La Creuse Agricole 13 décembre 2012 à 15h39 | Par Aurélien Legrand/Dr Didier Guérin

Les rongeurs en bâtiments d’élevage - La fin d’année, une période clé

La lutte contre les rongeurs permet de limiter la contamination des animaux par de nombreuses maladies, les dégradations au sein des bâtiments d’élevages et les souillures des aliments.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © GDS Creuse

Les bâtiments d’élevage attirent les rongeurs car ils représentent une source de chaleur et un apport de nourriture abondant lorsque les conditions extérieures deviennent difficiles (fin d’automne). La fin d’année est marquée par une recrudescence de rongeurs dans de nombreux bâtiments d’élevage.
Les rongeurs, des hôtes disséminateurs de maladies et sources de dégradations
Les rongeurs, quels qu’ils soient, représentent des menaces sanitaires. Plus d’une quarantaine de maladies peuvent être propagées par les rongeurs dont la salmonellose, les pasteurelloses, la leptospirose, la dysenterie porcine, la trichinose, la toxoplasmose… Du fait de leurs nombreux déplacements (surtout les rats), ils disséminent les agents infectieux présents et constituent ainsi d’excellents accélérateurs de la dynamique de contamination (diarrhées néonatales, avortements, coccidioses, etc.) dans les différents troupeaux et bâtiments. De plus, les rongeurs entraînent des nuisances aux dépens des animaux par agitation et stress, des bâtiments par dégradation de certaines installations comme la destruction des matériaux isolants, les dégâts dans les installations électriques (installations panneaux photovoltaïques, etc.), des aliments stockés par consommation et souillures par les excréments…
Des mesures de bases à respecter : nettoyage et milieu défavorable aux rongeurs
Là, comme ailleurs, en matière de prévention sanitaire, la dératisation demande d’abord de l’hygiène. Cela commence par le nettoyage. Toute méthode de lutte, quelle qu’elle soit, n’est qu’un complément de cette obligation. Éliminer les sources d’eau, stocker tous les aliments dans des réservoirs couverts et résistants aux nuisibles, éviter de répandre les aliments au sol représentent des bases incontournables. Privés de ravitaillement facile, la multiplication des rongeurs est limitée. De plus, tout stockage au contact direct des murs ou parois est à éviter. Les rongeurs ayant horreur de circuler à l’air libre et se déplaçant plus difficilement sur les graviers ou les sols boueux, il est préférable d’éviter les surfaces gazonnées aux abords des bâtiments ; des surfaces gravillonnées sur une distance d’au moins 2 mètres sont à préférer.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 7 décembre 2012.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2204 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 2204 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui