La Creuse Agricole 08 juin 2010 a 10h40 | Par Marien Bataille (GDS Creuse)

GDS Creuse accompagne l’installation - L’installation, une phase à hauts risques sanitaires : un accompagnement de GDS Creuse

Pour la préparation à l’installation et dans le cadre de la charte départementale à l’installation, GDS Creuse s’investit collectivement et individuellement.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Chaque nouvel installé est visité par un technicien de GDS Creuse pour lui présenter les bases de la gestion sanitaire de son troupeau. A cette occasion, il lui est remis un carnet comprenant un bon pour prise en charge de 50 % du bilan sanitaire annuel volontaire, deux bons pour visite d’introduction et deux bons pour analyses.
Chaque nouvel installé est visité par un technicien de GDS Creuse pour lui présenter les bases de la gestion sanitaire de son troupeau. A cette occasion, il lui est remis un carnet comprenant un bon pour prise en charge de 50 % du bilan sanitaire annuel volontaire, deux bons pour visite d’introduction et deux bons pour analyses. - © D.R.

L’évaluation du risque sanitaire et de la mise en place d’une prévention adaptée sont des points à ne pas négliger dans le schéma de l’installation. Cela constitue une étape clé et nécessite une préparation efficace. GDS Creuse, de par son implication dans le cadre de la charte départementale à l’installation, participe à différents niveaux au suivi des nouveaux installés.

 

La charte départementale à l’installation

Cette charte a pour objectif de conjuguer au niveau départemental, les enjeux, les défis et les moyens de renouvellement des générations en agriculture. Elle associe tous les acteurs du monde agricole et rural avec un défi démographique, social, économique et structurel. Elle cible les jeunes agriculteurs et ceux en phase d’installation, issus ou non du cadre familial. Son objectif est de promouvoir des outils et des services dans le but de conforter le candidat dans son accompagnement à l’installation. GDS Creuse, partenaire du syndicat Jeunes agriculteurs 23, s’implique pleinement, dans le cadre de son cœur de métier, dans l’aide et le conseil sanitaires.

 

En amont, une intervention auprès des futurs candidats…

Dans le cadre du nouveau plan de professionnalisation personnalisé (PPP), GDS Creuse intervient durant le nouveau parcours à l’installation (stage 21 h) afin d’apporter collectivement les éléments des règles sanitaires de base à respecter lors de toute installation. Cela permet de sensibiliser les futurs éleveurs dans leur démarche d’installation en leur apportant les éléments essentiels à ne pas négliger pour favoriser la maîtrise du sanitaire dans leur élevage. GDS Creuse est aussi présent lors de la dernière demi-journée du stage afin de répondre de manière plus individuelle aux stagiaires demandeurs d’informations propres à leur situation. Ces interventions régulières lors des sessions « préparation à l’installation » participent à la nécessaire formation sanitaire des futurs éleveurs. GDS Creuse intervient également auprès des classes scolaires en fonction des différents projets soutenus par les élèves et accueille des stagiaires dans le cadre de leur formation.

 

… puis en aval, la visite de chaque nouvel installé…

GDS Creuse rencontre individuellement chaque nouvel installé dans les deux années qui suivent son installation. Cette visite d’information et de conseils sanitaires, directement chez l’éleveur, a pour but de présenter, d’une part, les bases du sanitaire collectif avec l’importance de la gestion individuelle de leur exploitation et, d’autre part, les aides apportées dans le cadre de l’adhésion à GDS Creuse. Ce moment d’échanges permet de faire un état des lieux de la situation sanitaire de l’élevage et de répertorier les éventuelles difficultés rencontrées. De plus, une présentation des missions de GDS Creuse, avec une explication en détails des actions menées, assure au nouvel installé une vision exhaustive de la structure ainsi que les différents éléments d’aide à la maîtrise sanitaire qu’il peut attendre. En 2009, 79 nouveaux installés ont bénéficié de cette visite.

GDS Creuse a pour objet « de contribuer par tous les moyens dont il dispose à l’amélioration de l’état sanitaire de toutes les espèces d’animaux d’élevage ». Cet objet se décline en quatre missions essentielles qui permettent à GDS Creuse de développer et mettre son expertise sanitaire animale collective au service de tous les élevages.
GDS Creuse a pour objet « de contribuer par tous les moyens dont il dispose à l’amélioration de l’état sanitaire de toutes les espèces d’animaux d’élevage ». Cet objet se décline en quatre missions essentielles qui permettent à GDS Creuse de développer et mettre son expertise sanitaire animale collective au service de tous les élevages. - © D.R.

… avec un apport d’aides à l’introduction…

 

L’introduction d’animaux dans un élevage représente une phase à hauts risques pour la contamination du cheptel par de nouvelles pathologies. GDS Creuse en fait un axe d’action prioritaire avec une adaptation des modalités en fonction de l’évolution des besoins. Ces aides comprennent la prise en charge des frais d’analyses et de visites vétérinaires à l’introduction pour 2 bovins, pour recherche d’IBR et/ou de paratuberculose (le dépistage systématique BVD est pris en charge à 100 % par GDS Creuse) et complètent les 50 % déjà perçus lors d’introduction avec utilisation du billet de garantie conventionnelle dans les deux années qui suivent le passage du technicien de GDS Creuse.

 

… et une implication des vétérinaires.

La mise en place, depuis 2007, du décret prescription et délivrance du médicament vétérinaire en élevage est une réelle opportunité d’améliorer la gestion sanitaire de son troupeau. En effet, l’éleveur et le vétérinaire réalisent annuellement et conjointement un bilan sanitaire de l’élevage lors d’une visite spécifique pour faire le point sur les pathologies rencontrées. C’est pourquoi, GDS Creuse relaye la participation du GTV23 (Groupement technique vétérinaire) qui propose une prise en charge de 50 % de ce bilan. Cela permettra, à partir des enregistrements du carnet sanitaire, de réaliser le bilan de l’état de santé du cheptel, de dégager les mesures préventives sur la ou les priorités de l’élevage et d’établir le protocole de soins fondant la possibilité de prescription sans consultation systématique.

 

Une mise à disposition d’informations et une participation à diverses manifestations

En fin de visite, le technicien de GDS Creuse remet à l’éleveur un support d’informations synthétique sur la structure accompagné d’un carnet de bons qui comporte :

- 1 bon pour prise en charge de 50 % du bilan sanitaire annuel volontaire : GDS Creuse transmettra ce bon au vétérinaire choisi par l’éleveur.

- 2 bons pour visite d’introduction : l’éleveur règle la visite au vétérinaire et transmet à GDS Creuse la copie de la facture avec le bon, GDS Creuse rembourse l’éleveur. Il est dans l’intérêt de l’éleveur d’utiliser ces deux bons pour l’introduction de deux premiers bovins.

- 2 bons pour analyses : l’éleveur règle les analyses au laboratoire et transmet à GDS Creuse la copie de la facture avec le bon, GDS Creuse rembourse l’éleveur.

Globalement, sans compter la prise en charge de 50 % du bilan sanitaire annuel volontaire, la valeur de ce chéquier est de 90 euros. Malheureusement, on ne peut que déplorer la faible utilisation de ces bons puisque depuis 2003, seulement 15 % des éleveurs concernés ont utilisé pleinement ces bons. De plus, des informations sanitaires actualisées sont disponibles sur le site web www.gdscreuse.fr avec une navigation simple. En complément, le partenariat GDS Creuse - JA 23 est sollicité de nombreuses fois, notamment pour la participation au forum à l’installation, aux assemblées de secteur ou encore aux concours de labour et autres manifestations agricoles.

 

Un nécessaire accompagnement pour ne pas hypothéquer son avenir

Fort de son expertise sanitaire animale collective au service de tous les élevages, à travers ses missions, GDS Creuse adapte son action et continuera à la faire progresser en fonction des évolutions des cheptels, de leur environnement et des besoins des éleveurs, tout en conservant les bases fondamentales de la lutte sanitaire collective, indispensables pour sa réussite. Pour plus d’information, n’hésitez pas à contacter GDS Creuse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2358 | décembre 2021

Dernier numéro
N° 2358 | décembre 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS