La Creuse Agricole 29 janvier 2010 a 11h38 | Par A.M.

Natéa - La minéralisation, la valeur ajoutée de votre cheptel

La coopérative vous propose des solutions adaptées pour votre troupeau.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

On ne donne pas des minéraux à une vache pour qu’elle produise, c’est parce qu’elle produit qu’on lui en donne.

En effet, une complémentation minérale et vitaminique efficace des vaches allaitantes est indispensable pour la bonne santé du cheptel.

Minéraliser, pourquoi ?

Pour aborder la minéralisation, il convient d’approcher les besoins des animaux. Pour cela les normes de l’Inra (livres rouges) font offices de références. Mais il est également important de connaitre la valeur des fourrages distribués. L’analyse des fourrages avec les éléments phosphore/calcium constitue la base d’une complémentation minérale adaptée.

Les fourrages de la ration hivernale, foin, ensilage, sont insuffisamment pourvus en macro éléments (P, Ca, Mg), oligos éléments (Cu, Zn, Se, etc.) et totalement dépourvus de vitamines. Il est nécessaire de pallier ce manque par l’apport d’un aliment minéral adapté.

Toutes les fonctions biologiques de reproduction dépendent d’éléments minéraux. En effet, phosphore, cuivre, zinc, iode, etc., interviennent dans le processus des chaleurs, la formation des organes sexuels, la qualité des cycles.

Les minéraux sont les constituants essentiels du squelette et des muscles. Le calcium intervient dans la minéralisation de l’os et la contraction musculaire. Le cuivre lui, participe à la construction de la trame osseuse par la synthèse de collagène. Enfin le sélénium intervient dans la formation des fibres musculaires. Leur rôle dans la croissance squelettique et musculaire du jeune veau est donc primordial.

La qualité du lait et du colostrum en particulier dépendent du statut minéral de la mère. La qualité du colostrum conditionne le bon démarrage du veau par l’absorption d’anticorps et de minéraux. Le phosphore est un constituant du lait (0,9 g/l), ainsi que le calcium (1,2 g/l). L’apport de sélénium par les transferts placentaires et via le colostrum permet d’améliorer l’immunité du jeune veau et ainsi de réduire les problèmes sanitaires (diarrhée, troubles respiratoires).

Les minéraux participent à la bonne santé de la vache et de son veau. Le cuivre et le zinc, par la synthèse de la kératine, participent à la qualité du pelage et des onglons, limitant ainsi les problèmes de peau et de boiteries.

Minéraliser, comment ?

La minéralisation doit se faire tout au long de la vie de l’animal. La forme d’apport peut être différente selon les situations. Minéraliser avec un produit en semoule ou granulé lorsque les vaches sont en étable est relativement aisé à mettre en place. Les quantités seront à ajuster en fonction du stade physiologique de la vache (gestation, allaitement) et des fourrages de la ration de base. Pour la période estivale ou les hivernages en extérieur, le seau à lécher constitue une bonne complémentation. Elaboré et composé comme un minéral classique, sa présentation permet de le mettre en libre service ce qui facilite le travail de l’éleveur. Sa richesse en sucres permet une appétence irréprochable et maitrisée permettant ainsi à l’animal de couvrir ses besoins. Il apporte les macros éléments, oligo-éléments et les vitamines nécessaires à une bonne minéralisation. Cette forme d’apport est à privilégier aux pierres minéralisées, constituées principalement de sel et dépourvues le plus souvent de vitamines. Le sel, élément indispensable de tout ruminant, est apporté par des pierres de sel pur mise en libre service. Le sel étant le seul élément sur lequel les vaches se régulent, il n’y a pas de consommation de « luxe ».

Fort de la connaissance de la production viande de sa région, la coopérative Natéa en collaboration avec Alicoop et Inzo°, vous propose des solutions adaptées à la minéralisation de votre troupeau.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2358 | décembre 2021

Dernier numéro
N° 2358 | décembre 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS