La Creuse Agricole 02 décembre 2009 à 08h27 | Par Services de la chambre d'agriculture

Ovin - Profiter du bilan de la PAC pour créer de la valeur ajoutée

Avec la création d'une nouvelle prime à la brebis couplée pour un montant d'environ 21 euros, les niveaux de soutien à l'hectare deviennent équivalent pour les systèmes bovin et ovin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'excédent brut d’exploitation des éleveurs ovin devrait s'améliorer de plus de 30 %.
L'excédent brut d’exploitation des éleveurs ovin devrait s'améliorer de plus de 30 %. - © D.R.

Le bilan de santé de la Politique agricole commune (PAC) va permettre une équité des soutiens pour les productions allaitantes. En effet, avec la création notamment d'une nouvelle prime à la brebis couplée pour un montant d'environ 21 euros, les niveaux de soutien à l'hectare deviennent équivalent pour les système bovins et ovin. Les éleveurs ovins spécialisés vont voir leurs aides premier pilier augmenter d’environ 50 %. En conséquence, leur excédent brut d’exploitation (EBE) devrait s'améliorer de plus de 30 %.

Nous savons que ces aides sont au moins attribuées jusqu'en 2013. Après cette date, la politique agricole commune va évoluer. On nous promet des diminutions d'aides, mais personne ne sait aujourd'hui comment seront orientées ces futurs soutiens.

Les difficultés de ces dernières années se font encore sentir sur les exploitations et sont loin d'être oubliées. En effet, le manque de trésorerie n'a parfois pas permis les simples dépenses de fonctionnement pour garder un outil de production productif.

Il faut donc profiter de ce rééquilibrage pour remettre son troupeau sur les rails économiques. Le nombre d'agneaux vendus reste le facteur le plus influent sur le revenu. Il faut également réfléchir à améliorer l'autonomie des exploitations pour être moins sensible aux variations du coût des matières premières.

Evolution des aides sur les exploitations

Des aides en moins...

La PAB, la PB et les aides COOP sont totalement découplées de la production à partir de 2010. 12,5 % des montants issus de la PB et de la PAB et de 55 % des aides COOP seront prélevés pour financer l'article 63. Le solde du montant découplé sera réintégré dans le portefeuille de DPU de l’éleveur. Le calcul sera fait sur la meilleure année entre 2005 et 2008.

En ce qui concerne la PMTVA, la prime sera diminuer de 50 euros. 25 euros iront abonder l'enveloppe pour l'article 63 et les 25 euros restants seront réattribués sous forme de DPU. Pour financer l'article 68, les aides 1er pilier seront prélevées à hauteur d'environ 5 %. De plus, les taux de modulation vont augmenter pour arriver à 10 % en 2012.

...mais des retours importants pour la production ovine

- Une nouvelle prime à la brebis couplée via l'article 68 dont les principales règles connues à ce jour sont les suivantes :
- un montant d'environ 21 euros par brebis pour une enveloppe totale de 125 M ;
- les bénéficiaires : les éleveurs qui déposent une demande de prime au 31 janvier pour les brebis qui au dernier jour de détention sont âgées au moins d 'un an ;
- un seuil de brebis éligible fixé à 50 têtes ;
- les conditions d'obtention de la prime : détention du cheptel engagé à la prime pendant 100 jours ; respecter les règles d'identification et localisation des animaux en permanence ;
- une possibilité de remplacer des brebis par des agnelles à condition que l'identification de ces animaux intervienne dans les 7 jours après leur naissance. Ce remplacement sera limité à 20 % de l’effectif engagé à la prime ;
- l’introduction de critères de performance technique : respecter un critère de productivité de 0,5 agneau/brebis ;
- un montant identique pour les brebis lait et viande ;
- l'introduction d 'une majoration de l'aide pour les ovins (3 euros) en 2010 pour les éleveurs adhérents à une OP commerciale ou pour les éleveurs qui auront repris le contrat type de l'interprofession avec leur opérateur.

Une nouvelle aide « DPU herbe »

C’est la mesure phare de l'article 63, l'attribution sera fonction de la place de l'herbe sur votre exploitation en 2008. Le calcul de l'éligibilité et du montant du « DPU herbe » sera calculé en fonction du chargement de l'année 2008 (même méthode de calcul que le chargement PHAE).

Les systèmes ovins bénéficient d'une nette revalorisation des aides

Des simulations ont été faites par l’équipe du réseau d'élevage sur l'impact du bilan de la PAC sur les systèmes ovins spécialisés et sur un système ovin bovin (voir tableau ci-contre).

On constate que les systèmes avec des ovins confortent significativement leur EBE.

Chez les ovins, l'essentiel du produit brut provient toujours de l'élevage et dépend beaucoup de la productivité. Les deux facteurs les plus déterminant dans la composition du revenu sont le nombre d'agneaux produits par unité de main-d'œuvre et les charges d'alimentation par brebis.

L'optimisation de ces deux critères associée aux aides supplémentaires apportées dans le cadre du bilan de la PAC devrait permettre aux exploitations ovines de retrouver une bonne santé financière et être prêtes pour la nouvelle réforme qui se profile à l'horizon 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2303 | octobre 2020

Dernier numéro
N° 2303 | octobre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui