La Creuse Agricole 12 avril 2022 a 07h00 | Par CDA 23

Le gène sans cornes : une nouvelle journée technique en Creuse

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © CDA 23

Déjà initiée en 2019 et à la demande de nombreux éleveurs intéressés par la démarche, la thématique du gène sans cornes fait son retour en Creuse lors d'une journée technique qui aura lieu le 21 avril prochain à Chénérailles.

L'histoire du gène sans cornes
Gène naturellement présent dans la race de bovins angus, on a réussi à l'introduire (en reproduction naturelle) chez d'autres races.
C'est en 1967 que naissent les premiers animaux sans cornes dans un élevage du Val-d'Oise. Des animaux entièrement sans cornes naissent successivement en 1983 et en 1993. 1993, c'est la date à laquelle commence la sélection du gène. Puis en 2003 est réalisée l'introgression* du gène sans cornes dans le schéma charolais UCATRC.
Cela fait maintenant presque 30 ans que le travail de sélection de ce critère a été engagé sur le charolais et le limousin.

Un gène qui poursuit sa diffusion au sein des élevages
À ce jour, en race limousine, les animaux sans cornes représentent près de 10 % des animaux présents chez les éleveurs sélectionneurs. En charolais, ces 2 dernières années, près de 40 % des mâles évalués dans la station creusoise Optigen sont génétiquement sans cornes.
Si au départ les morphologies des veaux sans cornes étaient décevantes, elles ont aujourd'hui rattrapé le retard qu'elles avaient sur les animaux standards et il arrive même fréquemment que les « sans cornes » brillent dans les concours et remportent des prix.
Ce travail de sélection a permis que le gène se généralise et il représente désormais plus de 20 % de l'offre d'insémination artificielle. Il s'est développé dans les races allaitantes mais aussi pour les races laitières. Avec la diffusion de ce caractère, il est d'ailleurs possible que de nouvelles spécificités en termes de performances puissent être mises en avant. Ainsi, au-delà des éleveurs sélectionneurs, les éleveurs naisseurs engraisseurs, producteurs d'animaux destinés à la boucherie ou les éleveurs naisseurs commercialisant leurs animaux à l'export s'intéressent de plus en plus à ce caractère.
De nombreux avantages en termes de sécurité, d'organisation du travail, de bien-être animal, ...
L'intérêt principal de ce caractère repose sur la résolution des problématiques de sécurité et d'organisation du travail qui s'accroissent avec l'agrandissement des troupeaux. Les cornes présentent un risque pour les manipulations, mais aussi pour les relations des animaux entre eux. D'ailleurs, il devient un critère important dans le cadre du bien-être animal. L'absence de cornes diminue également les interventions liées à l'écornage dans les troupeaux (intérêt pour les élevages en plein air et les élevages en bio).

Une journée dédiée à la thématique
La Chambre d'agriculture de la Creuse en partenariat avec les syndicats de ces deux races, propose de présenter des animaux sans cornes élevés en Creuse et d'en expliquer les différentes caractéristiques lors d'une journée technique dédiée. Comme lors de la première journée organisée sur cette thématique en 2019, c'est sur le marché de Chénérailles, le 21 avril prochain de 10 h à 17 h, que se déroulera la manifestation.
* Dans le domaine de la génétique, le mot introgression, désigne le transfert de gènes d'une espèce vers le pool génétique d'une autre espèce, génétiquement assez proche pour qu'il puisse y avoir interfécondation.

Programme :
o À partir de 10 h : présentation d'animaux de races charolaise et limousine et ateliers techniques
o 11 h : table ronde
o 12 h 30 : apéritif offert par les syndicats de races charolaise et limousine
o 12 h 45 à 14 h : repas réalisé par les producteurs fermiers de Bienvenue à la Ferme
o 14 h à 16 h 30 : présentations commentées d'animaux et ateliers techniques

Ateliers techniques à 10 h et 15 h :
o Atelier 1 : Le gène sans cornes, comment se transmet-il et comment le conserver ? Quelle est la part des animaux sans cornes dans les élevages charolais et limousins ?
- Animé par Evolution, Elva Novia et les Herdbook charolais et limousin
o Atelier 2 : Quelles sont les performances techniques avec des animaux sans cornes ?
- Animé par le service Bovins Croissance et la Chambre d'agriculture
o Atelier 3 : Intérêt du gène sans cornes dans la conduite du troupeau en matière de sécurité et d'organisation du travail
- Animé par la MSA du Limousin

Table ronde à 11 h 00 :
o Témoignages d'éleveurs sélectionneurs engagés dans la démarche depuis plusieurs années
o Témoignages d'éleveurs entrés récemment dans la démarche
o Témoignages d'éleveurs utilisateurs (naisseurs et naisseurs engraisseurs)
o Témoignage d'un éleveur laitier
o L'avis de la filière (marché, bien-être animal, ...)

Repas :
14 EUR. Inscription avant le 14 avril auprès du service élevage de la Chambre d'agriculture de la Creuse au : 05 55 61 50 11 ou par mail : bovins.croissance@creuse.chambagri.fr

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2399 | septembre 2022

Dernier numéro
N° 2399 | septembre 2022

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous