La Creuse Agricole 04 septembre 2010 à 08h35 | Par G.B.

Mouton - Féniers défend la limousine

La race historique du Plateau de Millevaches peut compter sur des éleveurs pour la défendre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les agnelles limousines baraquées d’Eveyline Labarre, au premier plan.
Les agnelles limousines baraquées d’Eveyline Labarre, au premier plan. - © D.R.

Les éleveurs de moutons de race ovine limousine font de la résistance. Sous un soleil agréable, samedi 28 août, lors de la foire ovine de Féniers, ils ont rappelé au public que malgré l'adversité, la limousine n'est pas perdue dans ce territoire. Un Plateau de Millevaches où elle peut exprimer toutes ses qualités. « Elle est rustique. Elle est parfaitement adaptée au rude climat d’ici », a expliqué Evelyne Labarre, éleveur à Gioux. Les animaux qu'elle a présentés au concours étaient baraqués, c'est-à-dire noir et blanc. « La race marchoise était ainsi. C'était la race historique du plateau. Elle a été absorbée par la race limousine. » Les traces noires que l'on voit ça et là sur les robes des moutons limousins témoignent de cette ascendance.

 

Pour la première fois, la foire ne s'est pas tenue un 30 août. L'affluence et le nombre de participants, une trentaine, a satisfait les organisateurs. Les animaux ont parfois trouvé acheteurs. Des reproducteurs texel, suffolk, charollais et limousins, et des animaux de réforme étaient aussi proposés à la vente.

 

Paroles d'éleveurs

Jacqueline Poirier, en Gaec avec son fils Jérôme à Saint-Avit-le-Pauvre. « Nous possédons 70 mères suffolk et 170 vaches blondes d'Aquitaine et limousines. Je suis contente car j'ai vendu mes deux antenais et mon bélier Suffolk. Les suffolk sont recherchés parce qu'ils donnent beaucoup de viande. »

 

Evelyne Labarre, éleveur ovin à Gioux. « Je possède 300 mères limousines. Je pratique l'agnelage en lutte naturelle. Un lot au mois de mars et un lot fin avril -début mai. Elles agnellent en bergerie. Les animaux sont dehors jusqu'à la Toussaint. Même pendant le mauvais temps, elles sortent dehors tous les jours. Ce sont des bêtes qui aiment manger, boire, courir à l’extérieur. Pour l'entretien du terrain, c'est l'idéal. Je travaille avec Limovin pour la vente. Je fais aussi de la sélection d'agnelles reproductrices depuis 4 ans. Je les vends à des particuliers. Mes agnelles sont demandées pour des croisements. Elles ont de bonnes qualités laitières et agnellent facilement. Le secteur a des difficultés. L'identification électroniques, chère et contraignante, ne nous a pas aidés. Je voudrais une mobilisation au niveau européen de tous les éleveurs de moutons. »

Jean-Pierre Arvis remet, Au nom du Crédit agricole cantonal, le premier prix des agnelles limousines à Corinne Chambragne.
Jean-Pierre Arvis remet, Au nom du Crédit agricole cantonal, le premier prix des agnelles limousines à Corinne Chambragne. - © D.R.

Les résultats

Prix de présentation

Agnelles limousines. 1. EARL Chambragne ; 2. Dominique Rondeix ; 3. Peyrat Nathalie ; 4. Caunet Hervé ; 5. Bonifas Victorien ; 6. Beneix Roger.

 

Limousines noires. Labarre Evelyne.

 

Béliers adultes. Caunet Hervé

 

Béliers jeunes. 1. EARL Chambragne ; 2. Caunet Hervé.

 

Agnelles croisées. 1. Vergonzanne ; 2. Gaec Poirier ; 3. Roudeix Dominique.

 

Béliers croisés. 1. Dubouis Jérôme ; 2. Gaec Poirier ; 3. Malterre Marie-France ; 4. Chapelot Jacques ; 5. Levacher Jean-Claude.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui