La Creuse Agricole 26 novembre 2019 à 07h00 | Par Mélodie Comte

Le Cluster Herbe ou comment rassembler tous les acteurs dans le même pré

Le Cluster Herbe a réuni ses porteurs de projets pour un petit tour d’horizon des projets en cours en faveur du développement des filières agricoles et agroalimentaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Cluster Herbe rassemble des scientifiques, des conseillers, des producteurs, des coopératives et des industries autour de la valorisation de la ressource en herbe.
Le Cluster Herbe rassemble des scientifiques, des conseillers, des producteurs, des coopératives et des industries autour de la valorisation de la ressource en herbe. - © MC

L’herbe, une ressource indispensable en élevage sur laquelle repose des filières agricoles entières. Agriculteurs, chercheurs, conseillers, coopérateurs, industriels… tous sont réunis au sein du Cluster Herbe. Cette plate-forme collaborative fait émerger, accompagne et promeut les projets de valorisation économique, environnementale et sociale des produits et services basés sur la ressource herbagère du Massif central. En bref, le Cluster Herbe est une « grande marmite » dans laquelle prennent forme des projets au service de la ressource herbagère et de ceux qui l’emploient. Le 14 novembre dernier, ses membres ce sont donnés rendez-vous à Lempdes pour une grande journée durant laquelle plusieurs résultats de projets labellisés ont été présentés.

Préserver, entretenir, cultiver
« La durabilité des systèmes repose sur l’herbe ». Jean-Baptiste Coulon de l’INRA ouvre cette journée centrée sur l’herbe en rappelant combien la ressource est précieuse au cœur du Massif central. Elle représente par ailleurs plus de 85 % de la surface agricole. Que l’on soit éleveur de vaches allaitantes ou laitières, de moutons ou de chèvres, en bio, en conventionnel ou sous AOC, l’herbe est la base de l’alimentation. Pourtant, ces derniers temps, sa culture est régulièrement mise à mal, la faute aux sécheresses répétitives. Alors encore davantage qu’hier, les éleveurs doivent se réapproprier l’herbe ou plutôt réapprendre à vivre avec elle. D’après Philippe Plasse de Coop de France ARA, de nombreux atouts attendent ceux qui sauront s’emparer de cet enjeu. « L’herbe bénéficie d’un consensus total de la part de la société. Elle permet à la fois une activité agricole et touristique dans les zones rurales. C’est pourquoi la protection de la ressource est un défi pour continuer d’en vivre sans opposer les activités. » D’autant plus que l’activité de nombres de coopératives, comme d’industries, repose sur la ressource ! Tous baissent leur regard vers l’herbe et investissent dans des programmes de recherche, de développement de filières, de marques et même d’OAD¹ pour tenter de l’apprivoiser et de la valoriser. « Le territoire devient un laboratoire mais il est difficile pour les agriculteurs de traduire les projets de recherche. Comme il est complexe pour les chercheurs de traduire en projet les demandes des agriculteurs » intervient Tony Cornelissen du SIDAM.

Atteindre la reconnaissance
Le Cluster Herbe donne ainsi à chacun l’opportunité d’avoir un interlocuteur. Au-delà de donner aux professionnels de la filière agricole les clés de la préservation et de la culture de l’herbe, l’ensemble de ces projets labellisés par le Cluster visent à atteindre la reconnaissance des services écosystémiques des prairies et leurs liens étroits avec les activités d’élevage, auprès des pouvoirs publics. « La reconnaissance des acquis environnementaux du Massif central est un problème » assure Tony Cornelissen.
Certains porteurs de projets se sont emparés de l’autre versant de la montagne, l’aval : la valorisation de leur production auprès des consommateurs.

Des projets porteurs de valeur
C’est le cas par exemple de la marque de producteurs MontLait. Créée en 2010, l’Association des Producteurs de Lait de Montagne est parvenue à ériger ses produits laitiers dans les plus hautes sphères. Lait de consommation, raclette et beurre ont investi les GMS, les cuisines des plus grands chefs et même celles de l’Élysée. Petit à petit, les producteurs atteignent leur objectif de valoriser leur production, issue principalement du pâturage et de la culture de l’herbe, tout en participant au maintien des outils de transformation de leur zone de montagne.
Dans la même veine, on retrouve Valomac portée par le SIDAM. Ce projet a pour but de créer un modèle économique identifié au Massif central qui s’attache à valoriser les systèmes herbagers et répartir de la valeur ajoutée. Dernièrement, Valomac a lancé sa marque « 1886, les viandes du Massif » dans laquelle ne sont acceptés que les producteurs ayant plus de 75 % de leurs surfaces en herbe et moins de 100 vaches/UMO².
Les projets labellisés par le Cluster Herbe ne reposent pas uniquement sur l’aval de la filière mais offre aussi des solutions à l’amont, c’est-à-dire les producteurs (voir encadré ci-dessus).

1. OAD : Outils d’Aide à la Décision
2. UMO : Unité de Main-d’Œuvre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui