La Creuse Agricole 08 octobre 2020 à 07h00 | Par Eva DZ

Mont Lait : Mobiliser les troupes !

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dominique Barrau préside l’Association des producteurs de lait de montagne.
Dominique Barrau préside l’Association des producteurs de lait de montagne. - © Eva DZ

Quelques jours après l’assemblée générale de l’association des producteurs de lait de montagne (APLM), le président Dominique Barrau fait le point sur la dynamique de la marque Mont Lait, son développement et sur les chantiers à venir.

Comment se portent les produits de la marque Mont Lait, portée par les producteurs de lait de montagne pendant cette période de crise ?
Nous avançons sur une belle dynamique car nos produits, que ce soit le lait, la raclette ou le beurre de baratte, correspondent à des systèmes de production plébiscités par les consommateurs. L’origine, le lien au territoire, le respect de l’environnement sont autant de notions qui « leur parlent » et déclenchent leur acte d’achat. Pendant la crise, nous avons ressenti ce souci de proximité des consommateurs avec les producteurs et cet atout nous l’avons puisque notre association est à l’initiative de producteurs qui ont créé leur propre marque pour commercialiser leur lait. À condition bien sûr qu’il y ait un retour différencié aux producteurs, c’est une préoccupation aussi des consommateurs.

Les producteurs sont d’excellents ambassadeurs
Comment se passe le développement de Mont Lait en France ?
Nous voyons l’avenir avec optimisme car nous avons réussi notre implantation dans nos départements d’origine du Massif central (Puy-de-Dôme, Creuse, Corrèze, Cantal, Haute-Loire, Lozère et Aveyron). Et nous arriverons aussi à nous développer dans d’autres régions. Récemment, une enseigne nous a proposé d’entrer sur sa plate-forme pour distribuer nos produits sur l’ensemble de la région parisienne. C’est un signe positif et une nouveauté pour nous.
Notre développement est donc positif sur le marché intérieur français. Beaucoup s’intéressent à notre démarche. Je pense aussi aux régions de l’Ouest, comme le Poitou-Charentes, une zone laitière qui s’ouvre à d’autres produits comme les nôtres !
À nous de tirer parti de cet avantage !

Quelles sont les répercussions pour les producteurs ?
Lors de notre assemblée générale de septembre, nous avons annoncé que le retour aux producteurs pour l’année 2019 serait identique à celui de 2018. Et je peux déjà annoncer qu’en 2020 il sera supérieur puisque les ventes de nos produits ont progressé de plus de 25 %.

Quels sont les enjeux de demain pour Mont Lait ?
Nous avons besoin d’une remobilisation de tous dans la vie de notre marque. Les producteurs doivent prendre conscience de leur pouvoir commercial. Je l’ai dit, nous avons tous les atouts, les arguments en main mais le mieux c’est quand c’est le producteur qui le dit ! L’ADN de Mont Lait d’ailleurs, dès le départ, est d’impliquer le producteur de A à Z. Nous avons déjà d’excellents ambassadeurs dans nos rangs, nous devons s’appuyer sur leur réussite dans les animations magasins, sur les salons professionnels et grand public... pour étendre cette implication dans la promotion de nos produits.
Pendant l’hiver, nous allons mener un travail de mobilisation autour de nos produits et des moyens de transmission des savoir-faire des producteurs avec les moyens modernes de communication. C’est notre gros challenge des mois à venir.

Quelles seront vos actions ?
Nos 800 producteurs adhérents à l’association (420 fermes) sont autant de commerciaux en puissance que nous souhaitons impliquer davantage dans la vie de Mont Lait. C’est pour cette raison que nous avons décidé d’ouvrir notre prochaine assemblée générale à l’ensemble de nos adhérents. L’idée est qu’ils participent concrètement à la vie de leurs produits. Et qu’ils apprennent aussi à se connaître et à œuvrer ensemble dans un même objectif : promouvoir le lait de montagne.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2302 | octobre 2020

Dernier numéro
N° 2302 | octobre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui