La Creuse Agricole 11 décembre 2019 à 07h00 | Par P. Dumont

La Section Nationale des Fermiers Métayers en tournée en Nouvelle-Aquitaine

Dans le cadre de la traditionnelle tournée régionale de la Section Nationale des Fermiers Métayers (SNFM), les élus de la section régionale des fermiers métayers (SRFM) Nouvelle-Aquitaine ont accueilli, le vendredi 22 novembre dernier, Bertrand Lapalus et Patrice Chaillou, respectivement président et secrétaire général de la SNFM de la FNSEA.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © P. Dumont

Cette journée d’échanges a permis aux élus de la SRFM Nouvelle Aquitaine de partager leurs expériences départementales avec leurs représentants nationaux qui avaient fait le déplacement à Artigues pour l’occasion. Les élus se sont intéressés au système de grille à points – d’ores et déjà utilisé pour la fixation des montants du fermage dans certains départements – qu’ils songent à s’approprier afin de proposer un nouveau type d’état des lieux de bail rural dans leurs départements.
Grégory Nivelle et Jean-Marc Benquet, co-présidents du groupe de travail foncier de la FNSEA Nouvelle-Aquitaine, ont partagé le projet de futur schéma des structures Nouvelle-Aquitaine, accompli en lien avec les jeunes agriculteurs Nouvelle-Aquitaine, avec les élus SRFM Nouvelle Aquitaine et SNFM présents, avant d’échanger avec eux sur leurs expériences et leurs attentes en tant que membres de leur commission départementale d’orientation agricole.
Bertrand Lapalus et Patrice Chaillou ont ensuite pris le temps de présenter les propositions d’évolution du statut du fermage en présence de Jonathan Lalondrelle, président de Jeunes Agriculteurs (JA) Nouvelle-Aquitaine. Elles concernent les problématiques de la vente du bien agricole et de la transmission de l’entreprise agricole, telles que retravaillées au niveau national. Cette présentation a reçu un bel accueil des élus SRFM et JA présents qui se sont tous réjouis des nouvelles propositions allant dans le sens du bon sens paysan. Denis Labri, président de la SRFM Nouvelle-Aquitaine, a clôt la journée en remerciant Bertrand Lapalus et Patrice Chaillou pour leur déplacement, leur implication et leur soutien concernant les dossiers régionaux de la Nouvelle-Aquitaine. Plusieurs membres de la SEFM Nouvelle-Aquitaine devraient se retrouver à Agde les 4 et 5 mars 2020, à l’occasion du congrès annuel de la SNFM, qui aura pour thème « Le fermier et l’environnement ».

Une question à Bertrand Lapalus

Bertrand Lapalus, vous êtes président de la Section Nationale des Fermiers et Métayers (SNFM). Vous êtes aujourd’hui en Nouvelle-Aquitaine, dans quel but ?
L’objectif de la tournée régionale, c’est avant tout d’être à l’écoute des problématiques locales. D’autant que la SNFM a ceci de particulier : le fonctionnement des régions est propre à chacune car le statut du fermage peut s’interpréter différemment. Les problématiques sont souvent les mêmes toutefois et touchent le fonctionnement des tribunaux paritaires ou la non mise à bail. Le fait de faire de la rétention de foncier prend de l’ampleur chez les anciens propriétaires exploitants parce que les retraites sont faibles. C’est notamment pour y remédier que le statut du fermage évolue. Depuis plus de deux ans, on est en train de le dépoussiérer. Le nouveau statut est plus attrayant et apporte en même temps plus de liberté pour les propriétaires et plus de sécurité pour les fermiers. Le bailleur doit pouvoir vendre quand il le souhaite. De l’autre côté, le fermier ne doit pas se sentir obligé d’acheter et doit aussi pouvoir transmettre son exploitation dans son intégralité (avec l’accord du propriétaire). Il faut arriver à trouver les bons équilibres et j’ai bon espoir sur le sujet. Aujourd’hui, les jeunes doivent prendre conscience de l’importance du statut du fermage et nous communiquons beaucoup en ce sens. Nous abordons également la question de l’uniformisation du calcul du montant du fermage. La mise en place d’un système de grille à points doit permettre de mieux coller aux réalités de terrain. En Nouvelle-Aquitaine, on rencontre plus de problématiques viticoles bien sûr et la taille de la région peut être un frein à l’engagement.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui