La Creuse Agricole 10 novembre 2009 a 15h39 | Par Union départementale des associations familiales de la Creuse

Famille - La médiation familiale pour poursuivre une co-parentalité

Le service de médiation familiale de l’Union départementale des associations familiales de Creuse vous propose son aide dans le cas de séparation.

Abonnez-vous Reagir Imprimer

Parfois dans un couple arrive la sentence fatale : Nous nous séparons ! Alors, les questions affluent : comment allons-nous organiser la résidence de nos enfants ? Comment allons-nous maintenir des contacts quand ils seront chez l'autre parent ? Qui va garder la maison ? Comment allons-nous faire le partage de tous nos biens ? Comment et faut-il déterminer une contribution financière pour les enfants ? Comment faire pour que les enfants conservent des liens avec nos deux familles ?…Voilà toutes les questions auxquelles il faut répondre ensemble. Or ce n'est souvent pas possible.

Un processus, non une procédure

La séparation est un phénomène de société, presque banalisé. Mais au-delà, n'oublions pas que c'est d'abord l'histoire d'une femme et d'un homme, qui se sont croisés à un moment donné, qui ont partagé un « chemin » ensemble, qui ont donné naissance à un enfant, puis un deuxième… et qui donc ne sauraient se délier du jour au lendemain. Pour bien des couples, il est devenu difficile voire parfois impossible de parler, de communiquer à deux. Les raisons en sont multiples : émotions trop vives, sentiment d'échec, écoute difficile, dialogue rompu, etc. Bref c'est une épreuve et bien souvent pour tous, parents, enfants, grands-parents.

Respect

La médiation familiale peut être un outil utile à ces parents qui se séparent, divorcent. La médiation familiale n'est pas une procédure mais un processus, pragmatique et cadré, qui permet en toute sécurité d'aborder des aspects concrets d'une séparation.

En instaurant un respect mutuel entre les parents, la médiation familiale favorise la continuité ou le rétablissement, selon le cas, de la co-parentalité. L'objectif est d'aider les parents à continuer un dialogue malgré leurs griefs, trouver des compromis gagnant-gagnant et organiser l'avenir. Ainsi peuvent-ils préparer les conséquences de cette désunion et prendre ensemble toutes les décisions concernant leurs enfants dans le présent et pour l'avenir.

La co-parentalité, ou comment décider « ensemble » quand on est séparé ?

Prenons un exemple illustrant ce propos : le jugement de divorce de Patrick prévoit que sa fille résidera principalement chez lui et sera avec sa mère, Agnès, un week-end sur deux et la moitié des vacances. Sans rien dire, Patrick a changé sa fille d'école. La médiation familiale a donné la possibilité à ce père d'expliquer à cette mère, avec laquelle toute communication était rompue, les motivations de ce changement. En effet, bien souvent les parents pensent qu'avoir la résidence principale des enfants signifie tout décider, sans prendre ou tenir compte de l'avis de l'autre parent. Ce dernier se sentant dépossédé de son autorité parentale, le conflit s'alimente. Travailler ensemble sur la place et le rôle de chacun en médiation familiale leur a permis de restaurer leur communication parentale et de désormais s'informer et décider ensemble pour l'avenir de leur fille.

Autre exemple : Marc et Sarah, après quelques années de vie commune et deux enfants, ont décidé de se séparer. Ils ont convenu de fonctionner en résidence alternée pour leurs enfants. Un an après, l'aîné a vu ses résultats scolaires chuter et connu des problèmes de comportement à l'école. La médiation familiale a permis à ces parents de s'exprimer sur la souffrance manifestée par leur fils ainé et compris qu'ils avaient alimenté un fonctionnement par le seul fait qu'ils ne se parlaient et ne se donnaient les informations que par la voix de leurs enfants. Dans un même lieu avec un tiers, garant d'un cadre, parler ensemble des besoins des enfants a permis de rétablir l'autorité parentale de chacun ; à savoir comment se transmettre les informations sur la Santé, la Scolarité de leurs enfants, entre autres. Ainsi, comme dans de nombreux cas, la médiation familiale peut permettre de redonner à l'enfant sa place d'enfant en n'étant plus le messager entre ses parents.

L'espace de médiation familiale peut permettre de dénouer un conflit familial afin de définir et/ou créer des solutions, des décisions essentielles concernant la vie de l'enfant. C'est une alternative, une autre possibilité, différente. Certes, le juge aux affaires familiales peut trancher les désaccords qui animent les parents, mais eux-mêmes ne savent-ils pas, mieux que quiconque, ce qui convient à leur enfant et à eux-mêmes ? En médiation familiale, le médiateur n'a aucun pouvoir sur les décisions que des parents vont prendre. Il les accompagne dans leur communication afin qu'ils trouvent par eux-mêmes leurs solutions, et il veille à ce que celles-ci soient justes pour l'un et pour l'autre et durables dans le temps. De plus, dans cet espace de médiation, les parents peuvent rédiger leurs accords et les présenter par la suite, s'ils le souhaitent, à leurs avocats, au juge. Le médiateur familial n'est pas et ne remplace pas un avocat, un notaire, un thérapeute, un travailleur social, ou un juge. Il est un autre tiers professionnel, facilitateur d'un nouveau dialogue. C'est un catalyseur permettant, à travers l'organisation d'échanges entre les parents, de les aider à améliorer une relation, apaiser un conflit. Il est impartial et s'abstient de tout jugement. Il n'a pas de baguette magique ni de formule miracle, mais avec les parents il travaille à dénouer le conflit qui les oppose pour (re)créer des liens familiaux « différents ». L'objectif en médiation familiale est, qu'à nouveau, ils « fassent ensemble » au sens décident ensemble, pour l'intérêt de leurs enfants ; qu'ils continuent à être co-parents dans la séparation.

Si vous avez besoin, contacter le service de médiation familiale de la Creuse : 05 55 52 54 24
Service de médiation familiale - UDAF 23 : Service soutenu par la CAF, la MSA, la DDASS, la Cour d'Appel de Limoges, le Conseil Général de Creuse.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Creuse Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

La Creuse Agricole
La couverture du journal La Creuse Agricole n°2342 | juillet 2021

Dernier numéro
N° 2342 | juillet 2021

Edition de la semaineAnciens numérosABONNEZ-VOUS