La Creuse Agricole 14 janvier 2013 à 17h03 | Par TG

Groupe NATÉA - Adaptation constante

Lors de son assemblée générale à Rilhac-Rancon, le groupe Natéa a fait le point sur son exercice clos le 30 juin 2012. Lors de cet exercice, l’agriculture régionale a affronté une période délicate après la sécheresse du printemps 2011. Malgré cela, Natéa arrive à obtenir une progression de 6,36% de son chiffre d’affaires et un résultat net consolidé de 369000 euros dont 50% seront redistribués aux adhérents sous forme de ristournes par rapport au montant de leurs approvisionnements.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 © Natea Après 13 années à la tête de Natéa, Jean-Pierre Lier prend sa retraite. Il aura su mener à bien la construction d’une coopérative régionale en Limousin. Albert Robert avait été él © L'Union agricole

La coopérative réalise 90% de son activité dans le domaine de l’approvisionnement de ses adhérents et seulement 10% dans celui de la collecte. Le fait marquant de cette réunion a été l’annonce par Jean-Pierre Lier de son départ de la présidence après treize années. Son successeur devrait être élu par le conseil d’administration courant janvier.

 

Un exercice compliqué
Cet exercice fait suite à l’accident climatique du printemps 2011. Le manque de fourrage a conduit à de profondes modifications des besoins des agriculteurs. La coopérative a dû s’adapter à cette évolution. Il faut aussi souligner que cet épisode a rappelé qu’il est impératif de faire des cultures pour sécuriser l’activité d’élevage de ruminants. C’est peut-être pour cela que les surfaces en cultures sont en train de progresser fortement dans la région. Ainsi, sur le dernier exercice, Natéa affiche une progression de 4% des tonnages d’engrais utilisés et une progression de 9% des semences. À l’inverse, les éleveurs ont réduit de 6% en volume leurs achats en aliments composés. En parallèle, les services de conseil ont réalisé une progression de 96%, avec notamment des outils comme «Ramsès», «Ali’plan’nat», ou «Herbi’nat».

 

Des conseils objectifs auprès des adhérents
Dans son discours, le président Jean-Pierre Lier a souligné : «Notre métier exige des compétences multiples et très pointues pour bien répondre aux attentes des consommateurs et des citoyens. Premiers vecteurs de compétitivité : les conseils technico-économiques des délégués techniques et commerciaux, qui maîtrisent une demi-douzaine d’outils d’aide à la décision qui nous sont indispensables.»
L’objectivité du conseil peut être soulevé dans la mesure où le conseiller est aussi vendeur. Pour répondre à cette remarque, Natéa a signé la charte du Conseil coopératif en 2007. Un des dix points à respecter indique que la rémunération des délégués techniques et commerciaux ne doit pas être basée sur le volume de l’activité. Une commission d’évaluation de cette charte a été diligentée auprès de la coopérative et la conclusion ne prête à aucun commentaire : «Les engagements sont tous réalisés à partir de bases techniques solides. Et tout cela grâce à une formation poussée des hommes.»

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 11 janvier 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2205 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 2205 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui