La Creuse Agricole 06 avril 2007 a 00h00 | Par A.M.

MC Porc - La technique au cœur des objectifs de la coopérative

L’assemblée générale de la section Limousin-Centre de MC Porc s’est déroulée, la semaine dernière, à Guéret. L’occasion de revenir sur les faits marquants de l’année 2006.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
L’assemblée générale de la section Limousin-Centre de MC Porc s’est déroulée, 
la semaine dernière, à Guéret
L’assemblée générale de la section Limousin-Centre de MC Porc s’est déroulée, la semaine dernière, à Guéret - © D.R.
Bien que le nombre d’adhérents de MC Porc (558) reste stable, le potentiel de production avec plus de 38 000 truies reproductrices continue de croître. En 2006, MC Porc a commercialisé 633 000 porcs charcutiers, 13 100 reproducteurs et 14 300 animaux de réforme. Sur une zone géographique s’étendant sur l’Auvergne, le Limousin, Rhône-Alpes et les départements limitrophes, on compte, pour 2006, 25 cessations d’activité (retraite, bâtiments vétustes) et 33 nouvelles adhésions dont 18 éleveurs du groupement Scaporb de Bourgogne. Au niveau des projets, 2006 a permis de poser les jalons pour la rénovation ou la création de 1900 places de truies et 21 000 places de porcs charcutiers qui seront réalisées sur 2007/2008. Au niveau des nouveautés pour 2006, on notera en plus : La création de la maternité collective 670 truies « Sarl élevage des Dombes » dans l’Ain avec 3 associés post-sevreurs engraisseurs, la reprise de la SAS Cazals dans le Lot en partenariat avec le Groupement Fipso 1400 truies pour la part MC Porc sur 2800 au total et un projet de maternité collective dans l’Ain : 1250 truies Avec son équipe répartie sur tout le territoire, la coopérative entend apporter le service technique rapproché le plus efficace. « Plus que jamais la performance technique s’impose et constitue le seul critère de pérennité de nos élevages et ceci d’autant plus que le niveau de concurrence entre bassins de production s’accentuera » affirme Gérard Dutois directeur de la coopérative.

Une nouvelle grille de classement « critiquée »

Parmi les divers éléments techniques, la nouvelle grille de classement des porcs a été abordée lors des différentes assemblées générales de section de MC Porc. Depuis le 18 décembre 2006, les porcs français sont classés selon leur TMP (teneur en viande maigre) et réglés aux éleveurs suivant une nouvelle grille de plus-value. L’AG « Centre Limousin » a été l’occasion de rappeler que « lors de ces réunions MC Porc a fait oeuvre de pédagogie auprès de ses éleveurs pour expliquer cette nouvelle grille et les raisons de cette évolution, tout en se montrant critique sur les conditions de mise en place de celle-ci. En effet, il ressort unanimement que cette nouvelle méthode a été mise en place brutalement sans période d’adaptation, pénalise le type de porcs lourds régionaux, (jusque là trop couverts), génère une dévalorisation du prix de vente entre 3 et 6 centimes d’euros/kg de carcasse selon les élevages ». Toutefois, MC Porc ne veut pas considérer le TMP comme une fatalité. « Outre les améliorations que l’on peut espérer au niveau national, l’éleveur dispose d’outils au niveau de son élevage pour améliorer son TMP. Ces pistes sont présentées aux éleveurs : choix génétique, reformulation des aliments, rationnement, allotement des porcs…. D’ailleurs en 2 mois, les éleveurs ont déjà amélioré le TMP de plus de 1 point », explique t-on du côté de la coopérative.

Le président de MC Porc, Francis Le Bas a souligné l’importance de « constituer un pôle d’abattage régional dynamique ».
Le président de MC Porc, Francis Le Bas a souligné l’importance de « constituer un pôle d’abattage régional dynamique ». - © D.R.

Davantage de Label Rouge avec le porc Délice

« L’année dernière, je vous avais annoncé une montée en puissance prévisible des labels rouges, aujourd’hui nous le constatons et malgré une augmentation de l’ordre de 25 000 porcs en 2006 nous recherchons encore de nouveaux éleveurs » a expliqué Francis le Bas, président de MC Porc. En effet, la fin de l’année 2006 s’est montrée très favorable aux labels rouges. Dans cette dynamique, la coopérative, en partenariat avec l’APVC (Groupement qualité) a développé un nouveau cahier des charges : Le Porc Délice. Il s’agit d’un porc de 182 jours d’âge, chaque animal bénéficie de 1 m2, alimentation à base de céréales, tri qualitatif en abattoir, sans contrainte d’origine géographique. 30 éleveurs se sont d’ores et déjà engagés dans cette production. Le porc du Limousin Label Rouge est bien évidemment mis à contribution pour répondre à cette nouvelle demande.

Abattoirs modernes

« Aujourd’hui, le sort des abattoirs est intimement lié à celui des élevages et réciproquement. C’est pourquoi c’est notre intérêt majeur que de constituer un pôle d’abattage régional dynamique » a insisté Francis Le Bas. Avec l’abattoir Forez Porc de Lapalisse, MC porc détient un outil d’avenir pour assurer la commercialisation de sa production et participer aux grandes évolutions commerciales de demain. Ce dernier aujourd’hui abat 11 000 porcs par semaine, MC Porc représentant 68 % des volumes. Il emploie 330 personnes sur les deux sites (Lapalisse 03 abattage découpe et La Talaudière 42 produits élaborés).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2342 | juillet 2021

Dernier numéro
N° 2342 | juillet 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS