La Creuse Agricole 03 février 2017 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Le « Mieux d’Europe » se bâtit dès aujourd’hui

Réunis lundi à Aubière, les responsables professionnels du Massif central ont notamment échangé sur le rapport d’orientation 2017 de la FNSEA, consacré à l’Europe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pascal Lerousseau, Patrick Bénézit et Yannick Fialip.
Pascal Lerousseau, Patrick Bénézit et Yannick Fialip. - © SC

Présenté à l’occasion de son prochain congrès, organisé les 28, 29 et 30 mars à Brest, le rapport d’orientation de la FNSEA se penche sur l’Europe. Au travers d’une dizaine de propositions, la structure syndicale trace les contours d’une Europe meilleure, comprenez plus forte, plus solidaire, plus harmonieuse... « On retrouve dans le projet, bon nombre d’éléments que nous portons depuis l’automne dans le Massif central dans le cadre du projet Nourrir c’est produire », se félicite Patrick Bénézit, président de la FRSEA Massif central.

Un budget à la hauteur des enjeux
Parmi ces éléments, figure, en bonne position, la nécessité de renforcer le budget européen. « L’augmentation du budget doit être réalisée en lien avec les compétences et les responsabilités qui sont confiées à l’Union européenne. Par exemple, le lancement de Galiléo et la politique spatiale de l’Union européenne est une excellente opportunité. Toutefois, il est paradoxal que ceci doive se faire au détriment d’autres politiques communautaires, au premier rang desquelles la PAC, qui est régulièrement dans le viseur », précise-t-on dans le rapport d’orientation.

Ne pas rater l’Omnibus
Au-delà de la question budgétaire, la FNSEA estime que l’UE doit remplir son rôle coordination des politiques nationales dans un objectif d’harmonisation sociale, en réunissant les conditions de concurrence, loyale, sans surcharge administrative. « Sur le droit de la concurrence, l’Europe est en capacité d’actionner des leviers sans attendre la prochaine réforme de la PAC », explique Yannick Fialip, secrétaire général de la FRSEA. Dans le cadre de l’Omnibus, une série de mesures « correctives » de l’actuelle PAC, pourrait effectivement être adoptée par le Parlement. À condition toutefois que le débat s’ouvre au sein du conseil des ministres européens, « et que la France porte comme il se doit, des mesures attendues par les paysans », suggère Patrick Bénézit. Coût du travail, normes, taxes, gouvernance, filet de sécurité, orientations des productions…

Indispensables, aides couplées
La contribution de la FNSEA se veut volontairement exhaustive pour n’écarter aucun volet structurant d’une PAC à rebâtir. « Le DPU ou le DPB ne constituent pas une politique agricole à eux-seuls. Une véritable politique agricole doit pouvoir maintenir la diversité des productions, et donc apporter un soutien adapté aux filières les plus fragiles. L’enjeu est bien sûr économique, social, environnemental et territorial ; orienter les productions pour permettre de développer celles qui représentent un enjeu fort, notamment les productions les plus vertueuses sur le plan agro-environnemental ou dans leur contribution à la lutte contre le changement climatique », indique-t-on dans le rapport d’orientation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2190 | juin 2018

Dernier numéro
N° 2190 | juin 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui