La Creuse Agricole 26 septembre 2008 a 15h57 | Par Laurence Sagot et Eric Pottier - Jérome Dubouis GIE OBL - Danielle Sennepin CDA 23

Fièvre catarrhale - Des luttes d’automne sous haute surveillance

Cet automne, les risques d’infertilité des béliers sont très importants dans tous les élevages.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Avant les mises en lutte, il est impératif d’examiner des béliers un par un pour écarter une partie de ceux qui ne sont pas aptes à se reproduire. Dans les élevages touchés par la Fièvre Catarrhale cet été, vétérinaires et techniciens constatent qu’une grande proportion des béliers est actuellement inapte à la reproduction. Dans les élevages non touchés, il est à craindre qu’une partie des béliers ait contracté la maladie avant d’être protégée par le vaccin, et sans forcément avoir été vue malade. Un bélier vacciné n’est pas obligatoirement un bélier fertile!

Dans tous les cas, il est donc très vivement conseillé de s’assurer de la capacité de reproduction des mâles. L’examen des testicules des mâles suffit, de notre point de vue, pour écarter un maximum de béliers inaptes pour les prochaines luttes. Les mâles repérés infertiles ne doivent en aucun cas être mis en lutte. Ils restent en effet ardents et prennent la place de béliers fertiles. Selon les spécialistes, 90 % des mâles atteints ne sont pas aptes à la reproduction pendant 3 à 4 mois. Ils estiment à 10 % la proportion de béliers qui resteront définitivement stériles.

Les béliers vus malades au cours de l’été ou de l’automne ne doivent pas lutter avant le prochain printemps. Ils ont toutes les chances d’être infertiles pour 3 mois minimum Pour les béliers non vus malades, la palpation des testicules permet de détecter une partie des béliers infertiles : ceux qui présentent des défauts visibles à l’œil nu ou palpable au toucher sont inaptes à la reproduction pour une durée d’au moins 3 mois. Malgré cet examen, les contre performances de certains mâles ne sont pas à exclure.

Il est donc recommandé d’adopter un ratio mâle/femelle supérieur aux recommandations habituelles, soit 1 bélier pour 25 à 30 brebis, dans la mesure du possible. En cas de manque de béliers pour cet automne, des solutions de remplacement telle que l’insémination sont à envisager. Repérer les brebis vides au plus vite est également indispensable afin de les remettre à la reproduction le plus rapidement possible.

Nous vous invitons à une réunion d’information sur la FCO et les conséquences sur les mises en lutte : Le lundi 29 septembre 2008 de 14 h à 16 h à La paillote à Cressat Les vétérinaires d’OP vous formeront pour détecter les béliers infertiles Laurence Sagot CIIRPO et les techniciens ovins du département vous donneront les conseils techniques pour assurer une bonne fertilité du troupeau. Une plaquette d’information vous sera distribuée à la fin de la réunion

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2358 | décembre 2021

Dernier numéro
N° 2358 | décembre 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS