La Creuse Agricole 22 janvier 2009 a 15h03 | Par FRSEA Limousin

FRSEA Limousin - Visite des professionnels agricoles du Limousin à l’Elysée

En amont de la conférence sur le revenu, la FRSEA du Limousin a saisi, en novembre dernier, le CAF* du Limousin, qu’elle préside, afin de « plancher » sur les chiffres du Limousin en matière d’élevage.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Rencontre avec Christophe Malvezin.
Rencontre avec Christophe Malvezin. - © D.R.

L’idée était de pouvoir créer un argumentaire pour demander l’attribution d’aides auprès des décideurs politiques. En ce sens, un courrier à l’entête du CAF, faisant état de données chiffrées a été adressé au Président de la République Nicolas Sarkozy avec, pour conclusion, une invitation à se rendre en Limousin pour mesurer de lui-même l’ampleur désastreuse de la situation économique dans laquelle se trouve l’élevage. Celui-ci a répondu qu’au regard de son agenda trop chargé, il ne pouvait répondre positivement à cette invitation mais proposait un rendez-vous avec son Conseiller Agricole Christophe Malvezin dés le début d’année 2009.

Rendez-vous fut ainsi pris et Jean-Philippe Viollet, Président de la FRSEA Limousin avec Philippe Pommier, Président des JA Limousin se sont donc rendus au titre du CAF à l’Elysée en ce mardi 13 janvier 2009. FCO, Plan Barnier, revenus de l’élevage, revalorisation des retraites, beaucoup de sujets récurrents depuis de trop nombreux mois et dont les solutions proposées ne satisfont guère les professionnels agricoles ont ainsi été pu être abordées.

Revenus et Bilan de Santé

A l’occasion de l’entretien, les syndicalistes ont rappelé au Conseillé Malvezin que les éleveurs de « races à viande » du Limousin et du Massif Central avaient perdu 50 % de leurs revenus en deux ans. Sur cette base, ils ont réitéré leur demande de la mise en œuvre d’un véritable plan de relance économique du secteur au moins à la hauteur de celui consacré à l’automobile. Christophe Malvezin a assuré aux professionnels que le ministère de l’agriculture travaillait à redonner du sens économiques aux productions d’élevage ainsi que des perspectives d’avenir. A une autre demande des professionnels sur l’ambition ou non de préserver la spécificité française des races à viande bovines et ovines, celui-ci a répondu positivement en réaffirmant la volonté du Président de la République d’engager une véritable réforme en faveur des zones herbagères, via une aide spécifique inscrite dans un champ économique et non plus dans une seule logique environnementale ! Concernant la PMTVA et les aides couplées, les professionnels ont réitéré leur attachement à ces dispositifs et ont exprimé leur grande inquiétude quant à leur marginalisation, voir leur disparition. Jean-Philippe Viollet a rappelé qu’il serait tout de même dommage qu’au regard des dernières négociations européennes sur le sujet permettant le maintien, voir le recouplage de certaines aides, la France « jette l’éponge » sur le sujet. Le suspens ne devrait de toute façon pas durer car monsieur Christophe Malvezin a confirmé que Michel Barnire allait présenter ses propositions au gouvernement fin janvier 2009.

Un secteur d’activité qui reste prioritaire pour la Nation 

A la demande des syndicalistes si l’agriculture restait encore un secteur stratégique et prioritaire pour la France, le Conseiller Malvezin a répondu par l’affirmative dans le sens où avec l’agroalimentaire, l’agriculture est le seul secteur d’activité encore excédentaire dans la balance économique. Il a réaffirmé que c’était donc un atout considérable, d’autant plus en ces temps de crise économique.

PAC 2013 : On ne négocie pas seul avec soi même !

Le Conseiller Malvezin a rappelé que l’Europe avait l’ambition pour 2013 que tous les Etats membres aillent dans le même sens. Il est donc nécessaire de travailler dès aujourd’hui aux orientations que l’on souhaite donner à la PAC tout en gardant en tête qu’il faudra être très performant et convainquant pour que le modèle français puisse servir de base de négociations avec les autres pays ! Par ailleurs, il a interpellé les dirigeants sur la nécessité de ne pas occulter totalement le deuxième pilier de la PAC (aides liées au développement rural). Il a ainsi sollicité la profession pour qu’elle fasse des propositions, notamment sur les questions de l’herbe. En clair : que fait-on de la PHAE (prime herbagère agri-environnementale) ? En effet, il ne faudrait pas oublier qu’au-delà des aspects économiques générés par le secteur, le maintient de l’élevage à viande induit des conséquences environnementales essentielles !

FCO : une gestion de crise calamiteuse !

La FCO fut un des sujets importants abordés par Jean-Philippe Viollet qui n’a pas hésité à déclarer que si on voulait un cas d’école pour illustrer par l’exemple une gestion de crise calamiteuse, c’est surement celui de la FCO qui serait retenu ! Les syndicalistes ont donc réitéré les demandes qu’ils formulent sur le sujet depuis l’arrivée de la maladie, à savoir : une meilleure accessibilité aux vaccins, une prise en charge totale du coup de la vaccination, une vaccination facultative avec la possibilité pour l’éleveur de vacciner par lui-même son troupeau s’il le souhaite, une simplification des règles liées à l’export et une meilleure lisibilité des dispositifs règlementaires (qui changent toutes les semaines et sur lesquels même l’administration hésite à communiquer). Christophe Malvezin a assuré aux professionnels que la vaccination ne serait plus obligatoire en 2010 et que vraisemblablement celle-ci pourrait être réalisée par les éleveurs. Il a cependant alerté les responsables professionnels sur le fait que les difficultés liées aux procédures de vaccinations et d’exports des animaux ne fassent pas oublier en ces temps d’inactivité vectorielle, les dégâts sanitaires engendrés par la maladie lorsque les animaux ne sont pas vaccinés.

Installation

Philippe Pommier, Président JA Limousin a rappelé la position des Jeunes agriculteurs sur le dossier de l’installation et plus précisément concernant « le nouveau parcours à l’installation » en faisant valoir leur engagement à défendre leur légitimité à être reconnus comme interlocuteur officiel sur ce dossier dont ils se sont depuis toujours occupé. Il a demandé par ailleurs que l’enveloppe des prêts bonifiés JA 2009 soit bien à la hauteur demandée, c’est-à-dire à minima à la hauteur de l’enveloppe 2008.

Retraites 

Enfin, le Président Jean-Philippe Viollet, mandaté par la section régionale des anciens exploitants agricoles a rappelée leurs demandes en termes de revalorisation des retraites. En conclusion, les professionnels du Limousin se sont avérés satisfaits des échanges et convaincus que leur message concernant l’avenir politique de l’agriculture à 10 ans, et plus particulièrement la prise en compte des spécificités des productions en zones difficiles telles que les nôtres, a été bien entendu. Cependant, s’ils ont été rassurés sur le fait qu’une aide aux productions dites « à l’herbe » dans le premier pilier de la PAC (pilier des aides économiques) semblait être en bonne voie d’aboutissement ils espèrent toutefois avoir été entendus sur l’ensemble des dossiers abordés et attendent maintenant les annonces du Ministère pour confirmer les positions annoncées ! *CAF : Conseil de l’Agriculture Française composé de représentants du Crédit Agricole, de la MSA, de Groupama, de la Fédération Régionale des Coopératives, de la FRSEA, de la Chambre Régionale d’Agriculture et de JA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2358 | décembre 2021

Dernier numéro
N° 2358 | décembre 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS