est réunie, dernièrement à Aubière. Autour de la table, les représentants des organisations de producteurs de lait livrant aux entreprises Lactalis, Gérentes, Garmy, Wälchli, Thuaire, Duroux, Chavegrand, Dischamp et Bongrain. Neuf organisations de producteurs au total, venues pour faire un point d’étape de leur structuration et avancer aux côtés du syndicalisme FRSEA et JA sur les dossiers du moment. Michel Lacoste et Yannick Fialip, représentants de la profession sont revenus en détail « sur la conjoncture favorable de manière globale soutenue par une forte demande mondiale venant d’Asie et de Russie ». Dans ces conditions, les perspectives de prix devraient être positives sur 2014.
Une bonne nouvelle dont les producteurs doivent s’emparer pour aller négocier avec leurs entreprises respectives.
« Nous fournissons des argumentaires, des éléments sur la conjoncture, ensuite aux représentants des organisations de producteurs de s’en saisir pour négocier un bon contrat », résume Yannick Fialip.

 

Blocage chez Dischamp
Aujourd’hui, si la nouvelle mécanique semble porter ses fruits dans la plupart des organisations de producteurs du Massif central, force est de constater que le système patine sérieusement dans l’une d’entre elles.
« La structuration des producteurs de lait avance difficilement chez Dischamp. Il n’y a pas de négociation avec les producteurs mais plutôt un imposition par l’entreprise de sa volonté », déplore Michel Lacoste. Pire, le contrat actuellement proposé par l’entreprise jugé toxique, n’a pas suscité de réactions de la part des groupements de producteurs. Les représentants syndicaux invitent donc chacun à sortir de l’immobilisme. « Les producteurs ne doivent en aucun cas accepter des contrats aussi déséquilibrés qui, par exemple, leur imposent l’engagement dans des filières de qualité, telles que les AOP, cet engagement doit être un choix du producteurs », insiste Yannick Fialip.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 14 février 2014.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2213 | décembre 2018

Dernier numéro
N° 2213 | décembre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui