La Creuse Agricole 10 juin 2009 a 10h56 | Par FNSEA

Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles - Les raisons de notre mobilisation

Gros plan sur la mobilisation du syndicat et des Jeunes agriculteurs, qui expliquent ce qui les pousse à se mettre en lutte depuis le 10 juin dernier.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Au nom du pouvoir d'achat, le gouvernement a fait voter en juillet 2008, une LME (Loi de modernisation de l'économie) donnant à la distribution un pouvoir de négociation encore plus grand. La négociabilité des conditions générales de vente permet aux distributeurs de refuser d'emblée les tarifs « catalogues » de leurs fournisseurs et ainsi d'obtenir des « dégradations » de prix encore plus fortes sans avoir besoin de justifier précisément les contreparties accordées. Cet article « toxique » de la LME empoisonne les relations au sein de la filière. Une loi c'est une règle du jeu. Pour que la partie soit jouée ce qui importe c'est que la règle soit appliquée et respectée. Cela n'est possible qu'avec un bon arbitre ou un vrai gendarme ; aujourd'hui c'est ce qui manque. Les limitation de vitesse n'ont pas été respectées sur les routes pendant des années ; ce qui a changé la donne, c'est la présence systématique des gendarmes et l'arrivée des radars automatiques. Pour cette raison, dès la loi LME votée, la FNSEA et les JA ont exigé un observatoire des marges seul capable d'apporter la transparence, gage d'une équité pour tous les maillons de la filière y compris le consommateur. Cet observatoire péniblement mis en place en décembre 2008, à l'occasion de la Conférence revenu, ne fonctionne pas. Si les prix de revient et de vente de la production sont transparents (même nos aides sont sur Internet), c'est loin d'être le cas pour les prix de cession des industriels aux distributeurs et pour les taux de marge appliqués par les distributeurs Pour ne prendre qu'un exemple, à la dernière réunion du groupe de travail « porc » de l'observatoire, les abatteurs et les distributeurs acculés à donner leurs éléments ont préféré faire chaise vide. C'est la loi de l'omerta qui règne, le premier industriel qui parle est mort. Cette situation doit cesser : la loi du milieu ne peut s'imposer à celle de la République.

La FNSEA et les Jeunes agriculteurs demandent :

1 - Que le pouvoir politique reprenne ces droits, cesse cette connivence avec le milieu de la distribution et prenne enfin les mesures pour que son administration fasse respecter la loi et joue le rôle de gendarme qui doit être le sien. Le secrétaire d'Etat chargé de l'industrie et de la consommation doit ordonner à la Direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF) de mobiliser ses agents sur tout le territoire afin de procéder à des enquêtes dans les magasins, les plateformes pour conduire une opération vérité des marges. Ces enquêtes permettront : - de collecter enfin les données nécessaires à l'observatoire des prix et des marges - de vérifier si les pratiques commerciales des Grande et moyenne surfaces (GMS) sont loyales et légales et respectent les avis de la CEPC - de préparer le bilan de « l'article toxique » de la LME que nous réclamons
2 - Un encadrement des marges qui permette à chaque maillon de la filière agro alimentaire de mener son activité économique, de créer de la richesse et de l'emploi réel. L'objectif des relations commerciales n'est pas de permettre aux actionnaires du CAC 40 de s'enrichir. Le gouvernement doit remettre de l'ordre, de l'équité et de la morale dans l'intérêt commun des producteurs agricoles, des salariés des PME et des GMS, et des consommateurs.

La FNSEA demande que soit mis en œuvre un dispositif particulier d'encadrement des marges et/ou de coefficients multiplicateurs pour les produits alimentaires de base qu'il s'agisse de produits agricole bruts et de première transformation.

Les agriculteurs refusent l’Omerta

Opération « vérité sur les marges dans les filières agricoles »

Voici le communiqué de presse rédigé le 9 juin dernier par le syndicat régional : « Alors que les exploitants agricoles traversent une période noire avec des prix de vente de leurs produits en chute libre, les prix à la consommation continuent pratiquement tous leur hausse ininterrompue, comme les consommateurs peuvent le constater tous les jours. Les agriculteurs du Massif central ont décidé de passer à l'action pour obtenir la transparence dans la répartition des marges entre producteurs, transformateurs et distributeurs. Faute d'obtenir des informations fiables et précises par le dialogue, ils veulent forcer les grandes surfaces à dévoiler la réalité des chiffres. Ils pensent découvrir l'indévoilable, à savoir les bénéfices exorbitants réalisés par les entreprises de la distribution. A l'appel des Jeunes agriculteurs et de la FNSEA, les agriculteurs du Massif central vont bloquer la plateforme du groupe Intermarché d'Avermes à côté de Moulins (Allier) à partir de ce mercredi 10 juin à partir de 5 heures du matin pour une durée indéterminée.

Aubière, le 9 juin »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2341 | juillet 2021

Dernier numéro
N° 2341 | juillet 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS