La Creuse Agricole 22 mai 2020 à 07h00 | Par Sophie Chatenet

Jacques Cornelissen : « Sans le syndicalisme, on n’y serait pas arrivé »

Grâce à la force du collectif et le soutien sans faille de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes, les producteurs de Coopal ont construit un contrat tripartite avec la Société laitière des Volcans d’Auvergne et Carrefour leur garantissant enfin un prix du lait au niveau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jacques Cornelissen, président de Coopal devant l’usine de Theix en 2017 lors d’une première bagarre syndicale.
Jacques Cornelissen, président de Coopal devant l’usine de Theix en 2017 lors d’une première bagarre syndicale. - © SC

Il y a dix-huit mois, la coopérative laitière Coopal, qui compte 420 producteurs en Auvergne, Creuse et Corrèze saisissait le médiateur pour dénoncer la politique au rabais pratiquée par la société laitière des volcans d’Auvergne (SLVA), à leur encontre. Un groupe de producteurs emmené par Jacques Cornelissen, producteur en Corrèze et président de Coopal ont en effet choisi de dénoncer les pratiques de SLVA, filiale de Terra Lacta, leur payant le lait à des tarifs bien inférieurs à ceux pratiqués par Terra Lacta. « Au début, nous ne disions pas grand-chose, satisfaits d’être encore collectés malgré la faillite de l’URCVL, mais au bout d’un moment, nous ne pouvions pas décemment rester les producteurs de lait les plus mal payés de France », se souvient Raphaël Sarret, membre du bureau de Coopal et producteur de lait dans le sud de la Haute-Loire. Avec Jacques Cornelissen, et un bureau renouvelé, la question du prix a donc été très vite remise au centre des discussions. « L’une de nos forces a été d’avoir un collectif de cinq départements et de bénéficier d’un appui sans faille du syndicalisme », explique Jacques Cornelissen, producteur de lait en Corrèze.

Un contrat tripartite avec Carrefour
D’emblée, en effet la section régionale laitière de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes et la FNPL ont non seulement suivi de près ce dossier, mais accompagné les représentants des producteurs dans tout le processus de négociation. « Avec leur soutien, nous sommes parvenus à la signature d’un contrat tripartite entre Coopal, SLVA et Carrefour ». Le contrat qui porte sur 30 millions de litres de lait apporte de la transparence sur les prix et sur les volumes. « C’est fondamental, puisqu’avec ce contrat on devrait atteindre un prix rémunérateur pour les producteurs », estime Raphaël Sarret. Un constat partagé par le président de Coopal : « le contrat tripartite avec Carrefour a obligé à la transparence et permis de disséquer le prix du lait. Avec SLVA, notre relation est plus saine et apaisée sur une base de prix du lait à 350 euros/1 000 litres ». Aujourd’hui, fort de leur collectif, les producteurs Coopal ouvrent donc une nouvelle page. Conscients du besoin de différenciation, ils vont s’engager dès le 1er juin dans une démarche d’alimentation de leurs animaux exclusivement non OGM.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2283 | mai 2020

Dernier numéro
N° 2283 | mai 2020

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui