La Creuse Agricole 05 novembre 2013 à 08h00 | Par Marien Bataille

Gestion sanitaire ovine - La formation éleveur infirmier en élevage ovin

Dans le cadre de la maîtrise sanitaire collective, GDS Creuse propose une formation « éleveur infirmier de son élevage », le jeudi 21 novembre 2013, à la ferme du lycée agricole d'Ahun avec le Docteur Pierre Autef (GTV 87).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La formation des éleveurs se déroule selon un module de base qui comporte deux journées : la première sur le thème de « l'examen de l'animal malade » et la seconde sur « le médicament v © GDS Creuse L'évaluation de la quantité émise, de sa consistance, de son odeur, de sa couleur, de l'importance des fibres, la mise en évidence d'éléments anormaux comme du sang constituent autant d'é © GDS Creuse La prise de température est un geste simple indispensable, trop souvent omis. © GDS Creuse

Dans l'objectif du développement de la maîtrise des risques sanitaires en élevage, parallèlement aux actions destinées à promouvoir et mettre en place un bilan sanitaire d'élevage annuel, GDS France et la SNGTV ont décidé de s'associer pour proposer des formations à destination des éleveurs. Celles-ci ont pour objectif que les éleveurs puissent mieux raisonner, avec leur vétérinaire traitant, leur approche de l'animal malade et les soins éventuels que son état requiert.

 

Une réponse aux besoins pratiques des éleveurs et un renforcement de la sécurité sanitaire
Cette formation présente les objectifs suivants :
- Maîtriser les risques sanitaires, respecter les règles de bonnes pratiques et améliorer le bien-être animal.
- Observer ses animaux, faire le bilan sanitaire de son troupeau pour définir la priorité sanitaire de son élevage.
- Mettre en place les mesures de prévention adaptées.

 

Une démarche méthodique d'observation et d'intervention sur ses animaux
Tout éleveur ovin a déjà été confronté à des animaux malades au sein de son troupeau et a de lui-même essayé d'aboutir à un premier « diagnostic », mais, il n'est pas toujours facile à établir. Cette formation a pour but de transmettre une méthode et les gestes clés à accomplir lorsqu'un animal est malade. Après l'exécution des 6 gestes, l'éleveur établit un premier bilan qui lui permet de prendre une décision : c'est une maladie qu'il connait et il dispose d'un protocole de soins, il peut réaliser un traitement ou il observe des signes inconnus, il contacte alors son vétérinaire. Afin d'être le plus concret possible, des scénarios sont ensuite soumis aux éleveurs : une situation d'élevage et des signes de maladie leur sont présentés, ce qui leur permettra d'appliquer la méthode et de résoudre le cas observé.

 

Un module de base avec deux journées
Cette formation se déroule selon un module de base qui comporte deux journées : la première sur le thème de « l'examen de l'animal malade » et la seconde sur « le médicament vétérinaire et le carnet sanitaire ». Une partie pratique en exploitation (réalisation de gestes techniques ou analyse de la pharmacie) est associée à une partie théorique. Ces formations se réalisent dans le cadre de VIVEA sous l'égide de la Chambre d'Agriculture. Les GDS, maîtres d'oeuvre de cette action, sont chargés de l'organisation et de l'animation en partenariat avec les GTV.

 

1re journée : conduite à suivre pour l'examen d'un animal malade
La première partie de journée se déroule en salle. Les éleveurs se sensibilisent aux différents gestes d'examen par le biais de supports diaporama et vidéo. L'objectif est de former un canevas général de raisonnement, d'appréhender différentes situations des animaux malades et de préparer la partie pratique en élevage de l'après-midi. Les éleveurs s'exercent à réaliser les 6 gestes de base de l'examen d'un animal malade vus le matin : prise de température ; examen des matières fécales ; examen du vagin et de l'urine ; examen de la mamelle chez la brebis, des testicules chez le bélier, du nombril chez l'agneau ; examen des flancs ; examen de la tête et de la respiration.

 

[...]

La suite est à lire dans la Creuse agricole et rurale du 1er novembre 2013.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2205 | octobre 2018

Dernier numéro
N° 2205 | octobre 2018

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui