La Creuse Agricole 29 février 2008 a 00h00 | Par A.M.

Métiers de l’eau et de l’environnement - Formations diversifiées, débouchés assurés

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La gestion pisicole.
La gestion pisicole. - © D.R.
David s’occupe de la gestion piscicole au sein de la fédération de pêche du département de la Haute - Vienne. Magali est technicienne de rivière, Philippe est technicien contrôleur des rejets dans la nature, Ludovic est responsable du rayon poissonnerie d’une grande surface. Stéphane, carpiste de la première génération, dirige la fabrication et la distribution du matériel spécifique pour l’un des leaders européens du marché halieutique. Maud, toujours passionnée par l’aquariophilie, travaille dans une jardinerie et conseille les amateurs de poissons exotiques. Jean-Baptiste est guide moniteur de pêche et Emilie gère une station de traitement des eaux. Point commun : ils sont tous titulaires d’un diplôme dans le domaine de l’eau (BPA-BPREA Aquaculture, BP JEPS Moniteur de Pêche en formation continue au CFPPA, BTSA Productions Aquacoles au Lycée, BTSA Gestion et Maîtrise de l’Eau au Lycée ou en apprentissage au CFA) obtenu au lycée d’Ahun) ! On pourrait multiplier les exemples car depuis 1990 les étudiants, stagiaires ou apprentis issus de ces formations n’ont pas éprouvé de réelles difficultés à trouver un emploi quand ils n’ont pas décidé de créer eux-mêmes leur propre entreprise. Autre singularité : ces diplômes - on l’aura compris - s’ouvrent à la plupart des domaines liés à l’eau, aux poissons, à l’environnement et à la commercialisation. Ces formations (BTS et Licence Professionnelle) offrent un étonnant panel de débouchés. Elles le doivent à la personnalité et à la motivation des jeunes mais tout autant à la qualité reconnue d’un enseignement en prise avec les réalités du terrain et de l’emploi.
Des formations porteuses.
Des formations porteuses. - © D.R.

Des formations porteuses

Pourtant les effectifs auraient tendance à se tarir ! L’assèchement du recrutement n’est certes pas pour demain mais l’étiage menace. Il est vrai que les BTS agricoles accusent une baisse nationale de 4,5% dont souffrent particulièrement les filières productions. Constat surprenant lorsqu’on sait que le taux de réussite à l’examen avoisine les 85 % et qu’une poursuite d’études en licence professionnelle est tout autant envisageable que l’immersion immédiate dans la vie active (taux d’insertion professionnelle supérieur à 90 % dont 80 % dans le domaine de l’eau) ! Des réalités et des certitudes à ne pas perdre de vue au moment où des élèves s’orientent pour une classe de seconde tandis que d’autres passent le bac. Ahun, avec ses quatre étangs pour une superficie totale de 60 hectares, ses laboratoires, son écloserie, son atelier aquariophile, ses pilotes hydrauliques, son réseau de maîtres d’apprentissage, répond peut-être à la question éventuellement faussement désabusée ou lancinante de votre enfant : que faire, j’sais pas quoi faire ! Les métiers de la nature et de l’environnement peuvent être - à tort ! - mal perçus par les parents qui y voient des débouchés trop aléatoires. Jugement sommaire à réviser au plus vite. L’eau est l’avenir de demain ! Venez découvrir le lycée d’Ahun lors de sa journée « portes ouvertes » le Samedi 8 Mars 2008 de 9 h à 17 h.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2315 | janvier 2021

Dernier numéro
N° 2315 | janvier 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS