La Creuse Agricole 17 juin 2009 à 11h54 | Par A.M.

Mutualité sociale agricole du Limousin - Un bilan positif assombri par la crise

L’assemblée générale s’est tenue à l'espace Ventadour d'Egletons jeudi 11 juin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’assemblée.
L’assemblée. - © D.R.

En cette dernière année de mandat, les élus MSA ont tiré un bilan positif de leur action, assombri toutefois par les conséquences sociales et économiques de la crise agricole.

Résumé de l'intervention de Daniel Gaillat, président de la MSA du Limousin

Début 2010, les élections professionnelles renouvelleront les élus locaux, régionaux et nationaux de l'ensemble des MSA. Le Président a donc profité de cette dernière assemblée générale de la mandature pour tirer le bilan des cinq années écoulées.

Un constat de réussite…

Ce bilan, c'est d'abord la réussite, avant bon nombre d'autres caisses, de la régionalisation des services. « La solidarité et la détermination des élus en Limousin ont été payantes » s'est félicité Daniel Gaillat qui a souligné parallèlement la proximité de la MSA dans les territoires ruraux grâce à la présence et aux nombreuses actions de ses élus.

Il a ensuite mis en avant les actions déterminantes qui ont permis à la caisse de remplir les missions qui lui étaient assignées par le Plan stratégique institutionnel : la mise en place de forums départementaux des élus pour valoriser le mutualisme, la réorganisation des services de la caisse afin d'améliorer le service rendu dans l'offre de protection sociale et enfin la création de MSA Service Limousin pour développer l'offre de services dans les territoires.

…mais la crise agricole assombrit l'actualité

La MSA est actuellement au cœur des conséquences de cette crise d'où l'attitude offensive adoptée au côté des autres organisations professionnelles pour assurer la survie de l'agriculture régionale. « Nous avons œuvré activement, aux côtés des services de l'Etat et des OPA pour une répartition la plus équitable possible des enveloppes Barnier, ce qui a mobilisé pendant de nombreuses semaines les services de la caisse et les élus que nous sommes » a argumenté le Président.

En interne, une aide exceptionnelle aux éleveurs porcins et ovins chargés de famille a été financée par l'action sanitaire et sociale ; une aide financière a été mise en œuvre par la prévention des risques professionnels pour l'achat en commun de matériels de contention, l'accompagnement des exploitants en situation fragile s'est accentué ; une motion a été déposée pour soutenir l'élevage limousin.

L'appel à l'engagement en 2010 au nom du mutualisme

Le président a ensuite tracé la feuille de route pour la prochaine mandature en rappelant l'importance des valeurs mutualiste de solidarité et de responsabilité.

Etre acteur du mutualisme, c'est s'engager à porter ces valeurs et contribuer à répondre aux besoins et attentes de tous les habitants des territoires ruraux. Comme le démontre leur rôle joué dans la mise en place de la micro crèche de Sornac, la création d'un groupement d'employeurs pour favoriser l'insertion professionnelle en agriculture en Haute-Vienne, ou l'activation d'une cellule de veille sociale en Creuse, les élus MSA ont toute leur raison d'être dans le développement de l'offre de services. Leur mission est aussi de défendre et de conforter la place de la MSA dans la protection sociale de demain en valorisant les atouts du guichet unique et l'expertise de la MSA dans le monde rural. Daniel Gaillat a conclu en lançant un appel aux candidats pour le scrutin de 2010 mais également aux électeurs pour que chacun se sente motivé et conscient des enjeux à venir.

Résumé de l'activité 2008 de la caisse régionale par Ludovic Martin, directeur général

Plus de 18 % de la population limousine concernée par la MSA. La MSA assure une couverture totale ou partielle à 134 500 personnes en Limousin. Un nombre en baisse de 3.6% par rapport à l'exercice précédent. 64% de ses adhérents sont des retraités, 28% des actifs.

Le montant des prestations versées n'a augmenté que de 1% depuis l'an passé pour se chiffrer à 563 millions d'euros.

Santé

Les dépenses de santé restent stables à 154 millions d'euros hors hospitalisation publique. Le nombre d'accidents du travail a quant à lui chuté de 13%, une baisse dont s'est félicité le directeur général expliquant qu'elle était liée à la politique de prévention très active conduite par la caisse. Les actions de prévention ont beaucoup ciblé les exploitations agricoles car l'épidémie de FCO a contraint les éleveurs à des manipulations supplémentaires de leurs animaux ; or 25% des accidents du travail enregistrés en MSA sont liés au contact avec les animaux.

 

Autre spécificité : la MSA gère des services de médecine du travail et de prévention santé. 6 470 visites médicales et 1330 bilans de santé personnalisés ont été réalisé à ce titre en 2008.

350 000 actes ont en plus été dispensés par son service corrézien de soins infirmiers.

Retraites

368 millions d'euros ont été versés à 100 813 retraités. Si le total des prestations reste globalement stable, le nombre de retraités en revanche, a diminué de 1.6%, une baisse essentiellement ressentie chez les anciens exploitants agricoles.

Branche famille

Ce sont les prestations familiales qui connaissent la plus forte progression avec 40.7 millions d'euros versés soit près de 4% de plus qu'en 2007 alors que le nombre de bénéficiaires a diminué de 2%. Soit 12 000 foyers.

Gestion d'urgence de la crise tout en conservant les axes du plan d'action sociale

Les crises successives que connaît l'agriculture ont eu des conséquences sur le taux de recouvrement des cotisations sociales. Le Conseil d'administration de la MSA du Limousin a bien entendu examiné avec la plus grande attention tous les dossiers d'adhérents en difficulté de manière à mettre en place les solutions de paiement individualisées les mieux adaptées. Comme l'a détaillé Geneviève Lebaud, présidente du comité de protection sociale des non salariés, la MSA a suivi attentivement l'évolution des crises et a contribué efficacement à la ventilation des 3 enveloppes de prises en charge partielle des cotisations : l'enveloppe provenant du fonds national d'action sanitaire et social MSA, l'enveloppe gouvernementale Fièvre Catarrhale Ovine et l'enveloppe du plan d'urgence Barnier.

Le Conseil d'administration est en train d'élargir par ailleurs le dispositif de soutien aux exploitations fragiles mis en place en Creuse en 2002 aux deux autres départements de la région. Depuis septembre 2008, un dispositif équivalent a été créé en Haute vienne associant le Conseil général, la DDAF et la Chambre d'Agriculture. La MSA a enfin accordé fin 2008 une aide sociale exceptionnelle aux familles d'éleveurs ovins, caprins et porcins victimes de la crise. Cette gestion des urgences liées au contexte économique s'est faite tout en poursuivant les objectifs fixés par le plan d'action sociale quinquennal pour améliorer le service rendu en milieu rural.

Comme l'a expliqué Guy Longequeue, Vice-Président du comité d'action sanitaire et sociale, plusieurs actions innovantes ont été initiées en partenariat et sont venues compléter celles déjà en place :

- l'aide au transport des personnes isolées et faiblement dépendantes pour qu'elles puissent faire leurs courses ou participer à des actions de prévention santé,

- la création d'une micro crèche à Sornac,

- un projet d'extension de la MARPA de Liginiac,

- la participation à des études sur les besoins des personnes âgées pouvant aboutir à la création de petites unités de vie à Crocq et Oradour sur Glane,

- l'organisation d'un séjour vacances pour personnes en situation de handicap,

- mise en place d'un groupe d'aide aux aidants familiaux,

- la participation à des ateliers de prévention santé…

Création de la Fédération MSA Services Limousin

Le développement de l'offre de services sur les territoires constitue pour la MSA un enjeu majeur et une priorité qui se sont concrétisés en 2008 par la création de MSA Services Limousin. Cette fédération rassemble 6 associations dont les services vont de la prévention santé à l'insertion en passant par la téléassistance, l'accompagnement social et les services à la personne.

Des retraites de misère... revues à la baisse !

Willy Snakkers, président de la Section départementale des anciens exploitants de la FDSEA de la Creuse.

Après l’annonce de la revalorisation des retraites à compter du 1er janvier 2009, les décrets d’application arrivés bien tard sont tellement restrictifs que plus de 50 % des personnes concernées n’auront rien. Pour les autres, 27 euros par mois de moyenne. Alors qu’une enveloppe de 112 millions d’euros était annoncée, seulement 52 millions seront utilisés. De plus, les retraites sont en baisse pour les nouveaux retraités à compter du 1er janvier 2009, par rapport à 2008, le coefficient de revalorisation étant supprimé et le coefficient d’adaptation ayant changé. Au sujet des motions de l’assemblée générale de la MSA, je suis surpris qu’il n’y ait rien de prévu au sujet des retraites de misère que perçoivent la majorité des anciens exploitants agricoles.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2301 |  0000

Dernier numéro
N° 2301 | 0000

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui