La Creuse Agricole 25 juin 2016 à 08h00 | Par P. Dumont

Les éleveurs de porc à la recherche de main d'oeuvre

Actuellement, recruter un salarié qualifié en élevage porcin n'est pas une sinécure. Pour répondre au besoin de main d'oeuvre et démystifier le secteur, la Coopérative Cirhyo a sollicité le CFPPA d'Ahun qui dispensera dès la rentrée prochaine un certificat de spécialisation en élevage porcin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © P. Dumont

Depuis de nombreuses années, le porc a mauvaise presse. Si la filière éprouve des difficultés bien réelles, elle a aussi su évoluer dans ses pratiques et aujourd'hui de nombreux éleveurs cherchent de la main d'oeuvre qualifiée sans la trouver. C'est ce qu'a pu constater la coopérative Cirhyo sur le terrain. « Les élevages porcins ont grossi et aujourd'hui les exploitants ont besoin d'embaucher des gens formés mais ils n'en trouvent pas, confie Edgar Basset, responsable technique à Cirhyo. Avant, il existait des formations en élevage porcin mais elles sont tombées en désuétude au profit d'autres formations plus dans l'air du temps... » Forte de ces constats, la coopérative a fait appel au CFPPA d'Ahun pour mettre en place un certificat de spécialisation en élevage porcin à la rentrée 2016. « Le fonctionnement de notre atelier porcin, rénové récemment, est similaire à celui des exploitations adhérentes de la coopérative avec une conduite en bandes, une maternité sur caillebotis,etc., explique Isabelle Rohaut, directrice du CFPPA. Nous étions donc en mesure de réponse de façon adaptée à la demande de la profession. » Après quelques mois de travail, le CS est désormais en phase de recrutement. Dix contrats de professionnalisation dans la coopérative Cirhyo sont à pourvoir. Les stagiaires partageront donc leur temps entre 450 h de formation au CFPPA et travail sur l'exploitation. Durant la formation, les stagiaires bénéficieront de cours et d'interventions de professionnels sur tous les aspects de l'élevage porcin : alimentation, reproduction, post sevrage et engraissement, sanitaire, économie, etc. À l'issue de la formation, trois types de postes s'offre aux diplômés : technicien porcher, responsable d'atelier ou responsable filière avec à la clé, un salaire intéressant et de réelles possibilités d'évolution. « Nous avons déjà huit éleveurs intéressés dont un éleveur bio, reprend Edgar Basset. La formule contrat de professionnalisation leur permet de prendre leurs marques avec le salarié, de s'assurer que tout se passe bien car les éleveurs sont parfois frileux par rapport à une embauche directe. » Du côté du CFPPA, on dénombre déjà aussi quelques candidats potentiels, notamment des BTSA. « Le profil recherché est un niveau bac agricole minimum : BPREA, Bac Pro CGEA, etc. Une expérience professionnelle est aussi la bienvenue », poursuit Isabelle Rohaut. « Nous cherchons avant tout des personnes motivées, mais il faut également qu'ils aient un bagage minimum car la production porcine est technique, conclut Edgar Basset. Nous espérons aussi contribuer à améliorer l'image de la production porcine. »

Pour plus de renseignements, contacter Mme Lacrocq ou Mme Leppard au CFPPA de la Creuse ; 05 55 81 48 90 ou cfppa.ahun@educagri.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2205 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 2205 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui