La Creuse Agricole 26 avril 2019 à 08h00 | Par A.M.

Le compte n’y est pas

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, et Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture.
Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, et Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture. - © Gézelin Grée/ministère de l’Économie et des Financ

Le ministre de l’Agriculture et la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie ont réuni le 16 avril un comité de suivi des relations commerciales, pour un premier bilan des négociations commerciales 2019 suite à la loi Egalim. Pour les ministres comme pour les professionnels, le résultat est mitigé et des sanctions seront prises. La nouvelle dynamique doit être poursuivie pour une répartition de la valeur plus équitable vers l’amont de la filière.
« Les lignes ont bougé, mais des améliorations sont nécessaires », a estimé Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, suite à la réunion du comité de suivi des relations commerciales qui s’est tenue à Bercy le 16 avril, en présence des représentants des producteurs, transformateurs et distributeurs. Le ministre de l’Agriculture, qui coprésidait la réunion, s’est montré encore plus catégorique : « le compte n’y est pas du tout, la première année de négociations n’est pas satisfaisante. Ce qui a été satisfaisant, c’est le changement d’état d’esprit ». « Nous savions que les choses ne changeraient pas d’un claquement de doigt ni en une année, nous ne sommes donc pas surpris par les chiffres qui nous ont été présentés », a commenté Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, qui espère à présent que « l’on tire enseignement de ce qui ne va pas bien en cette année 1 pour faire mieux l’année prochaine ». Le médiateur des relations commerciales fait en effet état d’une baisse de -0,4 % du prix d’achat des produits alimentaires vendus sous marque nationale pour l’année 2019, tous produits confondus, et « d’une légère hausse des prix pour les produits laitiers et, dans une moindre mesure, surgelés salés », indique son communiqué diffusé le 17 avril.

S’engager davantage
Si les résultats ne sont pas encore là, c’est aussi car la loi est entrée en vigueur très récemment. Certaines ordonnances restent d’ailleurs à paraître, notamment sur les prix abusivement bas. « Ces avancées ne sont pas encore répercutées, mais nous sommes confiants et optimistes », a rappelé Didier Guillaume, appelant les acteurs des filières à la responsabilité pour accentuer la dynamique amorcée. Suite aux contrôles de la DGCCRF, menés pendant les négociations, des sanctions seront prises « si le franchissement de lignes rouges est avéré », explique Agnès Pannier-Runacher. « Notre rôle sera de faire que les négociations se fassent et que ceux qui veulent contourner le jeu de la négociation rentrent dedans, au moyen des contrôles de la DGCCRF », a-t-elle ajouté, d’autant que des tentatives de contournement ont été signalées. Pour Richard Girardot, président de l’Ania, « on n’est pas du tout là où on devrait être. Il y a entre 2,5 et 3 milliards d’euros d’écart entre les demandes des industriels et la réalité, ce qui aura des conséquences sur les investissements, la recherche et le développement… il faut accélérer », insiste-t-il, rappelant qu’avec la hausse du seuil de revente à perte, la distribution allait engranger cette année 600 millions d’euros supplémentaires dont il faudra faire remonter une partie à l’amont. En effet, malgré les hausses annoncées, « la difficulté reste de savoir quelle est la part qui a été touchée par ces hausses, 10 % ; 20 %, 40 %, ces hausses étant différentes selon les distributeurs et selon les produits, on a besoin d’une analyse plus fine pour savoir quelle est la valeur dégagée, et ce qui peut au final revenir au producteur », explique ainsi Christiane Lambert.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui