La Creuse Agricole 15 mars 2013 à 15h06 | Par A.M.

Jeunes Agriculteurs - « Il faut maintenant passer aux actes »

Boostée par la victoire aux élections à la Chambre d'agriculture, l'assemblée générale des JA s'est déroulée dans une ambiance très militante, galvanisée par son président Stéphane Moreau et toute son équipe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Boulleau, directeur du Sidam, était l'invité de cette assemblée générale. © La Creuse agricle et rurale Stéphane Moreau a su attirer l'attention sur le dossier chasse. © La Creuse agricle et rurale
Malgré la satisfaction du succès indéniable aux élections à la Chambre d'agriculture, l'activité syndicale de l'année 2012 ne fut pas autant réjouissante. Présenté en vidéo sous la forme d'un journal télévisé, de manière assez caustique, le rapport d'activité faisait état d'une «année surprenante», tant par la conjoncture avec une crise économique sans précédent que par des écarts de prix entre les productions agricoles et les revenus. Pour exemple, le revenu d'un céréalier peut être jusqu'à 6 fois supérieur à celui d'un éleveur. « Ce n'est plus acceptable », a déploré Stéphane Moreau tout en regrettant « que notre filière animale soit si peu rentable, car sans rentabilité, il n'y a pas de revenu et il n'y a pas d'installation ». Une situation d'autant plus aggravée au regard des prix des aliments, des intrants et des autres charges qui pèsent sur l'agriculture. « C'est dans ce contexte que l'agriculture creusoise doit trouver son avenir » a insisté Stéphane Moreau. Un avenir incertain, alors que les règles du jeu imposé par la future réforme de la PAC ne sont pas encore définies. « Il nous faut de la flexibilité et de la visibilité sur nos territoires et notre avenir avec une PAC davantage dédiée à l'élevage et une adaptation des politiques françaises en faveur de nos régions à handicap pour nous aider à faire face à une concurrence étrangère toujours plus compétitive » a souligné le président de Jeunes Agriculteurs. Une position largement partagée par de nombreux départements et notamment ceux du Massif central, comme l'expliquait Thierry Boulleau, directeur du Sidam, venu présenter les dernières avancées de cette réforme.
Pour les jeunes agriculteurs, cette PAC doit davantage être orientée vers l'élevage, sortir du carcan du système des références historiques pour justement laisser la place à la réalité de la situation des exploitations et surtout permettre un avenir plus serein afin de préserver l'installation des jeunes agriculteurs.
En effet, les JA restent très vigilants sur cette question du renouvellement des générations qui reste un des enjeux dans les années à venir. Face à un nombre croissant de départs à la retraite dans les prochaines années, « sommes-nous capables d'installer assez de jeunes pour préserver la ferme Creuse et surtout de les installer de manière pérenne avec de vrais revenus et de vraies perspectives ? ». L'année 2012 a enregistré une baisse du nombre d'installations de près d'un tiers par rapport a l'an passé, avec 40 dossiers en DJA et 18 hors DJA, soit à peine une installation pour 4 départs.

[...]
La suite est à lire dans la Creuse agricle et rurale du 15 mars 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2205 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 2205 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui