La Creuse Agricole 10 février 2017 à 08h00 | Par AH Peuch

Les bergers creusois représenteront le Limousin à Paris

12es Ovinpiades des Jeunes Bergers.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AHP

Mercredi 1er février s’est tenue la finale des 12es Ovinpiades des Jeunes Bergers au lycée agricole André-Guillaumin à Saint-Yrieix-la-Perche (87). Cette compétition, organisée par Interbev Ovins et l’ensemble de la filière ovine, a pour objectif de promouvoir le métier d’éleveur ovin et de susciter de nouvelles vocations auprès des élèves des établissements agricoles.
40 élèves sélectionnés dans les établissements agricoles du territoire Limousin (EPLEFPA de Limoges et du nord Haute-Vienne (87), du LEGTA Edgar Pisani de Tulle-Naves (19), du LEGTA d’Ahun (23) et LPA de Saint-Yrieix-la-Perche (87)), âgés de 16 à 24 ans, se sont affrontés durant la journée autour de différentes épreuves, alliant théorie et pratique : tri de brebis avec lecture électronique, appréciation de la santé d’une brebis, manipulation et évaluation de l’état sanitaire, parage des onglons, choix d’un bélier et enfin quizz sur la reconnaissance des races.
Pour chaque épreuve, un jury composé de 2 ou 3 personnes, dont un éleveur, un technicien et/ou un enseignant agricole, ont pu apprécier les capacités de chaque candidat.
À l’issue de cette compétition, Dorian Pignaud et Bénédicte Poulet, respectivement en Terminale CGEA (Conduite et gestion d’exploitation agricole) et BTS ACSE (Analyse, conduite et stratégie de l’exploitation agricole) tous les deux élèves au LEGTA d’Ahun, ont été désignés « Meilleurs Jeunes Bergers du Limousin ».
Ils auront la chance de tenter de remporter le titre de Meilleur Jeune Berger 2017, face à 36 autres candidats sélectionnés dans les autres régions, lors de la finale nationale qui se déroulera le samedi 25 février 2017, au Salon International de l’Agriculture à Paris.
Plus qu’un concours, les Ovinpiades des Jeunes Bergers contribuent à susciter des vocations parmi les jeunes. « Produire d’avantage, augmenter l’attractivité et diminuer la pénibilité du travail de l’élevage ovin », voici le message fort que Guillaume Metz, co-président du C2OR Sud-Ouest, a souhaité faire passer lors de cette journée.
En effet, au cours des 15 prochaines années, 61 % des éleveurs de brebis allaitantes et 39 % des éleveurs de brebis laitières partiront à la retraite. Pour assurer le renouvellement des générations et le maintien de sa production, la filière ovine offre près de 10 000 emplois d’éleveurs dans la prochaine décennie au niveau national.
De quoi faire réfléchir. Comme en témoigne Emile, étudiant en 2e année de BTS Production animale, qui est convaincu par cette journée : « Je souhaite poursuivre l’année prochaine sur un Certificat de spécialisation (CS) en élevage ovin par apprentissage pour prendre de l’expérience, puis poursuivre par du salariat agricole en France et à l’étranger, avant de m’installer en élevage ovin. Il s’agit d’une production plus intéressante, plus technique et où l’installation est facilitée d’un point de vu investissement, surtout lorsqu’on est, comme moi, hors cadre familial ». Nul doute qu’il trouvera une exploitation à reprendre !
Aux côtés de Jeunes Agriculteurs, présents pour promouvoir les métiers, susciter de nouvelles vocations et valoriser les opportunités d’emploi de la filière auprès des élèves des établissements agricoles, la FNSEA Nouvelle-Aquitaine a participé à ces Ovinpiades, dans le cadre de la convention de coopération taxe d’apprentissage FNSEA, FAFSEA et ministère de l’Agriculture. Lors de cette journée d’épreuves, les candidats ont eu l’occasion de participer à des ateliers d’information et échanger sur l’intérêt et les opportunités d’emploi offertes par le secteur ovin.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2205 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 2205 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui