La Creuse Agricole 21 juillet 2020 à 07h00 | Par A.M.

[Vidéo] Le prix et le consommateur au centre des débats

Les 3, 4 et 5 juillet derniers, se sont déroulées, par visioconférence, les 20es rencontres économiques d’Aix-en-Provence, sur le thème général : « Agir face aux dérèglements du Monde – on va s’en sortir ! ». Une table-ronde consacrée à « consommer à l’heure des grands dérèglements », a tenté de définir les attentes du consommateur dans le « monde d’après » afin que la chaîne alimentaire puisse s’y adapter.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Capture d'écran Youtube

S’il est indéniable que la crise sanitaire a réduit notre consommation au strict nécessaire et qu’elle s’est révélée être un marqueur de ruptures, il est en revanche probable que les consommateurs vont « adapter leurs modes d’achat et de consommation, dans les mois à venir », a indiqué Guillaume Charlin, directeur général du bureau de Paris du Boston Consulting Group. Quant à savoir s’il continuera à acheter en circuits courts, des produits bio, plus vertueux pour l’environnement, ou s’il reviendra à ses modes de consommation d’avant covid, rien n’est sûr : « Il existe un décalage entre ce que le consommateur prétend vouloir, ce qu’il affirme vouloir et son comportement réel », a expliqué Laurent Vallée, secrétaire général du groupe Carrefour. « Un exemple : dans tous les sondages, c’est Arte la chaîne préférée des Français. Mais dans l’audimat, c’est toujours TF1 qui arrive en tête », a-t-il justifié. À cela s’ajoute le critère fondamental de l’acte d’achat que constitue le prix. « Si l’on veut amener le consommateur à consommer plus vertueux, il faut d’une manière ou d’une autre intégrer dans le prix final le coût des externalités négatives¹, ce qui renvoie, in fine, à l’échec éternel de la fiscalité environnementale », a précisé Anne Perrot du Cercle des économistes.

Dictature des prix bas
« Les produits les plus « distorsifs », les plus faux en termes de prix sont les produits d’importation, car ils sont créés dans des conditions très différentes des nôtres en France », a insisté Christiane Lambert, présidente de la FNSEA. Dénonçant « cette dictature des prix bas qui s’impose » aux agriculteurs français qui ne peuvent pas lutter contre ces différentes formes de dumping (social, environnemental…), elle s’inquiète que « nous ayons perdu des pans entiers de notre agriculture ». C’est notamment le cas pour les fruits et légumes : les importations ont augmenté sur le premier secteur de presque 70 % en dix ans, et de plus de 50 % pour le second secteur, sur la même période. Et la présidente de la FNSEA de rappeler que le Manifeste pour une souveraineté alimentaire solidaire propose un contrat tripartite État/Consommateurs/Producteurs. « L’État peut intervenir comme régulateur, notamment en taxant les biens polluants, les importations et les aliments qui conduisent à des problèmes de santé, comme l’obésité », a suggéré Anne Perrot.

Origine France et « Prix vert »
Chacun des intervenants² s’accorde à reconnaître que la confiance sera l’un des facteurs clés de la relance, « notamment sur l’origine France et le fait d’acheter français, car il existe une appétence des Français pour les productions locales, pour acheter français. Mais il ne faut pas tromper les gens sur ce concept », a averti Alain Bazot, président de l’UFC-Que choisir. Mais il a remarqué aussi que, dans bien des domaines, il n’existe pas de réglementations, de normes, d’indicateurs de ce qui est français. À tout le moins a-t-il réclamé la mise en place d’un « prix vert » qui refléterait le vrai coût environnemental de « notre consommation (fabrication, transports, déchets, etc.) ». Pour Laurent Vallée, l’environnement est d’ailleurs devenu une tendance lourde de notre société, à la confluence de nombreuses attentes sociales, pas toujours cohérentes.
D’autant que le consommateur « fait un rapprochement très clair entre ce qu’il consomme et son état de santé », a ajouté Philippe Guillemot, directeur général d’Elior, qui réalise un bilan carbone des plats que ses unités fabriquent. Il assure que 53 % des plats servis sont réalisés à partir de produits français, un chiffre qui grimpe à 84 % pour les fruits frais. Entre prix vertueux, qualité des produits et prix rémunérateurs pour les producteurs, « il faudra créer les conditions de la confiance », ont affirmé plusieurs intervenants. Il est fort à parier que les arbitrages ne viendront pas que du seul consommateur.

1. Si les externalités positives (ou économies externes) désignent les situations où un acteur rend un service économique aux tiers sans être récompensé, les externalités négatives (ou déséconomies externes) désignent les situations où un acteur défavorise économiquement des tiers sans compenser le dommage.
2. Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, Anne Perrot, Cercle des économistes, Philippe Guillemot, directeur général d’Elior, Laurent Vallée, secrétaire général de Carrefour, Guillaume Charlin, directeur général France de Boston Consulting Group, Alain Bazot, président UFC-Que choisir, Lucie Basch, fondatrice de To Good to go.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2307 | novembre 2020

Dernier numéro
N° 2307 | novembre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS