La Creuse Agricole 07 février 2008 à 00h00 | Par MSA

MSA - Réunions annuelles des échelons locaux de la MSA du Limousin

Durant les mois de février et mars l'échelon local de la MSA du Limousin organise ses rencontres annuelles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Daniel Gaillat.
Daniel Gaillat. - © D.R.

Les 27 comités locaux ont d'ores et déjà fixé leur calendrier à raison de 7 à 9 réunions par département. Un moment privilégié au cours duquel représentants de la caisse régionale, administrateurs et délégués cantonaux font le point sur leur activité et sur la protection sociale. Une nouveauté cette année : ces réunions sont publiques et un débat d'information sur un thème particulier intéressant tous les publics sera développé à chaque rencontre.

Explications de Daniel Gaillat, Président de la MSA du Limousin.

Qu'est-ce que l'échelon local de la MSA ? 

Daniel Gaillat : ce sont des adhérents qui se sont portés candidats pour être délégué cantonal et qui ont été élus par la population agricole de leur canton lors des dernières élections de 2005. Rassemblés au sein de comités locaux, ils ont pour mission de représenter la caisse dans leur territoire, de diffuser des informations, de participer à l'animation locale, de relayer les préoccupations des adhérents et de les représenter auprès de la MSA régionale.

Avec la constitution de la caisse régionale, le rôle de ces élus locaux de la MSA ne s'est-il pas amoindri ?

Daniel Gaillat : La MSA du Limousin a une structure régionale depuis 3 ans maintenant. Elle n'en reste pas moins très attachée à ses échelons locaux qui sont les relais de proximité, indispensables pour que fonctionne de façon efficace la caisse régionale. Cette présence locale, proche des adhérents, est la richesse de notre institution et elle fonctionne bien. Grâce à nos élus, des actions concrètes se développent en permanence sur les cantons : des réunions d'information, des soirées-débats, des formations… Ces actions correspondent à des demandes de la population, à des besoins captés par nos élus auxquels nous nous efforçons ensuite de répondre.

Si vous êtes en contact régulier avec les comités locaux, quel est alors l'intérêt d'organiser des rencontres annuelles ?

Daniel Gaillat : Il est important de nous retrouver une fois par an en petit groupe, entre représentants de la caisse, administrateurs régionaux et comités locaux, sur les territoires mêmes, pour faire le point sur l'année écoulée, voir ce qui a bien marché ou le contraire, planifier les actions à venir, répondre aux préoccupations de certains comités et mobiliser les équipes. Et puis chacun s'exprime davantage et plus librement que lors de l'assemblée générale de la caisse régionale.

Pourquoi chacune de ces rencontres s'accompagne-t-elle cette année d'une information-débat sur un sujet précis ?

Daniel Gaillat : Nous avons souhaité cette année développer un thème à chaque réunion de comité local. Ce thème a été choisi par les membres du comité en tant qu'idée forte à transmettre ou en réponse à une attente de la population. Ainsi, il y aura un débat à chaque réunion qui portera par exemple sur une question de santé comme la nutrition, le don d'organes, ou encore sur la sécurité et la prévention des risques professionnels, la protection sociale, en particulier l'assurance maladie. Des spécialistes animeront ces temps forts qui, je le précise, sont ouverts à toutes les personnes intéressées. Chaque réunion sera unique et adaptée à son territoire.

Tableau des réunions.
Tableau des réunions. - © D.R.

Vous dites que ces réunions seront ouvertes à tous ?

Daniel Gaillat : Exactement. En effet, les sujets abordés sont les mêmes pour tous, quelque soit le régime social des assurés. D'ailleurs d'une façon générale, la MSA est par excellence une structure adaptée à toute la ruralité. Elle est donc ouverte à tous les partenariats locaux et ses actions concernent la plupart du temps toutes les composantes du monde rural. Et puis, soulignons-le, notre mode de fonctionnement démocratique reposant sur des élus cantonaux, régionaux, nationaux est unique dans la protection sociale. C'est l'occasion de le faire découvrir à tous.

Certains changements dans la protection sociale suscitent de nombreuses réactions. En sera-t-il question lors de ces réunions locales ?

Daniel Gaillat : la protection sociale est notre cœur de métier. Il est donc évident que l'actualité dans ce domaine sera passée en revue et tout particulièrement les franchises médicales, les modifications dans le remboursement des médicaments et des actes médicaux. Certains des débats à thèmes porteront sur les retraites. Et puis nous répondrons aux questions de l'assistance car il est important que nous puissions échanger sur l'évolution de la protection sociale que nous gérons y compris sur ses applications pratiques et recueillir les attentes des adhérents.

La MSA accorde-t-elle toujours autant de place à la prévention ?

Daniel Gaillat : Naturellement. Car réparer, rembourser, indemniser sans mener en parallèle toutes les actions susceptibles d'éviter les problèmes de santé ou les accidents ne parait pas concevable. Notre mission en serait incomplète. C'est de plus une demande majeure de la population liée à l'évolution de la société : être au maximum informé sur les risques professionnels, sur ceux visant la santé en général. L'accent sera donc mis lors de ces réunions sur les « instants santé » que nous proposons à nos adhérents, sur les actions relatives au « bien vieillir » que nous conduisons au quotidien ainsi que sur le secourisme. Nos conseillers en prévention des risques professionnels prendront également la parole.

On entend dire que la MSA souhaite élargir son offre de service. Dans quelles direction ? Quelle est la traduction concrète de cette volonté ?

Daniel Gaillat : De nouveaux besoins émergent en agriculture et dans la vie rurale, liés à l'évolution des structures agricoles, au vieillissement de la population, à l'isolement sur certains territoires. La MSA les a recensés avec son réseau d'élus, les a étudiés, et a promu des services qui répondent aujourd'hui à ces besoins. Elle va les présenter lors des réunions des comités locaux car tous doivent les connaître pour pouvoir en bénéficier.

Qui sera présent à ces réunions ?

Daniel Gaillat : Je vais essayer moi-même d'être présent au plus grand nombre. Le président du comité départemental ou son représentant et les présidents des comités locaux participeront bien entendu aux réunions ainsi que Jean-François Turcant, directeur général ou Ludovic Martin, directeur général adjoint. Les animateurs de l'échelon local et des responsables de la caisse seront également là pour répondre à des questions ou traiter de points particuliers. A l'occasion de ces réunions, la MSA propose de faire un tour d'horizon de son action et de ses nouvelles orientations en toute transparence, au plus près de ses assurés et au cœur des territoires.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2303 | octobre 2020

Dernier numéro
N° 2303 | octobre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui