La Creuse Agricole 26 août 2020 à 07h00 | Par A.M.

Le national Aubrac au Sommet de l'élevage

Cela devrait être l'un des seuls concours d'animaux organisé en cette année si particulière. Du 7 au 9 octobre, la race aubrac vous donne rendez-vous à Clermont-Ferrand pour son concours national organisé dans le cadre du Sommet de l'élevage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les effectifs d'aubrac sont passés de 56 000 vaches en 1979 à 230 000 aujourd'hui.
Les effectifs d'aubrac sont passés de 56 000 vaches en 1979 à 230 000 aujourd'hui. - © SC

Alors que la majorité des troupeaux du berceau pâturera encore en grande liberté sur les sommets du plateau de l'Aubrac, la crème des reproducteurs nationaux se donnera rendez-vous début octobre au Sommet de l'Élevage. Les 400 plus beaux spécimens de la race seront présents comme le confirme Yves Chassany, éleveur cantalien et président de l'Upra Aubrac : « Dans les rangs des éleveurs, l'envie est là. C'est la troisième fois que notre race organisera son national au Sommet. C'est toujours une grande fête et une formidable vitrine pour nous. Nous avons tous envie de partager un bon moment d'aubrac ». Reproducteurs de haut niveau génétique aux performances de production et de reproduction irréprochables ; couples vache-veau pur démontrant le progrès génétique ; couples vache-veau croisé et animaux des filières viande de qualité ; descendants de taureaux d'insémination... Le panel de la présentation sera relativement large. « Le national sera l'opportunité pour nous de communiquer sur l'impact de l'élevage aubrac sur l'économie locale ; c'est-à-dire la manière dont le meilleur de la génétique aubrac permet le maintien de la valeur ajoutée sur le territoire, et donc, le développement économique du tissu rural grâce à la viabilité et la rentabilité des exploitations », soutient Yves Chassany. L'Organisme de Sélection Aubrac aura particulièrement à coeur, pour cette édition, de faire vivre ses allées et d'aller à la rencontre du public (éleveurs, acteurs du monde agricole, étudiants...). Au menu des échanges, un retour sur la renaissance de la race, qui a vu ses effectifs sombrer à la sortie de la seconde guerre mondiale. Dans les années soixante-dix, un groupe d'éleveurs décide de relancer cette race en lui donnant une orientation allaitante lui permettant de maintenir ses caractéristiques maternelles et d'élevage.

Une race en phase avec son époque
Les effectifs sont ainsi passés de 56 000 vaches en 1979 à 230 000 aujourd'hui, principalement situées dans le berceau de race (Aveyron, Cantal et Lozère) ce qui en fait une race locale par excellence. Cependant les dernières années montrent une progression constante des effectifs de 5 % par an. On trouve ainsi des vaches aubrac dans presque tous les départements avec une présence forte dans le centre de la France et les départements au Sud du berceau. Élevée à l'herbe de manière autonome et naturelle, la race Aubrac répond aux attentes des consommateurs et des éleveurs. Ses qualités maternelles et sa facilité d'élevage permettent un nombre important de vaches par UMO (Unité de Main d'OEuvre) ce qui répond parfaitement aux problématiques d'augmentation des cheptels et de diminution de la main d'oeuvre.

La recherche d'optimisation
Le schéma de sélection actuel est construit autour d'une stratégie d'optimisation économique de la race. « Il est basé sur un compromis entre aptitudes bouchères et qualité maternelles, la recherche d'un équilibre entre développement musculaire et squelettique ainsi que l'optimisation des performances plutôt que leur maximisation. L'objectif est de produire à la fois des femelles pures « moules à veaux » appréciées pour la pratique du croisement charolais et des animaux purs recherchés par les engraisseurs (broutards) et les bouchers (génisses et vaches finies ; filières SIQO) », résume Yves Chassany.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2307 | novembre 2020

Dernier numéro
N° 2307 | novembre 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS