La Creuse Agricole 29 mai 2016 à 08h00 | Par CDA 23

La Chambre d’Agriculture tire la sonnette d’alarme

Nouveaux retards de versement des aides PAC.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pascal Lerousseau et Jean-Philippe Viollet, vice président et président de la Chambre d'Agriculture de la Creuse.
Pascal Lerousseau et Jean-Philippe Viollet, vice président et président de la Chambre d'Agriculture de la Creuse. - © CDA 23

Suite aux annonces du Président de la République, concernant un décalage dans le calendrier de versement des aides PAC, la Chambre d’Agriculture a expertisé les effets induits sur les trésoreries des exploitations déjà en souffrance et à tenu à dénoncer ces mesures jugées dangereuses pour le monde agricole.
« Normalement, les agriculteurs auraient dû percevoir le solde de leurs aides en février ou en mars, or après un décalage annoncé pour fin juin, il s’avère que celui-ci n’arrivera pas avant septembre ! Dans le contexte économique désastreux où le monde agricole se trouve actuellement, ce décalage va accentuer la détresse des plus fragiles. Certains ne s’en relèveront pas ! » Martèle le président Jean-Philippe Viollet qui ne décolère pas.
« Un agriculteur perçoit actuellement, en moyenne, 15 000 euros de salaire annuel. Avec des retards de paiement qui peuvent aller jusqu’à 20 000 euros, les incidences seront catastrophiques et auront des répercutions au delà du monde agricole ! Les agriculteurs n’auront pas le choix, soit ils ne paieront pas leurs fournisseurs, soit ils devront contracter des prêts et payer des intérêts ou des agios… ce qui va contribuer à dégrader un peu plus la situation ! » Le plus incroyable dans tout cela, c’est que l’administration va tout de même déployer ses contrôleurs pour vérifier la bonne finalité des aides que les exploitants n’auront toujours pas touchées ! « Je tiens d’ailleurs à mettre en garde le gouvernement contre d’éventuels débordements que cette situation pourra déclencher face à des agriculteurs quelquefois désespérés… » avertit Jean-Philippe Viollet.
Pour Pascal Lerousseau, vice-président de la Chambre d’Agriculture, « l’impact se portera également sur les investissements qui vont se trouver totalement bloqués… Cette situation est d’autant plus préjudiciable que, par ailleurs, l’État Français pourrait être condamné à payer une amende pour non respect des délais de mise en place de la PAC », précise-t-il.
« S’il fallait une preuve que la suradministration française engendre une dangereuse inefficacité pour l’économie de notre pays, en voici une supplémentaire ! », renchérit le président de la Chambre d’Agriculture.
Il rajoute qu’un CAF (Conseil de l’Agriculture Française, ndr), en présence de divers représentants des organisations agricoles du département, va être décliné en Creuse le 25 mai prochain. Celui-ci permettra de débattre sur le sujet et de faire remonter au gouvernement les problématiques engendrées par cette situation.
« Si le ministère ne tient pas compte des revendications portées par la profession, le syndicalisme prendra le relais et criera un peu plus fort pour se faire entendre ! » annonce Pascal Lerousseau qui est, par ailleurs, le président de la FDSEA de la Creuse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2196 | août 2018

Dernier numéro
N° 2196 | août 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS
Les brèves
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes