La Creuse Agricole 31 décembre 2018 à 08h00 | Par L.Demars

Maintenir la qualité sanitaire des élevages creusois

Le Conseil départemental soutient l’économie agricole creusoise en signant pour la seconde fois une convention avec le GDS.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Assis, de gauche à droite, Nicolas Simonnet, vice-président du Conseil départemental en charge de l’agriculture, Philippe Monteil président du GDS Creuse, et Valérie Simonet, présidente du Conseil départemental de la Creuse. Debout : Didier Guérin, directeur de GDS Creuse.
Assis, de gauche à droite, Nicolas Simonnet, vice-président du Conseil départemental en charge de l’agriculture, Philippe Monteil président du GDS Creuse, et Valérie Simonet, présidente du Conseil départemental de la Creuse. Debout : Didier Guérin, directeur de GDS Creuse. - © LD

Ce vendredi 21 décembre, la présidente du Conseil départemental, Mme Valérie Simonet, et le président du Groupement de Défense Sanitaire de la Creuse, M. Philippe Monteil, se sont rencontrés pour la signature de la convention relative au programme de prévention et de lutte contre les dangers sanitaires des espèces bovine, équine et ovine.
C’est d’une subvention d’un montant de 245 000 € que vont bénéficier les éleveurs du département, par l’intermédiaire du GDS. Les raisons de cette aide sont multiples, les principales sont : l’augmentation de la taille des troupeaux et du caractère épidémique des maladies nécessite un renforcement des actions de préventions ; les nouvelles exigences commerciales et réglementaires liées aux échanges nationaux et intracommunautaires demandent des garanties de cheptel et d’animaux ainsi que des plans d’assainissement.
Les objectifs affichés sont de poursuivre la lutte contre les pathologies d’aujourd’hui. Elles sont de trois types : virale (ex : IBR, BVD), bactérienne (ex : paratuberculose) et vectorielle (ex : besnoitiose). Didier Guérin, directeur du GDS Creuse, a rappelé les bons résultats sanitaires du département grâce aux politiques de prévention. En effet moins de 1 % des cheptels creusois sont porteurs de l’IBR et 18 % pour la BVD. Ces chiffres seront peu à peu amenés à se rapprocher de zéro grâce à la prise en charges de 30 à 50 % des coûts d’analyses.
Philippe Monteil a souligné que le département, en soutenant le GDS, aide tous les éleveurs puisque 99,8 % des cheptels y sont adhérents pour la Creuse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2226 | mars 2019

Dernier numéro
N° 2226 | mars 2019

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui