La Creuse Agricole 13 septembre 2021 a 07h00 | Par P. Dumont

Les dossiers de la rentrée présentés à Alain Rousset

Annulée en 2020 pour cause de Covid, la rentrée syndicale de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine a eu lieu le 30 août sur l’exploitation noix et bovins viande de Fabien Joffre (24) en présence du président de Région. Parmi les dossiers abordés, le second pilier de la PAC, l’eau, la restauration collective et l’installation.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © P. Dumont

La réforme de la PAC, dont les détails de mise en œuvre au niveau national sont toujours en discussion, a été un des principaux sujets évoqués lors de cette rentrée syndicale, notamment les aides du second pilier gérées par la Région. Le président de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine, Cédric Tranquard, et les responsables syndicaux ont pointé du doigt plusieurs problématiques sur lesquelles la profession agricole doit être consultée. Daniel Couderc, secrétaire général de la FNSEA NA, a cité l’accompagnement des investissements par le Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations (PCAE) et la recherche développement en matière de robotique ou de recherche variétale. Des questions se posent aussi sur les futures Mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) : quelle continuité ? Comment seront-elles adaptées pour suivre le changement climatique ? Enfin, concernant l’agriculture bio, le secrétaire général rappelle que la condition d’un bon fonctionnement est la présence d’un marché bien réel.
Sur ces questions, le président de Région fournit plusieurs pistes. En premier lieu, il souligne qu’il ne faut pas passer à côté des fonds fléchés pour la sortie de crise au niveau européen. Il indique aussi qu’indirectement, la France finance la relance d’autres pays, par exemple pour le matériel agricole dont la production est inexistante en France. À ce sujet, il souhaite étudier au niveau régional la possibilité de développer la production de matériel agricole adapté à l’agroécologie car « on ne peut re-pénibiliser l’agriculture sous peine de rendre le métier moins attractif ». Sur la question des phytosanitaires, Alain Rousset fustige la centralisation. « Nous avons aujourd’hui en laboratoire tous les produits nécessaires pour remplacer les phytos mais les délais d’homologation par l’ANSES sont de plusieurs années ! », précise-t-il. Pour l’élu, qui compare la situation française à celle de certains landers allemands, il est anormal que la région ne gère pas l’ensemble du 2e pilier. S’agissant des MAEC, Alain Rousset précise que la région garde la gestion des mesures non surfaciques (non liées à l’investissement mais à l’exploitation). Les autres MAE seront gérées par l’État, mais la discussion reste ouverte avec la direction régionale de l’agriculture.

D’autres dossiers en souffrance
Depuis 5 générations, la famille de Fabien Joffre est installée en Dordogne. « Mon arrière-arrière-grand-père avait conçu un système de récupération des eaux de pluie dans une citerne, explique-t-il. Aujourd’hui, on ne peut plus stocker l’eau, abondante en hiver, pour les cultures d’été. Chaque projet rencontre systématiquement des embûches ! » La question de l’eau demeure un sujet sensible pour les responsables syndicaux. Selon le président de Région, le problème est à la fois quantitatif, qualitatif et de répartition : « Le stockage de l’eau est un vrai défi, concède-t-il. L’Union européenne durcit ses exigences et les contrôles. On aura demain de la substitution mais plus d’augmentation. Il faut travailler ensemble à un meilleur partage de l’eau et à la préservation de l’eau souterraine. Il y a des projets exemplaires et il faut sortir de cette guerre de l’eau par le haut ». Pour le président d’Irrigants de France, le tout substitution n’est pas une bonne solution. « On ne veut stocker que là où c’est nécessaire, ajoute Eric Frétillère. Nous participons au Varenne de l’eau qui se déroule actuellement. Comme cela a été rappelé, le volume d’eau ne change pas mais sa répartition dans le temps oui ! Nous devons travailler sur le changement climatique ». Emploi et formation ont aussi été évoqués lors de la rencontre. Le déficit d’attractivité des métiers agricoles conduit le président de Région à réfléchir à une grande campagne d’orientation régionale. Pour autant, l’évolution de la société dans son approche du travail oblige à s’adapter. Les EGAlim et leur application poussive continuent de faire débat. Aux questions posées sur la proportion de produits locaux en RHD, Alain Rousset répond « il s’agit de la responsabilité des coopératives et des OPA ! Il faut mieux s’organiser ». Gaëtan Bodin, président des Jeunes Agriculteurs Nouvelle-Aquitaine a fait un point sur le dossier installation transmission en appelant à une collaboration active pour améliorer la transmission et soulignant l’effort qui devra être fait pour maintenir une Dotation Jeunes Agriculteurs attractive. Enfin, pour l’ensemble des projets et travaux à venir, les responsables de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine appellent à la simplification des procédures.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2347 | septembre 2021

Dernier numéro
N° 2347 | septembre 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS